21/03/2008

16/03/2008: Répression au Pays basque ...



-------- Message original --------

Sujet: Répression au Pays basque
Date: Sun, 16 Mar 2008 08:01:44 EDT
De: Xarlo@aol.com


http://www.rezocitoyen.org/article.php3?id_article=4041


Notre jugement
par Julen Arzuaga, avocat à l’Observatoire basque des droits de l’Homme (Behatokia)
vendredi 14 mars 2008


Ces derniers temps, la répression contre le peuple basque exercée par l’État espagnol et, dans une moindre mesure, par l’État français est une constante. Il est facile de tracer, au fil des dernières décennies, une ligne montrant la persistance de la torture, des arrestations massives et arbitraires, d’une politique pénitentiaire cruelle, de la suspension d’associations, d’organismes, de la fermeture de journaux, de la proscription de partis et de la totale discrimination d’un secteur entier de la population quant à sa participation à la vie publique, de l’arbitraire judiciaire, du terrorisme d’État et de la brutalité policière.
En définitive, il s’agit d’une situation d’exception débouchant sur un panorama de négation des droits civils et politiques fondamentaux, panorama visible aujourd’hui dans toute son ampleur et dans toute sa dureté.
Ces circonstances ont obligé des centaines de citoyens et citoyennes à créer un mur de contention, à faire face à la répression et à créer différentes plateformes civiques, associations de protection des droits humains, organismes activistes, formant le Mouvement Pro-Amnistie. À défaut, la non-activité dans ce secteur et l’absence de réponse sociale à la répression aurait constitué une acceptation voilée de l’impunité des appareils d’État. C’est la raison pour laquelle des milliers d’activités - conférences, manifestations, interpellations publiques, contacts de toutes sortes avec des acteurs politiques et sociaux...- ont été organisées par ce mouvement pour réclamer des conditions de respect des conditions démocratiques fondamentales, et d’exercice des droits civils et politiques élémentaires. À l’occasion de ces activités, nous avons eu l’occasion de nous rencontrer, de partager et de discuter.
Toutefois, les États, obsédés par le maintien de leur stratégie de répression contre des secteurs de plus en plus larges du peuple basque, nécessitent des niveaux toujours plus élevés d’impunité. Le Mouvement Pro-Amnistie constitue, dans un tel contexte, un obstacle gênant et intolérable. C’est pourquoi onze de ses membres - porteparole, responsables de provinces... - ont été incarcérés en prison préventive pendant 4 ans, durée maximale permise par la législation espagnole.
C’est pourquoi les mobilisations et les manifestations ont été interdites par la justice, suspendues par l’administration, et ont fait l’objet de violentes attaques de la part des Forces de Sécurité de l’État. C’est pourquoi également, l’un après l’autre, des dossiers judiciaires sont ouverts à l’encontre des personnes qui pointent la responsabilité de l’État dans la répression et dans la violation des droits humains et des libertés fondamentales. C’est pour cela en définitive que, à partir du 21 avril, 27 membres de ce mouvement vont être jugés par le tribunal spécial antiterroriste appelé Tribunal National espagnol, sous l’accusation d’appartenance à une organisation armée, pour avoir mené des activités solidaires vis-à-vis des prisonniers et prisonnières politiques, en tant que militants de l’Amnistie, pour s’être opposés à la répression, pour être des défenseurs des droits humains.
Nous n’espérons aucune justice de ce tribunal. Mais nous y voyons une opportunité d’expliquer à la société basque et internationale ce que nous sommes et les raisons de notre lutte.
C’est pourquoi je veux ici lancer un appel d’alarme et de préoccupation, mais par-dessus tout un appel à la solidarité. Un appel à redoubler nos efforts, chacun dans son domaine et dans son cadre de travail, afin que l’impunité ne puisse briser ce mur de contention dressé contre la répression.
Ce n’est qu’un au revoir...
Julen Arzuaga


Ez adiorik,

Julen Arzuaga
**************

"Argiaren abiadura soinuarena baino bizkorrago delakotz, batzu disdiratzu dira pito hutsak direla egiaztatu arte"


"C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que certains paraissent brillants avant d' avoir l' air con"

"Por ser superior la velocidad de la luz a la del sonido, algunos parecen brillantes antes de resultar estùpidos"

19:34 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.