17/01/2008

19/12/2007: Kosovo : Le petit jeu politique des USA ...

Kosovo : Le petit jeu politique des USA

sur http://www.stopusa.be

Pol De Vos
19 décembre 2007

Plutôt que de proposer un compromis modéré, les États-Unis et une grande partie de l’Union européenne soutiennent l’indépendance du Kosovo. La position américaine est claire : « Si aucun accord n’est conclu, nous soutiendrons l’indépendance unilatérale du Kosovo ». Pourquoi les Kosovars devraient-ils encore négocier ?

La Russie et la Chine refusent toute décision hâtive et rappellent notamment le cas de Chypre1. Une telle décision pourrait par ailleurs inspirer d’autres mouvements séparatistes et risquerait d’entraîner une plus grande instabilité dans les Balkans, le Caucase mais aussi dans le sud de la Russie (Tchétchénie) et dans certains pays d’Europe (Catalogne et Pays basque en Espagne, Corse en France).

Si les USA applaudissent cette indépendance c’est qu’ils ont beaucoup à gagner du conflit entre le Kosovo et la Serbie. En stimulant l’instabilité dans cette région, l’Otan apparaîtra plus que jamais comme une « force de paix » nécessaire dans la région. Ce qui permettrait de consolider l’emprise occidentale – et en particulier l’emprise américaine – sur les Balkans et l’Europe de l’Est, au préjudice de la Russie.

L’indépendance du Kosovo sera non seulement une gifle à la Serbie, allié de la Russie, mais surtout une défaite politique pour la Russie. L’objectif est de séparer la Serbie de son grand frère russe « affaibli », en compensant la perte du Kosovo par une future adhésion à l’Union européenne et même à l’OTAN.

Tout ça pour le pétrole

Après 1999, les USA ont construit au Kosovo la base militaire Camp Bondsteel. L’implantation de cette base militaire apparaît comme le principal objectif stratégique des USA dans leur guerre contre la Yougoslavie. En effet, Camp Bondsteel est situé à proximité d’importants oléoducs qui traversent le sud des Balkans. Ces oléoducs acheminent le pétrole depuis le port pétrolier bulgare Burgas, dans la mer Noire, via la Macédoine jusqu’au port albanais de Vlore, dans la mer Adriatique.

Camp Bondsteel est un maillon important dans la réorganisation des bases américaines en Europe et vers l’est. Le Washington Post écrivait déjà en 1999 pendant la guerre : « Avec un Moyen-Orient de plus en plus fragilisé, nous avons besoin de bases aériennes et de permis de voler au départ des Balkans pour protéger le pétrole en mer Caspienne ».

1 Cela fait 30 ans que les discussions se poursuivent pour mettre un terme à la division de Chypre en une partie grecque et une partie turque. La partie grecque a même adhéré à l’Union européenne, alors que le problème n’est toujours pas résolu.


Du même auteur

« Comme en 1913, les grandes puissances décident de l’avenir du Kosovo »
Chávez perd le référendum sur la nouvelle constitution
Venezuela : anti-impérialisme et socialisme
Bombe-spotting : La SNCB et le port d’Anvers profitent de la guerre
La démocratie des bidonvilles
« Pour la population indienne, Evo Morales représente ce que Nelson Mandela représente pour l’Afrique du Sud »
Italie • Protestation massive contre l’extension de la base américaine
Japon • Tokyo veut redevenir une grande puissance militaire
Chávez nationalise des secteurs stratégiques
Robert Gates, successeur de Rumsfeld

Tous les articles de Pol De Vos

21:11 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.