09/06/2011

52% des voix pour les communistes à KICHINEV, capitale de la Mol davie, ex-soviétique (?). Silence !

 
52% des voix pour les communistes à KICHINEV, capitale de la Moldavie, ex-soviétique. Silence !
 
 
 
Le Courrier des Balkans

Municipales en Moldavie : le Parti des Communistes emporte la mairie de Chişinău

Par notre correspondant
Sur la Toile :
Mise en ligne : lundi 6 juin 2011
Dimanche 5 juin, 2,6 millions de Moldaves étaient appelés aux urnes pour des élections municipales. Selon les premiers résultats, le Parti des communistes emporterait largement la mairie de Chişinău face au jeune maire sortant libéral Dorin Chirtoaca. Une claque pour la coalition pro-européenne du Premier ministre Vlad Vilat.

Par Laurent Geslin

La nouvelle est tombé comme un couperet. À Chişinău, dimanche 5 juin, tous les sondages réalisés à la sortie des urnes créditaient le maire sortant, le jeune libéral Dorin Chirtoaca, d’une large victoire avec plus de 53% des voix. Mais le décompte des bulletins dans la nuit a progressivement fait pencher la balance du coté du Parti des communistes (PCRM).

Le 6 juin au matin, selon les résultats préliminaires annoncés par la commission électorale de Chişinău, Igor Dodon emporterait la mairie de la capitale moldave dès le premier tour de scrutin avec 52% des voix contre à peine 43% pour Dorin Chirtoaca.

Dorin Chirtoaca, qui n’a que 32 ans, était arrivé à la tête de la mairie de Chişinău en 2007, devenant du même coup le plus jeune maire d’une capitale européenne. Avant de se lancer en politique, l’homme avait été journaliste, puis vice-Président du Comité Helsinki de Moldavie et, pour beaucoup de citoyens moldaves, il représentait l’avenir politique du pays. Après les résultats des municipales de dimanche, il devra sans doute encore attendre un peu.

Si elle se confirme, cette défaite est un coup dur pour L’Alliance pour l’Intégration européenne du Premier ministre Vlad Vilat. Cette fragile coalition mise en place après les élections législatives de novembre 2010 était partie aux élections en ordre dispersé. Depuis plusieurs semaines, elle devait aussi faire face à une contestation de la rue, des dizaines de milliers de manifestants se rassemblant régulièrement à Chişinău pour réclamer la démission du gouvernement.

Ce revers électoral pour la coalition gouvernementale intervient dans un contexte de crise politique chronique. Depuis avril 2009, et malgré des élections législatives à répétition, le Parlement est incapable de trouver une majorité qualifiée pour élire le Président de la République. L’Alliance pour l’Intégration européenne ne dispose actuellement que de 59 sièges contre 42 aux communistes, alors que 61 voix sont nécessaires pour élire un Président.

L’instabilité politique de la Moldavie est pour Chişinău un handicap sur le plan international, alors que s’ouvrent le 21 juin prochain à Moscou des négociations sur l’avenir de la Transnistrie, en présence de l’Ukraine, de l’OSCE, des États-Unis et de l’Union européenne. La région sécessionniste réclame toujours son indépendance, quand Chişinău ne lui propose qu’une large autonomie au sein de l’État moldave. Dans ce contexte de crise politique, on voit mal comment le processus politique entre les deux entités pourrait être relancé.

21:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.