30/06/2011

A la place de notre carte verte,une puce US implantée aux assuré s(canempechepasnicolas)

Au “PAYS DE LA LIBERTE”, la puce obligatoire va déjà remplacer le port de l’ étoile jaune ... Et cela, sous le règne du fameux Obama, digne successeur de Bush ...
Les autres Etats “démocratiques” du Monde “libre” capitaliste ne vont pas hésiter évidemment à suivre le maître de Washington, soyons-en sûrs ... Tous les prétextes seront bons pour cela ... On marque bien le bétail pour finir à l’ abattoir ... Cela s’ appelle la traçabilité ...
Le fascisme est de nouveau à nos portes ...
RoRo
 
 
 
 
From: melusine
Sent: Thursday, June 30, 2011 5:54 PM
 
Subject: A la place de notre carte verte,une puce US implantée aux assurés(canempechepasnicolas)
   Jeudi 30 juin 2011 4 30 /06 /Juin /2011 09:15

Alter Info

A LA PLACE DE NOTRE CARTE VERTE,

UNE PUCE US IMPLANTEE AUX ASSURES,

http://www.alterinfo.net/Washington-rend-obligatoire-l-im...

Objectif : créer un registre national d'identification pour permettre un « meilleur suivi des patients en ayant toutes les informations relatives à leur santé ». Le nouveau projet de Loi relatif aux soins de santé ( référencé HR 3200 ), qui a dernièrement été adopté par le congrès, contient (à la page 1001 du projet) l'exigence selon laquelle tous les citoyens qui en dépendent (du système de santé) devront être « identifié » par l'implantation d'une puce sous-cutanée.

Washington rend obligatoire l'implantation d'une puce RFID pour tous les américains ..

24 Juin 2011

C'est confirmé, le Projet de Loi sur la santé d'Obama, rendra obligatoire l'implantation d'une puce RFID pour tous les Américains.

Objectif : créer un registre national d'identification pour permettre un « meilleur suivi des patients en ayant toutes les informations relatives à leur santé ». Le nouveau projet de Loi relatif aux soins de santé ( référencé HR 3200 ), qui a dernièrement été adopté par le congrès, contient (à la page 1001 du projet) l'exigence selon laquelle tous les citoyens qui en dépendent (du système de santé) devront être « identifié » par l'implantation d'une puce sous-cutanée.

En fait, cela était prévu depuis fin 2004, comme le prouve un document officiel de la FDA. Ce document de la FDA (Food and Drug Administration), daté du 10 décembre 2004 est intitulé Class II Special Guidance Document : Implantable Radiofrequency Transponder System for Patient identification and Health information ( Document d'orientation spéciale de classe II : Système de Transpondeur implantable à Radiofréquence pour l'identification des Patients et les informations Relatives à la santé) (1).

Dès 2004, l'implantation d'une puce pour les « patients » contenants des « informations relatives à la santé » était donc déjà à l'étude.

Dans le Projet de Loi intitulé America's Affordable Health Choices Act of 2009 (Loi de 2009 concernant les choix de santé financièrement abordables de l'Amérique), on peut lire dans le paragraphe Subtitle C – National Medical Device Registre ( Sous-titre C – Registre nationale des Dispositifs Médicaux) qu'un fichier de toute personne ayant ou ayant eu un dispositif implanté dans le corps est prévu : « Le " Secretary " établira un " registre national des dispositifs médicaux " (appelé dans le présent paragraphe un "registre") afin de faciliter l'analyse de la sécurité (des dispositifs) après la commercialisation et les résultats des données de chaque appareil qui...est ou a été utilisé dans ou sur un patient... ».

Donc toutes les personnes ayant reçu la micro-puce seront répertoriées dans un nouveau fichier qui sera mis en place exprès puisqu'il n'existait pas auparavant.

Sous prétexte de mieux assurer les soins médicaux et de préserver la santé des individus, la population sera concrètement marquée avec une puce électronique et fichée. Un marquage obligatoire est prévu pour tous les Américains à partir de 2013.

A la page 1006 du projet, figure une précision sur la date d'entrée en vigueur du dispositif : « ENTREE EN VIGUEUR. - Le Ministre de la santé et des Services Sociaux mettra en place et commencera la mise en œuvre du registre en vertu de l'article 519(g) de la Loi fédérale sur la nourriture, les médicaments et les produits cosmétiques, comme cela a été ajouté à partir du paragraphe, pas plus tard que 36 mois après le date de promulgation de la présente Loi, sans égard au fait que les réglementations définitives pour établir et exploiter le Registre aient été promulguées ou non à partir de cette date ».

Par conséquent, trente-six mois à compter de la date de mise en place de la Loi ! Cela nous donne trois ans. Donc 2013 est l'année où le marquage obligatoire devrait commencer. On notera que cela entrera en vigueur même si aucune réglementation sur son usage n'a été adoptée.. Qu'il y est eu ou non un encadrement défini au préalable sur l'utilisation du « registre ».

Obama n'est pas le messie rêvé par les Américains qui l'ont introduit, mais un pantin docile, une marionnette obéissante qui oeœuvre pour assurer la mise en place d'un Nouvel Ordre Mondial. Si ce dispositif se réalise, la population fera l'objet d'une surveillance absolue.

- Source : les Brèves de LIESI – Avril/Mai 2011

21:58 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

28/06/2011

Une bonne nouvelle: L’AMERIQUE LATINE nous montre aujourd’hui la bonne et seule voie à suivre !

Subject: Une bonne nouvelle
 
L’AMERIQUE LATINE nous montre aujourd’hui la bonne et seule voie à suivre !
Il faut arrêter les privatisations capitalistes en Europe ...
RoRo
 
From: Le Brasier
Sent: Tuesday, June 28, 2011 5:43 PM
Subject: Une bonne nouvelle
 

Le gouvernement équatorien nationalise une compagnie pétrolière US

lundi 20 juin 2011

 

Le président équatorien Rafael Correa a qualifié d’historique la récente nationalisation du champ d’hydrocarbure « Amistad ». Celle-ci a été obtenue après de très dures négociations avec la compagnie nord-américaine Noble Energy opérant dans le pays à travers sa filiale Energy Development Company (EDC).

Faute de terrain d’entente dans le cadre de la nouvelle loi des hydrocarbures introduites par le gouvernement Correa a la fin 2010, le montant de la transaction accordée par les deux parties s’élève à 74 millions de dollars en échange de la sortie de la compagnie EDC du territoire national.

Dans ce nouveau cadre légal, les contrats pétroliers sont considérés comme des prestations de services. Le gouvernement paye donc un tarif fixe pour chaque baril extrait. Ce tarif prend en considération les coûts d’exploitation et une marge bénéficiaire raisonnable.

EDC exploitait des gisements de gaz dans le Golf de Guayaquil. Ce gaz servait à la génération d’électricité via la centrale Machala Power dont EDC en était aussi l’exploitant. A présent, l’extraction ainsi que la centrale électrique sont passées respectivement sous le contrôle de l’entreprise publique Petroecuador et de la Corporation Électrique de l’Équateur (CELEC).

Des 74 millions de dollars versés par le gouvernement équatorien à EDC, 45 millions correspondent à l’acquisition de la plateforme d’extraction située a 65 km de Puerto Bolivar . Les 29 millions restants ont financé l’acquisition de la centrale Machala Power.

Cet investissement sera cependant amorti en 365 jours grâce aux économies réalisées sur l’importation de diesel pour la partie thermoélectrique de la centrale de Machala qui, comme l’annonça Rafael Correa, fonctionnera dorénavant au gaz.

A ce propos, le président équatorien explique : « Ici, nous ne vivons pas une époque de changements, nous vivons un changement d’époque, parfois en créant de toutes pièces, parfois en récupérant ce qui de droit nous appartient depuis toujours. »

« Le gaz du Golfe (de Guayaquil) nous a toujours appartenu mais à cause de la signature de contrats défavorables pour le pays et d’un investissement étranger inadéquat, il a passé trop de temps aux mains d’une entreprise non équatorienne sans que cela n’ai généré d’augmentation de la production. »

La faible production ainsi que sa stagnation sont dûs, selon le chef de l’État équatorien, à l’établissement de contrats léonins stipulant que toute augmentation de la production signifiait un accroissement de la participation de l’État. EDC s’est donc employé à maintenir une production faible pendant plus d’une décennie.

Et Correa de conclure : « En nationalisant Machala Power, nous seront en mesure, à court terme, d’accroître la production et d’optimiser la génération d’électricité et même de créer des excédents afin d’alimenter les usines d’Azuay via Tankers.. »

Source : Correo del Orinoco

http://www.correodelorinoco.gob.ve/...

Traduction française : Yerko Ivan, pour http://www.larevolucionvive.org..ve/

                                                                                           

                                                                                                                                                                                                                                                                                          

 

 

21:40 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Japon, nucléaire, citoyens... (III)

Le danger et l’insécurité nucléaire sur nos épaules en permanence:
RoRo
 
 
 
From: "Lluís Gonzalez-Mestres (luisgm)"
Sent: Wednesday, June 08, 2011 10:09 PM
Subject: Japon, nucléaire, citoyens... (III)
 
Article d'Indépendance des Chercheurs :


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/...

Japon, nucléaire, citoyens... (III)

Le 8 juin, un article de la Radio Télévision Belge Francophone (RTBF) intitulé « Fukushima: le désastre nucléaire est plus grave qu'avoué au départ » se réfère au rapport remis par le gouvernement japonais à l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (IAEA) reconnaissant notamment que trois réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima ont pu fondre et percer leurs caves. Au même moment, un éditorial du Mainichi Daily News réclame : « Nuclear accident inspection must give public a fair view of Fukushima crisis ». Le Daily Yomiuri Online souligne : « 'Melt-through' at Fukushima? / Govt report to IAEA suggests situation worse than meltdown » et rapporte : « Investigative panel holds 1st session », se référant aux travaux d'une commission indépendante chargée d'enquêter sur la catastrophe de Fukushima. On voit de plus en plus clairement apparaître des problèmes déjà évoqués dans nos articles sur ce blog : absence de réel contrôle de l'Etat sur les opérateurs privés à qui, de fait, était abandonnée la sécurité des citoyens ; lobbying et situations de conflits d'intérêts permanents ; altérations ou dissimulations de la vérité ; limitations évidentes en matière de précaution et de prévision de possibles accidents... Le 8 juin également, The Asahi Shimbun n'hésite pas à employer le titre fort explicite « BEHIND THE MYTH: 'Nuclear village' rules itself in TEPCO hierarchy » pour évoquer ce que l'auteur appelle « the safety myth, inherent in the nation's nuclear power generation industry ». Mais précisément, de tels mythes, dont celui de la sûrété nucléaire garantie n'est qu'un exemple, ont résulté d'une politique de « communauté » fermée et de cercles restreints solidaires marginalisant systématiquement la grande majorité des citoyens. A propos de la réunion en cours à Paris des représentants du G8-G20 sur la sûreté nucléaire, HNS-info diffuse le 8 juin un communiqué du réseau Sortir du Nucléaire intitulé « Séminaire sur la sûreté nucléaire : un grossier exercice de communication ». Quant aux déchets nucléaires et à leur « gestion » en France et sur le continent européen, où est la transparence institutionnelle ?

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/... ]


Cordialement

Le Collectif Indépendance des Chercheurs
http://science21.blogs.courrierinternational.com/
http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia

20:34 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Alerte Otan ! n°42 Avril-juin 2011

L’OTAN ?  Il faut dissoudre au plus tôt cette saloperie d’alliance d’ agressions et d’occupations impérialistes et colonialistes !
RoRo
 
Sent: Tuesday, June 28, 2011 4:04 PM
 
Subject: Alerte Otan ! n°42 Avril-juin 2011
 
 
 
Alerte Otan !

Bulletin trimestriel du Comité de surveillance Otan,
Numéro 42, avril - mai - juin 2011

Secrétariat : rue des Cultivateurs, 62 ; 1040 Bruxelles
Adresse électronique : info@csotan.org

tél & fax : 02 511 63 10
CCP
068-2447491-14 au nom de CSOTAN

Site internet : www.csotan.org


Sommaire


Le CSO anime également une mailing list par laquelle vous pouvez notamment recevoir régulièrement des infos centrées sur l'Otan, et où vous pouvez aussi diffuser vos avis et réflexions. Pour vous inscrire à cette liste, il suffit d'envoyer un e-mail vide à l'adresse

alerte_otan-subscribe@yahoogroupes.fr


Édito

Guerre pour la démocratie en Libye,
état de la démocratie en Belgique...

Trois mois ont passé depuis ce jour fatidique où le parlement belge a voté à la quasi unanimité l’engagement de notre pays dans la guerre de l’Otan contre la Libye. Maintenant, certaines voix s’élèvent parmi les parlementaires pour émettre des doutes sur la poursuite de cette participation et sur les objectifs de celle-ci. Mais le parlement, en votant l’intervention de la Belgique, le 21 mars dernier, s’est délibérément privé de tout moyen d'avoir une quelconque influence sur la poursuite de la guerre. Le gouvernement belge en affaires courantes s’est fait fort de ce soutien pour poursuivre des objectifs qui étaient déjà clairs depuis des mois : le renversement du gouvernement de Kadhafi et la mise en place d’un nouveau "pouvoir". Il n’est pas vrai que l’intervention militaire otanienne a changé de nature, comme le disent aujourd’hui certains parlementaires. Ce qui est vrai, c’est que l’Otan n’a pas atteint son but après trois mois de bombardements intensifs et chaque jour plus meurtriers contre les populations civiles qu’on était censé protéger. Et cela oblige à ouvrir un peu les yeux.

L’engrenage de la guerre est en marche. Le gouvernement belge, toujours en affaires courantes, a prolongé de trois mois (et peut-être même "indéfiniment", comme vient de le proclamer le ministre De Crem) la participation belge aux frappes de l’Otan, et ne tardera pas à faire allégeance politique : la reconnaissance du Conseil National de Transition (les rebelles de Benghazi) comme "représentant légitime du peuple libyen" n’est pas loin. Déjà 13 pays membres de l’Otan ont franchi le pas.
Un seul missile coûte 350 000 euros, une bombe coûte entre 15.000 et 25.000 euros pièce. Les estimations minimales du ministère de la "défense" sont de près de 15 millions d'euros pour 3 mois, cela alors que les menaces d’économies dans les budgets sociaux se font de plus en plus pressantes.

Quand des partis se disant partisans d’un idéal progressiste, rejettent toute solution diplomatique et politique et s’engagent dans une guerre comme celle contre la Libye, ils enterrent eux-mêmes la démocratie dont ils se revendiquent. Certains avaient ces derniers mois pris des positions certes tardives, mais remarquables contre l'engagement de la Belgique dans la guerre d'Afghanistan, dénonçant l'hypocrisie des motifs humanitaro-sécuritaires officiels, et réclamant explicitement le rapatriement des bombardiers belges. Mais ce sont les mêmes qui ont signé des deux mains l'entrée de la Belgique dans cette guerre, qui a tout d'un bourbier annoncé. Faudra t'il attendre dix autres années pour qu'ils réalisent qu'ils se sont laissés duper encore une fois par le miroitement humanitaire de l'«intervention» ?

Notre pays est l'un des pays les plus lourdement engagés dans cette guerre. Outre un navire de guerre croisant au large de la Libye, six chasseurs-bombardiers F-16 participent aux bombardements et ils ont déjà largué plus d'une centaine de bombes. Après 3 mois de bombardements quotidiens, c'est ici un silence radio quasi-total sur cette guerre où est impliquée à ce point la Belgique. Notre empêtrement militaire a été couvert par des monceaux d'infos médiatiques et divertissantes, mariage princier, béatification d'un pape, nième mort de Ben Laden – le jour même où l'Otan ciblait un fils et 3 petits-enfants de Kadhafi. Manifestement la population doit être tenue à l'écart de sujets aussi futiles que la guerre menée par notre propre pays. Curieuse conception de la démocratie, qu'on prétend aller exporter là-bas à coup de bombes.

Sommaire


La guerre contre la Libye et le « nouveau concept stratégique » de l’Otan

Le Sommet de l’Otan de Lisbonne – novembre 2010 – s’est félicité de l’adoption de son Nouveau Concept Stratégique, considérant, dans sa Déclaration Finale, que celui-ci rend l’Alliance « apte à défendre ses pays membres contre toute la gamme des menaces, capable de gérer les crises les plus difficiles et mieux à même d’oe’œuvrer avec d’autres pays et d’autres organisations pour promouvoir la stabilité internationale ».

La Déclaration finale du Sommet dit aussi que « La stabilité et la fiabilité des approvisionnements énergétiques, la diversification des itinéraires d’acheminement, des fournisseurs et des ressources énergétiques et l’interconnexion des réseaux énergétiques demeurent d’une importance capitale… et nous intégrerons, s’il y a lieu, les considérations de sécurité énergétique dans les politiques et les activités de l’Otan ».

« La paix et la stabilité dans la région méditerranéenne sont essentielles pour la sécurité euro-atlantique. Nous entendons développer encore le Dialogue Méditerranéen, en accroissant ses dimensions politiques et pratique, afin de renforcer la confiance mutuelle et de relever ensemble les défis de sécurité communs dans cette région. ».

L’agression militaire de l’Otan contre la Libye s’inscrit dans la mise en œoeuvre du Nouveau Concept Stratégique. Ce que le Sommet de l’Otan appelle la stabilité et la sécurité des approvisionnements énergétiques concerne plutôt la sécurité des intérêts des multinationales et la stabilité des politiques libérales qui dirigent nos pays. La Libye, l’Iran ou la Syrie, qui sont toujours dans le collimateur de l’Alliance, sont considérés comme des « menaces » car leurs gouvernements ont cherché et essaient de défendre une politique d’indépendance et souveraineté et veulent disposer des ressources énergétiques pour développer leur pays. L’Arabie saoudite, les autres pays du Golfe ne sont certes pas des « menaces », puisque leurs gouvernements laissent grand ouvertes les portes à l’Occident.

Les grandes luttes populaires de ces derniers mois ont déjà porté des coups importants aux gouvernements alliés de l’Otan dans la région au travers du « Dialogue Méditerranéen », dont l’Égypte, la Tunisie, le Maroc. Le principal allié, Israël, se trouve affaibli. Depuis les débuts des mobilisations dans plusieurs pays du Golfe et du Maghreb, l’Otan a augmenté ses actions de surveillance, et de mises en alerte tous azimuts. La Libye était une des cibles potentielles.

Début février, l’Otan crée un nouveau partenariat avec le Qatar, le Secrétaire Général Rasmussen y déclare « nous pouvons faire beaucoup ensemble, en particulier en ce qui concerne la sécurité énergétique, qui est un défi pour nous tous ». Quelques semaines plus tard, on voit le rôle charnière rempli par le Qatar pour instaurer le Conseil National de Ben Ghazi, pour servir de banquier , et de représentant politique du « monde arabe », et fournir sa part d’appui militaire à l’Otan dans ses bombardements criminels. Début mars, bien avant le vote de la Résolution 1973, l’Otan concentre son système aérien de surveillance AWACS pour contrôler le ciel libyen 24h sur 24 et préparer ainsi la « no fly zone ».

Le Nouveau Concept Stratégique relègue l’ONU au rang de simple partenaire. La Déclaration du Sommet de Lisbonne affirme « sa volonté d’ approfondir la coopération pratique et développer le dialogue politique sur des questions d’intérêt commun… notamment pour la gestion des crises dans lesquelles les deux organisations interviennent ».

L’Otan s’arroge le droit de faire appliquer des résolutions de l’ONU. La Résolution 1973 du Conseil de Sécurité est kidnappée par l’Otan qui se déclare le meilleur prestataire de sécurité et le seule capable de garantir l’embargo sur les armes vers la Libye et d’assurer la protection des civils !

L’Otan dispose des bases militaires des pays membres, dans tout le pourtour de la Méditerranée. Elle procède régulièrement à des manœoeuvres navales et des entraînements dits de lutte anti-terroriste comme l’Operation Active Endeavour, et à des vols d’entraînement des F-16 et autres bombardiers à partir des aéroports grecs, italiens ou turcs.

Les principaux États qui poussaient à la guerre pour renverser le gouvernement de Kadhafi sont les États Unis, la France, la Grande Bretagne. Mais aucun d’eux ne pouvait se permettre d’agir pour son propre compte. Les autres pays membres de l’Otan, en particulier l’Italie, la Turquie et l’Allemagne après avoir manifesté beaucoup d’hésitations, se sont quand même tous ralliés à la grande croisade otanienne. La Belgique a fait du zèle et se trouve parmi les plus impliqués. Aujourd’hui, l’Otan est tout entière engagée On dirait que cette guerre est un exercice de mise en pratique des capacités de l’Otan à lancer sur mer et dans les cieux, des engins de guerre les plus sophistiqués et à coordonner des forces armées de différents pays. Une sorte de laboratoire aussi sur sa capacité de détruire un pays, sans y envoyer de troupes au sol. Toutes sortes d’armes sont essayées. Dont très probablement des armes à uranium appauvri. On est loin de toutes les justifications morales, type droit de l’homme, défense de la démocratie, responsabilité de protéger les civils. La 3e guerre de l’Otan est envoyée et ce ne sera pas la dernière. C’est un engrenage infernal, et on ne pourra s’en libérer que par une politique de rupture avec l’OTAN !

Claudine Pôlet

Sommaire


La destruction humanitaire de la Libye

De la honte d'être pacifiste pendant une juste guerre

L'image est pour beaucoup tout à fait claire : la communauté internationale s'est émue à juste titre de la cruauté de Kadhafi bombardant son propre peuple. L'intervention occidentale a permis d'éviter un bain de sang à Benghazi. L'Otan agit pour le peuple libyen, mandatée par la Communauté Internationale dans une intervention humanitaire sanctifiée par une résolution des Nations Unies

Face à ce schéma, la réaction des groupes pacifistes et progressistes a été pour le moins embarrassée et ambiguë. Les pacifistes devaient absolument, avant tout autre débat et argument, démontrer qu'ils adhéraient tout à fait au schéma imposé, "le fou sanguinaire Kadhafi massacre son propre peuple". Les arguments pacifistes ont donc tourné autour des points qui n'avaient aucunes chances de perturber la bonne conscience des partisans de l'intervention pour protéger la population libyenne d'un massacre.

"La guerre n'est pas une solution" ? Oui, mais il y avait urgence : il fallait intervenir militairement, ou alors laisser se produire le massacre annoncé. "Les bombardements de l'Otan risquent de toucher des innocents" ? Peut-être, hélas, mais les Libyens qui sont en train d'être massacrés par des bombardements non chirurgicaux eux, ne sont-ils pas des innocents ? "L'Occident agit là par intérêts économiques, c'est une guerre pour le pétrole" Tant pis ou tant mieux, si des intérêts économiques douteux permettent d'éviter un bain de sang. "Deux poids, deux mesures, on laisse massacrer ailleurs…" Pour reprendre l'argument du Soir : "aurait–on dû dire aux rebelles sur le point de se faire massacrer : désolé pour vous, on n’est pas intervenu au Bahrein ni à Gaza, donc on ne peut le faire pour vous ?"

En bref ceux qui s'opposent à la guerre juste de l'Otan doivent avoir honte de proposer de laisser se produire un inéluctable massacre de la population.

Aucun groupe "pacifiste" organisé n'ose vraiment remettre en question cette image de base. Comme s'ils avaient complètement oublié, que chaque guerre des temps modernes a été présentée comme ayant de nobles objectifs, dans lesquelles les atrocités et massacres de l'autre jouaient un rôle essentiel. Hitler n'a jamais déclaré autre chose que vouloir protéger les minorités allemandes de Tchécoslovaquie puis de Pologne, qui étaient massacrées ou victimes d'abominables atrocités. Aux oubliettes, les couveuses de Koweit-City, en 1990, et la préparation psychologique de l'invasion de 2003 de l'Irak, martelée ici sur le thème de "Saddam Hussein qui a massacré son propre peuple". La guerre du Kosovo était basée sur un plan de génocide imminent des Kosovars qui n'a de fait jamais existé, et l'opinion publique a été manipulée par des récits et des chiffres invérifiables (et invérifiés après coup).

Pourquoi donc cette guerre-ci ferait-elle exception à la règle ?

Manifestants civils

Il est très malaisé de savoir ce qui s'est passé exactement aux premiers jours de la révolte libyenne. Ce qui est tout à fait certain en revanche, et qui aurait dû au moins nous mettre sur nos gardes, c'est que nous avons été soudain soumis à un déluge d'"informations" particulièrement orientées, unilatérales, et parfaitement invérifiables.

En ce mois de février, tout le monde avait en tête l'image des protestations pacifiques, à Tunis et au Caire, des manifestants, obtenant apparemment par leur seule détermination la chute de Ben Ali et de Moubarak. Faire le parallèle mécanique avec ce qui survint alors en Libye était donc inévitable.

Mais pourtant et dès les premiers jours, il était clair qu'il ne s'agissait pas du même cas de figure. Ce n'était pas des manifestants civils pacifiques qu'on voyait, mais bien des personnes qui avaient pris les armes, des rebelles armés qui avaient pris le pouvoir par les armes dans plusieurs villes

On a maintenu assez longuement contre toute évidence la fable de "manifestants civils désarmés", alors même que la télé nous présentait des gens armés, de la kalachnikov aux batteries anti-aériennes. À mesure que la guerre avançait, on apprenait petit à petit qu'ils disposaient de chars (lorsque l'Otan en a bombardé par erreur une colonne), d'avions de chasse et d'hélicoptères de combat…

Il est légitime de penser que les rebelles libyens ont raison de se soulever contre leur gouvernement, et que leur cause est juste. On peut discuter sur cette base là. Il est par contre complètement malhonnête de présenter des rebelles armés comme le peuple libyen. Il y a là un trucage grossier, mais qui a parfaitement fonctionné

Par ailleurs, après près de trois mois de combat la rébellion malgré l'énorme arsenal de l'Otan à sa disposition, n'arrive pas à avancer : la réalité contredit directement l'histoire du clan Kadhafi juste soutenu par une poignée de mercenaires contre tout son peuple.

Kadhafi bombarde son propre peuple

Le gouvernement libyen (qu'il faut absolument qualifier de "régime de Kadhafi" pour ne pas être suspect, et tout le monde, à commencer par la gauche, obéit à la règle), aurait donc bombardé son propre peuple. Il n'y a pourtant aucune évidence que des bombardements de populations civiles par les forces gouvernementales n'aient jamais eu lieu en Libye. "Les informations - un temps diffusées - selon lesquelles des bombardements aériens auraient provoqué un carnage parmi des habitants n’ont pas, à ce jour, été vérifiées", écrit Le Monde le 11 mars ; mais le même article évoque la possibilité que Kadhafi bombarde Benghazi au gaz moutarde !! Une fois qu'on est convaincu de la monstruosité de l'autre, plus aucune évidence n'est nécessaire.

Les demandes expresses d'enquête, faites par le gouvernement libyen même sont demeurées lettre morte. L'essentiel était d'avoir cette image imposée comme une certitude dans l'opinion publique occidentale. Kadhafi a bombardé les manifestants avec son aviation ! Après cela tout ce que pouvait dire ou faire le gouvernement libyen était d'office disqualifié – tout ce qu'il pouvait dire était devenu inaudible, voire même retourné contre lui.

Les rivières de sang

Un exemple symptomatique de ce retournement de sens, et qui a joué un rôle essentiel dans cette guerre, est la fameuse phrase d'un des fils de Kadhafi, selon laquelle il menaçait son peuple de rivières de sang s'il osait manifester contre son Guide. Cette phrase a été reprise et répétée ad nauseam, pour donner l'image parfaite d'une tyrannie démente.

« L'action de la France se situe dans le strict respect de la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies d'abord, et dans le cadre d'une mobilisation en faveur de la population libyenne persécutée par Kadhafi, dont le fils avait promis des rivières de sang à son peuple », affirme le porte-parole de la diplomatie française. « Les menaces proférées par le fils du président Kadhafi, ‘de faire couler des rivières de sang’ sont choquantes », déclare la présidente de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme. Le secrétaire national du Parti Communiste français : « Le fils de Kadhafi menace d'entraîner le pays dans la guerre civile avec le risque de rivières de sang. Ces déclarations sont consternantes »

C'est un cas de manipulation particulièrement intéressant. Voici les propos exacts de Seif Al Islam : « La Libye est à un carrefour. Soit nous nous entendons aujourd'hui sur des réformes, soit nous ne pleurerons pas 84 morts, mais des milliers et il y aura des rivières de sang dans toute la Libye » : Autrement dit, en langage occidental bien civilisé, il ne dit pas autre chose que ceci : "Il faut tout faire pour éviter une guerre civile, qui provoquerait en Libye énormément de morts". C'est une phrase malheureusement tout à fait juste. Les "rivières de sang" sont celles qui coulent actuellement du fait de la guerre civile, et de la décision délibérée de saboter toute proposition de cessez-le feu et de négociations. La malhonnêteté patente de monter en épingle cette phrase devrait faire réfléchir toute personne qui croit en la nécessité morale de cette guerre.

Atrocités contre les civils

Le bain de sang a t'il été évité in extremis à Benghazi grâce à l'intervention occidentale, comme il nous a été martelé sur tous les tons ? Oui, sans le moindre doute, dès qu'on souscrit à l'image initiale d'un clan Kadhafi sanguinaire voulant massacrer son propre peuple. Si par contre on réalise que les rebelles sont en proportion certainement non négligeable composé de soldats de l'armée gouvernementale ayant fait défection, des questions surgissent immédiatement. Pourquoi donc les soldats 'de Kadhafi' seraient composés d'impitoyables tueurs, violeurs, massacreurs, pendant que les soldats 'ex-de Kadhafi' qui pour l'une ou l'autre bonne ou moins bonne raison, sont passés sous l'autorité de l'ex ministre de la Justice, et de l'ex ministre de l'Intérieur du régime seraient soudain touchés par la grâce? Pourquoi ceux qui marchent dans le sillage des bombes de l'Otan vers le pouvoir sont-il d'office purs et bons ?

Comment se fait-il qu'on s'intéresse si peu au sort des pro-Kadhaffi dans les villes qui ont été "libérées" par la rébellion ? Aux tous premiers jours, un reportage télé de Benghazi nous présentait les corps de plusieurs soldats abattus, les mains liées derrière le dos. Le commentaire off disait "ce sont des soldats qui ont refusé de tirer sur la foule, et qui ont été abattus pour cette raison par les officiers". Peut-être, et sans aucun doute d'ailleurs dès qu'on a bien ingéré l'histoire de base. Le commentaire, "ce sont des soldats loyalistes exécutés par les rebelles" aurait-il été à ce point invraisemblable ?

Les récits d'atrocités sont une composante essentielle et incontournable des guerres justes. Ce sont toujours les autres, du camp que l'on bombarde avec le droit avec nous, qui commettent d'épouvantables atrocités. Les autres, ceux que l'on soutient dans leur cause juste ne commettent jamais, assez mystérieusement il faut bien dire, la moindre atrocité. Ou alors ce sont des cas isolés, des pommes pourries, tels les quelques marines US qui ont été assez imbéciles pour prendre des photos de leurs exploits.

Le Mouvement pour la Paix arrivera t'il un jour à se débarrasser de cette hantise, d'oser ne pas condamner d'office avec l'ensemble de la meute ceux que l'on accuse d'atrocités ? L'expérience du passé, des récits d'atrocités inventées dans le but précis d'émousser toute opposition à la guerre, ne sert donc à rien pour les militants de la paix ?

Penser que le conflit qui déchire aujourd'hui la Libye est un conflit entre les Bons et les Mauvais est une stupidité basique, quelle que soit l'opinion que l'on a sur les uns et les autres, et sur la justesse de leurs causes. Une guerre entraîne nécessairement son cortège d'horreurs et d'atrocités, commis de part et d'autre.

« Il n'y a pas d'autre solution que la solution militaire car le langage du dictateur est celui de l'anéantissement et les gens qui parlent ce langage ne comprennent que ce langage », déclare un porte-parole de la rébellion, au moment de rejeter la proposition de médiation et de cessez-le-feu de l'Union Africaine. Autrement dit, la seule option possible pour les rebelles, et pour l'Otan qui les soutient, c'est l'anéantissement de l'adversaire. Gageons que le sort à venir des "pro-Kadhaffi" ou étiquetés tels, est une histoire qui laissera l'Otan parfaitement indifférent, et ne passionnera guère les grands médias, à l'instar des massacres perpétrés par les troupes de Ouatara en Côte d'Ivoire .

Les représentants du peuple libyen

Les rebellions armées existent dans grand nombre de pays, de part le monde, et en Afrique en particulier. La question n'est pas ici de discuter de leurs raisons qu'on peut estimer être tout à fait justes, ou plus douteuses. On peut citer par exemple, le cas de l'Irak, où depuis l'invasion américaine et la mise en place d'un gouvernement "démocratique" au service de l'occupant, une importante résistance armée continue à combattre les forces armées de ce gouvernement que certains considèrent comme fantoche. On pourrait évoquer aussi l'Afghanistan….

Dans ces cas particuliers, les pays de l'Otan, loin de reconnaître la rébellion armée comme représentante du peuple, ou d'une partie du peuple, aident plutôt activement le gouvernement "légal" à l’écraser militairement.

En Libye, indéniablement, l'Otan est en train de soutenir une rébellion armée contre un gouvernement. Quel droit a l'Occident, du haut de sa glorieuse histoire coloniale, pour décider que tels ou tels sont effectivement les représentants légitimes du peuple libyen ? Le peuple libyen a appelé à l'aide nous affirme-t-on, l'Occident, que dis-je, la "Communauté Internationale", pétrie de bonté et forte de siècles d'apport de sa générosité désintéressée l'ensemble de la planète, ne pouvait pas ignorer cet appel à l'aide. Bien. Le peuple libyen, on est tout à fait sûr que ce sont ces gens du Conseil National de Transition ? Les gens de Tripoli, de Syrte, de Brega,... bombardés jour et nuit par l'Otan, de qui l'on détruit les infrastructures, c'est pas le peuple libyen? Les centaines de milliers de gens qui s'enfuient effrayés des bombes et de l'avancée des rebelles, pas le 'bon' peuple libyen ? Les seuls représentants légitimes du peuple libyen, ce sont ces personnes qui demandent à l'Occident de bombarder leur pays ?

Si le gouvernement libyen, pardon, le régime de Kadhafi, est bien le régime totalitaire, délirant, sanguinaire qu'on nous décrit, par quel miracle des personnages aussi impliqués dans le régime que devaient l'être l'ancien ministre de la Justice, ou celui de l'Intérieur, ou le représentant aux Nations Unies, pourraient-ils être devenus soudain des interlocuteurs tout à fait respectables, bien démocratiques, et dignes représentants locaux de "nos valeurs" ? La Justice, et l'Intérieur, sont pourtant les postes par excellence où devait s'exprimer le caractère brutal et répressif du régime.

«Motivés par de stricts impératifs humanitaires…»

Fallujah, Irak, octobre-novembre 2004 : après le lynchage quelques mois plus tôt de 4 mercenaires US de Blackwaters, Fallujah est pendant près de deux mois impitoyablement pilonnée, "nettoyée", à coup de bombes au phosphore et de napalm notamment. « L'ennemi a un visage, il s'appelle Satan. Il est à Fallujah. Et nous allons le détruire... » déclare à cette occasion un responsable militaire US (et c'est Kadhafi qui est dérangé..). On parlera de 4 à 6000 civils tués. Le rapporteur spécial de l’ONU accuse les forces d'occupation de violation de la Convention de Genève en utilisant la faim et la privation d'eau comme arme de guerre contre la population civile.

En juillet dernier, une étude publiée dans l’International Journal of Environmental Research and Health a démontré à Fallujah une hausse de la surmortalité infantile et une augmentation spectaculaire des cas de cancers, (multiplication par 4, et par 12 pour les moins de 14 ans) et de déformation à la naissance, conséquences probables de l'utilisation d'uranium appauvri dans les munitions états-uniennes.

L'horreur de Fallujah n'est qu'un "épisode" parmi bien d'autres, en Afghanistan et en Irak. Mais aujourd'hui il nous faut croire que ces mêmes forces US viennent au secours du peuple libyen, motivées par de stricts impératifs humanitaires. Cela laisse rêveur.

Quel sera le sort à moyen terme de la Libye ? Si les opposants viennent au pouvoir, portés par l'Otan, on peut raisonnablement supposer qu'ils resteront redevables à leurs protecteurs, ce qui signifie "libéralisation économique", et établissement de bases militaires US. Imaginer que la Lybie que projette la composition hétéroclite actuelle, formée en partie d'ex-dignitaires de Kadhaffi et de fondamentalistes du Groupe de combat islamique soit une "Lybie laïque, démocratique et progressiste" est faire preuve pour le moins d'une navrante crédulité. Les intellectuels et philosophes distingués qui militent pour les bombes de l'Otan font s'ils y croient, un sinistre pari, sur le sang des Libyens

Un autre scénario possible, est que la no-fly zone et les sanctions soient indéfiniment reconduits, exactement comme pour l'Irak après 1991, avec bombardements 'de routine' quotidiens, "pour protéger les civils". Un embargo sévère sera le complément indispensable de cette généreuse protection des populations civiles par l'Otan. On a déjà pu avoir un avant-goût de sa justification lorsque les forces de l'Otan ont arraisonné un pétrolier et l'ont empêché de livrer sa cargaison à Tripoli : « Les forces navales [de l'Otan] peuvent intercepter les navires entrant ou quittant les ports libyens si elles disposent d'informations fiables donnant à penser que le navire ou sa cargaison servira à attaquer ou à menacer des civils, directement ou indirectement »

Dans l'un et l'autre cas, l'Irak actuel donne une idée assez précise de l'avenir de la Libye.

L'Irak a basculé en quelques années d'un rang de pays développé, comme la Libye aujourd'hui, à une position extrême de sous-développement. Les infrastructures sociales se sont effondrées. Avant 1990, le système d’éducation irakien et le système de soin de santé étaient les plus avancés de la région du Proche-Orient. En 2006 le taux officiel d'alphabétisation était tombé à 40%, 24% pour les femmes. Les systèmes de santé, et de services sociaux ont été détruits. Les Irakiens doivent se débattre contre le chômage, la pauvreté, l'insécurité. En 2002, avant l'invasion, l'OMS estimait à plus d'un million et demi le nombre d'enfants morts des suites de l'embargo.

« 23 % de la population vit toujours avec moins de 2,2 dollars par jour, une des causes principales de malnutrition généralisée chez les enfants et les femmes. La malnutrition est élevée avec un enfant sur trois de moins de cinq ans atteint de retard de croissance modéré ou sévère (…). Les violences continuelles ont détruit les institutions et les dispositifs de protection physique, sociale et juridique dans la plus grande partie du pays. La perte dans le conflit de dizaine de milliers de parents et de personnes s'occupant d'enfants a rendu les enfants encore plus exposés au harcèlement, à l'exploitation et aux mauvais traitements. » Unicef, avril 2010

Ce ne seront pas dans quelques années les morts des massacres par Kadhafi qui seront à déplorer.

Drapés dans leur bonne conscience humanitaire, les hérauts du droit d'ingérence ne réalisent pas que les conséquences seront infiniment plus désastreuses que le mal qu'ils prétendaient combattre

Quel devrait être le rôle des organisations pacifistes ?

Nous retrouvons avec cette guerre tous les aspects magistralement décrits par Anne Morelli dans son livre "Principes élémentaires de propagande de guerre"1.

L'expérience des guerres est longue, il n'y a pas là de place pour l'angélisme. Il n’y a aucun raison objective que l’Otan soit une œuvre caritative, et que le jeu des USA et des anciennes puissances coloniales soit plus humanitaire que lors des siècles passés.

Il ne s'agit pas pour les militants pacifistes de prouver leur propre bonne volonté pacifiste. Crier "Non à la guerre, paix, démocratie!" ne sert pas à grand-chose, si on est par ailleurs aveugle face aux mécanismes d'acceptation mentale de la guerre.

Les organisations progressistes et mouvements de paix, si elles se veulent vraiment avoir un sens et un rôle utile contre la guerre, devraient être particulièrement conscientes du fait que la désinformation est une arme de guerre, plutôt que baisser honteusement la tête à la première attaque coordonnée de la propagande, et servir, malgré soi, de complément humaniste à la campagne guerrière.

Roland Marounek

1. Edition Labor, 2001

Sommaire


La guerre n’est pas un jeu

Le hasard m’a fait revoir une photo de la grand place de Wavre détruite par les bombardements en l’an 1944 ; je me suis remémoré ma présence dans les bombardements de Louvain (Leuven), blotti dans les caves, entendant les explosions assourdissantes, les tremblements du bâtiment, la peur des adultes transmise aux enfants qui pleurent, qui hurlent, les odeurs d’urine, de vomi. Depuis lors, j’ai toujours une crainte quand un bruit d’explosion surgit, un feu d’artifice, un éclair frappant le sol.

La Libye et surtout Tripoli subissent des bombardements. Au départ, c’était contre les cibles militaires avec « des dégâts collatéraux ». Après 3 mois, il ne reste à bombarder que « les dégâts collatéraux ». La population terrorisée, terrée dans les abris, n’ayant pas eu le temps d’accumuler des vivres, vit l’enfer. Et dire que certains mouvements de la paix se prononcent pour la GUERRE, comme si c’était un jeu vidéo. Précédemment, ils préféraient le terme « intervention humanitaire de l’OTAN », c’est plus joli. ….

Comment peuvent-ils condamner l’intervention de l’OTAN et de la Belgique en Afghanistan, en rappelant la souffrance de ce peuple sous les bombardements, ce peuple qui doit chaque semaine enterrer des dizaines de corps humains morts sous les bombes lâchées par les gentils avions de l’OTAN, et en même temps, soutenir la guerre en Libye ! Ce sont les mêmes avions bombardiers de l’Otan qui viennent apporter le bonheur au peuple libyen.

Les mensonges de nos médias se suivent et se ressemblent. ; Dans le passé, on disait : « jamais Hitler n’a attaqué la Pologne, c’était une invasion polonaise qui a obligé l’Allemagne à envahir la Pologne ». Le dernier média-mensonge en date : la démission de l’ambassadrice de Syrie en France, répercuté sur toutes les ondes radios et TV, suivi d’un démenti, le mal était fait. Il y a le cas de la fameuse "Lesbienne de Damas", qui décrivait de manière poignante la répression "vue à Damas", et qui fit croire à son enlèvement : c'était un étudiant américain vivant en Écosse. Cette information a circulé à travers les médias, avant l’annonce que c’est faux ! Elle servait à diaboliser et à discréditer le pouvoir syrien et ses forces de l’ordre.

Nous ne savons pas ce qui se passe en Syrie, mais en droit belge, les mensonges disqualifient toutes les autres informations. La condamnation de la Libye à l’ONU est due à la supposée intention de M. Kadafhi de massacrer le peuple. La réalité est tout autre : les insurgés pratiquent le massacre des pro-Kadafhi, des travailleurs noirs, les médias évitent d’en informer le public.

La plupart des médias ne s’informent que dans les bureaux liés à l’OTAN, nous essayons dans la mesure de nos moyens de donner une vision d’une autre réalité.

Marcel Poznanski


Libye, Côte D’Ivoire : Sarkozy jouant au néo-conservateur ?

Les arbres, encore une fois, servent à cacher des forêts. La diabolisation médiatique de l'adversaire a, à nouveau, permis de dissimuler les intérêts économiques et géopolitiques qui muent les agresseurs.

Nombreux par exemple sont ceux qui ne remettent pas un instant en question le "fait" que Kadhafi a bombardé sa population ; je ne mentionnerai que l’article de Natalie Nougayrède dans Le Monde du 11.03, disant que « les carnages provoqués par des bombardements aériens n’ont pas, à ce jour, été vérifiés » et les informations des services de renseignement russes selon lesquels aucun bombardement de populations civiles par l’aviation de Kadhafi n’avait pu être vérifié. Comment par ailleurs expliquer que, dans un monde où le plus petit coin d’une ruelle est sous l’œil des satellites, les services occidentaux, toujours si prêts à susciter nos compassions par une profusion d’images n’en ont produit aucune montrant ces méchants bombardements kadhafistes contre des populations civiles ?

Quant aux motivations humanitaires, toujours aussi compassionnelles, comment ne pas être ébranlé par la révélation du même quotidien français lorsque sa correspondante, Nathalie Guibert nous informe que « les forces interventionnistes ne touchent pas la marine libyenne parce qu’elle sera utile pour faire barrage aux immigrés dans le ‘post-Kadhafi’ » ? (Le Monde, 31.03). Pour ce qui est des opposants désarmés, le doute s’impose lorsqu’on apprend que le 18 mars, un avion de chasse abattu à Benghazi et que l’on croyait du dictateur appartenait en réalité aux insurgés. Et que des média si peu suspects de kadhafisme comme The Telegraph, The Wall Street Journal ou la BBC informaient, des semaines avant la décision du Conseil de sécurité des Nations Unies, que des commandos armés occidentaux se trouvaient déjà en territoire libyen. Plus près de nous, le ‘Canard Enchaîné’, dans un article titré « Fournitures gratuites aux insurgés libyens », informait le 9 mars, (soit 9 jours avant la résolution du Conseil de Sécurité autorisant l’usage de la force) que des opérations militaires franco-anglo-américaines se déroulaient déjà sur le terrain. Ce journal récidive trois jours plus tard, en nous apprenant que la DGSE — le service de renseignement et d’action extérieur français — « aurait livré discrètement à Benghazi, dès la mi-mars, quelques canons de 105 mm et des batteries antiaériennes mobiles ».

Comme si toute cette démonstration d’aventurisme de tout genre était insuffisante, voilà que le couple Sarkozy - Ban-ki Moon se lance dans une opération encore plus douteuse dans le contexte des élections en Côte d’Ivoire. Avec un empressement digne des meilleures causes, le second ordonne à son représentant sur place de valider l’élection du candidat Ouattara, ami personnel du premier. C’est ainsi que, dûment entouré par les ambassadeurs de France et des Etats-Unis, ce fonctionnaire décide que Ouattara est le vainqueur malgré de très lourdes et sérieuses contestations. Le Français Alberto Bourgi, professeur du droit public et africaniste reconnu, s’étonnait à la radio française ce vendredi 01.04 de cette curieuse célérité.

Encore une fois, ce n’est pas le droit humanitaire ni le sacro-saint principe du respect des urnes qui tirent les ficelles de la gestion du dossier ivoirien. Il se fait que le Président Gbagbo avait osé envisager de ne pas limiter aux seuls capitaux occidentaux les perspectives d’investissement dans son pays, mais de les ouvrir aussi aux Chinois et aux Indiens. Pire encore, il avait des plans pour faire de la commercialisation du cacao, jusqu’alors dans les mains d’une grosse multinationale, un service public contrôlé par l’État, avec la participation des petits producteurs organisés en coopératives. Projets fort gênants parce qu’il se fait qu’un des patrons de cette multinationale, la ‘Armajaro Trading Inc’, Loïc Folleroux, est le beau-fils de Ouattara, lequel, en spéculateur habile, venait d’acheter, un mois avant les élections, 240.000 tonnes de cacao en anticipant une envolée de son cours. Suprême irrévérence, le président Gbagbo se proposait de constituer un système financier essentiellement axé sur une banque publique contrôlée par l’État. Projet quelque peu détonnant si l’on considère que son rival Ouattara était l’ancien patron du département Afrique du FMI.

Triste scénario de bien douteuse morale. L’Occident se prépare ainsi, au nom des valeurs humanitaires et de liberté qui sont « les siennes », à sacrer le candidat Ouattara dont la Croix Rouge est occupée à découvrir d’importants charniers semés par ses troupes dans sa route vers Abidjan. Monsieur Sarkozy joue à l’apprenti sorcier en Côte d’Ivoire, deuxième acte d’une partition qui, après la Libye, viserait l’Iran. Délocalisation aidant, les néo-conservateurs ont déménagé vers l’Élysée. Tout en cherchant à assurer la réélection du patron, seront-ils en train d’explorer les traits d’une folle sortie de crise ?

Vladimir Caller

Sommaire


Il y a 20 ans, la Yougoslavie explosait

Vingt ans après le début des guerres yougoslaves, où en sont les États issus de l’ancienne fédération socialiste, notamment au niveau de ce qu’il est convenu d’appeler leur « intégration euro-atlantique » ?

Le 25 juin 1991, la Slovénie et la Croatie proclamaient unilatéralement leur indépendance, provoquant une riposte de l’Armée populaire yougoslave (JNA) qui tentait, dès le lendemain, de reprendre le contrôle des frontières extérieures de la fédération. Côté tant slovène que croate, des unités de défense territoriale et de police, ainsi que des milices acquises aux gouvernements nationalistes de ces deux républiques, ouvraient le feu sur les soldats de la JNA.

En Slovénie, la guerre s’acheva rapidement, le 7 juillet, par la signature de l'accord de Brioni, par lequel Belgrade renonçait de facto à exercer tout contrôle sur l’entité la plus septentrionale de la fédération. Le conflit a coûté la vie à une centaine de personnes, surtout des soldats yougoslaves, sommairement exécutés après leur reddition ou brûlés vifs dans leurs tanks.

Ensuite, la Slovénie, république la plus prospère de Yougoslavie, s’est tournée vers l’Occident, adoptant les réformes de marché prescrites, et a adhéré à l’OTAN en 2004 et à l’Union européenne (UE) en 2007. Dotée d’une population ethniquement slovène à plus de 90 %, elle n’a pas connu les troubles qui ont ravagé les autres républiques ex-yougoslaves, bien que plusieurs dizaines de milliers de citoyens qui en étaient originaires aient été expulsés ou « effacés » des registres, privés de papiers, et donc de travail, de pension, d’enseignement… Pas plus que dans les États baltes, où des centaines de milliers de russophones ont connu, ou connaissent, un semblable « effacement », la plupart des associations de défense des droits de l’homme ne se sont guère émues de cette situation qui n’a été que partiellement réglée suite à de discrètes pressions de l’UE.

En Croatie, les événements prirent un tour bien différent. En cause, essentiellement la présence d’une minorité serbe consistante (environ 12 % de la population), vivant surtout dans les confins ruraux de la république (Krajina, Slavonie…). Tentant au départ de jouer à l’arbitre dans les escarmouches entre milices croates et serbes, la JNA – désertée par ses éléments slovènes et croates – prit progressivement le parti d’une population serbe, inquiète de sa radiation dans la nouvelle constitution croate (l’ancienne faisait des Serbes de Croatie et des Croates les deux « peuples constitutifs » de la république) et de l’adoption par Zagreb de symboles (monnaie, drapeau…) datant de l’ère oustachie. La violence culmina avec le siège, puis la prise, de la ville de Vukovar par la JNA et les milices serbes. On apprendra plus tard que la ville, à la frontière avec la Serbie, avait été sciemment abandonnée par le Président Tudjman, désireux d’en faire un symbole de la « barbarie serbo-bolchévique ».

Après un cessez-le-feu et la reconnaissance de l’indépendance des deux républiques sécessionnistes par l’Allemagne et le Vatican, puis par les autres Etats de ce qui était encore la Communauté économique européenne, une force des Nations Unies s’interposa entre les lignes serbes et croates à partir du printemps 1992. Entérinant ainsi la sécession croate, Belgrade créait, en avril 1992, une nouvelle fédération n’englobant plus que la Serbie et le Monténégro et retirait son armée de Croatie, puis de Bosnie-Herzégovine. Le front fut gelé pendant quelques années, avec un quart du territoire sous contrôle serbe, jusqu’à ce que la Croatie acquière d’abondants armements et de précieux soutiens militaires, en dépit d’un embargo sur les armes imposé à toute l’ex-Yougoslavie par l’ONU dès septembre 1991. C’est ainsi que, en plus d’une bonne partie de l’arsenal de l’ex-RDA, livrée gracieusement par le puissant allié allemand, Zagreb se tourna vers la Pentagone qui y déploya la Military Professional Resources Inc. (MPRI), une firme officiellement privée employant de hauts officiers U.S. à la retraite. Avec l’aide de la CIA, elle planifia les deux « blitzkrieg » de mai et d’août 1995, qui balayèrent les principaux bastions serbes et provoquèrent l’exode de plus d’un quart de million de personnes vers la Serbie et la Bosnie. Avec les victimes de ces opérations et l’assassinat de plus d’un millier de vieillards et de handicapés serbes n’ayant pu ou voulu prendre la fuite, on évalue entre dix et quinze mille le nombre total de morts causé par la guerre en Croatie.

Le pays ne s’est pas remis de ce nettoyage ethnique massif puisque, actuellement, la population serbe n’y dépasse guère les 3 %. Celle-ci a dû se sentir quelque peu réconfortée par la première condamnation de responsables de l’opération « Tempête » d’août 1995, en l’occurrence les généraux Gotovina et Markac, condamnés respectivement à 24 et 18 ans de prison par le Tribunal de La Haye (TPIY) en avril 2011. Peu de choses, sans doute, par rapport aux millénaires de prison que devront purger plusieurs dizaines de responsables et d’exécutants du massacre de Srebrenica, condamnés par le même Tribunal, ainsi que par des cours de Bosnie-Herzégovine, de Serbie et d’autres pays. Est-il utile de préciser que la complicité des Etats-Unis dans le nettoyage de la Krajina a été soigneusement mise sous le tapis par le TPIY, après que Gotovina ait été convaincu qu’il ne serait pas opportun de l’invoquer pour sa défense ? Mais il n’est pas impossible que le général, déçu par la lourdeur de sa sentence, change de tactique durant la procédure d’appel qui devrait bientôt s’enclencher.

Quoi qu’il en soit, après une période de transition durant laquelle dut s’effacer le dernier fief serbe en Slavonie orientale, la Croatie a récupéré l’intégralité de son territoire en 1998. Sur le plan économique, les biens publics ont été sauvagement privatisés, et souvent accaparés par le clan Tudjman, condition pour qu’elle acquière le statut de « candidat » à l’UE en 2004. Bloquée par la Slovénie pendant quelques années à cause d’une dispute sur le tracé de leurs frontières communes, son adhésion au club européen vient d’être programmée pour 2013 par la Commission, en dépit d’une population devenue particulièrement « eurosceptique » et qui devrait se prononcer par référendum. Entre-temps, la Croatie a été un deux bénéficiaires, avec l’Albanie, du dernier élargissement de l’OTAN en 2009.

La guerre éclata au début avril 1992 en Bosnie-Herzégovine. La dernière étincelle à enflammer la poudre fut le référendum sur l’indépendance, tenu un mois avant la guerre sous la pression de l’UE. Dans une république où toutes les décisions avaient toujours été prises avec l'assentiment consensuel des responsables de ses trois communautés constitutives – Serbes, Croates et Musulmans1 –, la polarisation ethnique atteignit son paroxysme lorsque la population fut sommée de déclarer si elle souhaitait ou non se détacher d’une Yougoslavie en pleine décomposition. Au-delà des clivages politiques apparus dans une région qui venait d’accéder au multipartisme, Musulmans et Croates optèrent pour l’indépendance, tandis que les Serbes boycottèrent le scrutin. (Suite page 9)

Au cours des mois précédant la guerre, trois séries de négociations entre responsables politiques bosniaques avaient pourtant failli aboutir à un accord permettant de sauvegarder la paix entre les communautés, dans le cadre yougoslave d’abord, puis dans celui d’une entité indépendante mais décentralisée. A chaque fois, Alija Izetbegovic, membre musulman de la Présidence tripartite, avait refusé de ratifier un accord conclu ou était revenu sur sa signature. A chaque fois, il avait semblé agir sous l’influence de diplomates des États-Unis. Trois ans et demi et cent mille morts plus tard, l’accord de paix de Dayton entérinait une division du pays plus nette que celle envisagée avant la guerre. Mais, dans l'intervalle, l’OTAN avait pu faire étalage de sa force en Bosnie, et avait ainsi survécu à la Guerre froide. De plus, après avoir été pris de court par les sécessions croate et slovène, les États-Unis avaient montré que ni l'ONU, ni l'UE – qui, pendant la guerre, avaient multiplié les tentatives de médiation et de plans de paix – n'étaient capables de gérer les Balkans sans leur implication directe. Car c'est bien dans l'Ohio, à 8.000 km de Sarajevo, que se trouve la base de Dayton…

De même, la sanglante guerre qui opposa Croates et Musulmans en Herzégovine et en Bosnie centrale fut arrêtée par un accord signé à Washington le 1er mars 1994. L'Herceg Bosna, entité croate créée dans le sud du pays, était officiellement abolie et les deux parties étaient réunies dans une «  Fédération ». A l'exception d'une guerre inter-musulmane – ignorée par les médias – dans le nord-ouest de la Bosnie, les forces théoriquement « fédérées » pouvaient concentrer leur énergie sur l'ennemi commun serbe. L’armée du général Mladic, après avoir connu une nette supériorité militaire initiale grâce à l'accaparement de la majorité des armements terrestres de la JNA (qui avait quitté la république dès le deuxième mois de guerre) dut faire faire face à un adversaire de mieux en mieux armé grâce à des livraisons massives en provenance de Turquie, d'Iran et de nombreux autres pays, et la complicité active des navires de l'OTAN qui appliquaient à leur manière l'embargo de l'ONU.

A une époque où nombreux considéraient l'OTAN comme une organisation obsolète appelée à connaître le même sort que son homologue basé à Varsovie, la guerre de Bosnie permit à l'organisation atlantique de se trouver un nouvel ennemi et une nouvelle raison d'être. Mandatée par l’ONU pour faire respecter une « no fly zone » au-dessus de la Bosnie, elle effectua la première action armée de son histoire le 28 février 1994 en abattant quatre avions de combat serbes. Ses interventions allèrent en crescendo jusqu'au bombardement massif d'objectifs militaires et civils en août et septembre 1995. Intervenant six semaines après le massacre, bien réel, de prisonniers musulmans capturés à Srebrenica et deux jours après un attentat au marché de Sarajevo, vraisemblablement monté par les autorités locales, ces trois semaines de bombardement de l'OTAN entraînèrent un retournement radical de la situation. Alors que Milosevic, président de Serbie, ordonnait à l’armée yougoslave de rester de marbre, comme un mois plus tôt en Croatie lors de l'opération « Tempête », les forces coalisées de la « Fédération » croato-musulmane et de Croatie s'emparaient d'un tiers du territoire de l'entité serbe, la Republika Srpska, proclamée en janvier 1992 et forgée à la faveur des combats.

A peu de choses près, l'accord de Dayton, avalisé par les présidents Tudjman et Milosevic, entérinait ce nouveau découpage territorial. Si les Musulmans devaient renoncer à Srebrenica et d'autres localités de l'est de la Bosnie, de vastes régions de l'ouest du pays, autrefois essentiellement peuplées de Serbes, passaient dans l'escarcelle de la « Fédération », comme la plupart des grandes villes, dont le caractère multiethnique semble s’être définitivement effacé.

Seize ans plus tard, la Bosnie-Herzégovine vit en paix et dans une relative sécurité, mais la majorité des déplacés et réfugiés ne sont pas rentrés chez eux. Les tensions qui étaient à l'origine de la guerre – centralisme des Musulmans majoritaires et tendances autonomistes des deux autres communautés – sont plus vives que jamais. Dans un Etat dirigé par un « Haut représentant », nommé par l'UE et doté de pouvoir quasi-dictatoriaux, la Republika Srpska a tendance à se rebiffer de plus en plus. Les Serbes critiquent en particulier une justice, aux mains des institutions centrales, qui n'a jamais jugé le moindre crime de guerre dont a été victime un des leurs. Un référendum, contestant ces institutions, a été convoqué, puis annulé de justesse sous la pression de l’UE, qui s’est peut-être souvenue que le référendum qu’elle avait exigé seize ans plus tôt avait plongé le pays dans la guerre. Les Croates, noyés dans une « Fédération » croato-musulmane où ils pèsent de moins en moins, se considèrent comme les grands perdants de Dayton. En effet, alors qu’ils ont connu, en proportion, la part la plus faible de victimes de guerre, près de la moitié de leur population a quitté le pays depuis, émigrant généralement en Croatie. Leur revendication d'une entité propre, à l'instar des Serbes qui – eux – ont pu se maintenir démographiquement, devient de plus bruyante, surtout depuis que les partis croates sont exclus du nouveau gouvernement de la « Fédération ».

En outre, Bosniaques de toutes ethnies sont accablés par de dures conditions de vie et un chômage massif, le plus élevé d'Europe, après le Kosovo. Si une armée unifiée a finalement été constituée à partir des trois factions qui s'étaient entretuées, aucune adhésion à l'OTAN n'est encore à l'horizon. Les Bosniaques connaissent pourtant bien l'OTAN, puisque des dizaines de milliers de soldats de l’organisation atlantique y ont remplacé les troupes de l’ONU dès la fin des combats et y sont restées jusque fin 2004. Leur a alors succédé une force de l’UE, Eufor Althea, actuellement réduite à 1.600 hommes. Néanmoins, l’OTAN a conservé, à Butmir, près de Sarajevo, un QG et quelque 200 militaires états-uniens, chargés de « conseiller » le gouvernement bosniaque en matière de défense et de traque de criminels de guerre. En outre, la même base abrite le QG d’Althea, qui paye d’ailleurs un loyer à ses hôtes de l’OTAN.

De même, la Bosnie-Herzégovine est le seul pays des Balkans (Kosovo excepté) pour lequel aucune adhésion à l’UE n’est encore envisagée. Les blocages institutionnels récurrents dans cette sorte de fédération hybride (deux entités, trois peuples constitutifs) retardent considérablement les sacro-saintes « réformes » exigées par Bruxelles et sont entretenus par un statut de protectorat qui n’ose dire son nom, mais qui favorise corruption, irresponsabilité et opportunisme politique. Comme en Belgique, aucun gouvernement central n’a pu être constitué après les dernières élections législatives, tenues là-bas le 3 octobre 2010.

Si l’UE justifie le maintien du poste de « Haut représentant » par les tensions entre communautés bosniaques, un protectorat n’est cependant pas synonyme de paix et stabilité. Le « Haut représentant », actuellement un citoyen autrichien, Valentin Inzko, devrait se rappeler que le précédent protectorat imposé à la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche-Hongrie s’est achevé par la Première Guerre mondiale et le démantèlement de l’empire de Vienne…

1. Ainsi se désignaient les Slaves de rite musulman et d'expression serbo-croate de Yougoslavie. Durant la guerre, le parti majoritaire (SDA) décida de rebaptiser sa communauté du nom de « Bosnjaci », traduit en français par « Bosniaques ». En français, cependant, ce terme désigne également les habitants de toute la Bosnie-Herzégovine, indépendamment de leur origine ethnique ou religieuse. Le double sens de ce mot fut à la base de nombreuses confusions et entretint une vision biaisée du conflit.

Par manque de place, nous publierons dans la prochaine édition d’AO la suite de cet article, qui sera consacrée au sud de l’ex-Yougoslavie : Macédoine, Monténégro et Serbie (y compris Kosovo).

Georges Berghezan

Sommaire


Salut aux manifestations anti-Otan en Serbie

Le CSO se réjouit des manifestations contre l’OTAN qui se déroulent actuellement à Belgrade et salue chaleureusement chacun de leurs participants.

Le CSO soutient la volonté de la population serbe, massivement opposée à une adhésion à une organisation qui l’a bombardée, tuant plus de 2.000 civils. Contrairement à la plupart des crimes de guerre commis en ex-Yougoslavie, les crimes de l’OTAN demeurent totalement impunis. Pourtant, plus personne ne nie maintenant que le but de cette opération était, non d’empêcher une « catastrophe humanitaire », mais, notamment, d’arracher par la force à la Serbie sa province du Kosovo.

Il est clair que l’objectif de la conférence organisée par l’OTAN à Belgrade les 13 et 14 juin est d’insidieusement favoriser un rapprochement entre la Serbie et l’organisation atlantique. Il est regrettable que le gouvernement serbe participe à un tel effort, en violation de la politique de neutralité militaire officiellement en vigueur.


Banderolle sur le pont sur la Save à Belgrade : « JAMAIS DANS L'OTAN »

Sommaire


Ben Laden est mort, vive la paix !

« L'annonce de la mort, ce 2 mai 2011, de l'homme le plus recherché au monde a aussitôt provoqué une vague de joie aux États-Unis ».

C'est le président Barack Obama qui a solennellement annoncé la mort « d'un terroriste responsable du meurtre de milliers d'innocents ». « Justice est faite », a-t-il lancé, à quelques mois du 10e anniversaire des pires attentats de l'histoire américaine. Le 2 mai 2011 ... 17h41.

La mort d'Oussama Ben Laden est "un tournant" dans la lutte mondiale contre le terrorisme, selon le secrétaire général des Nations Unies, etc., etc.

« Historique » d’ Oussama Ben Laden

Il serait né en 1957, au Yémen, dans une riche famille saoudienne détenant une fortune importante estimée à +/- 5 milliards $. Après avoir fait des études commerciales et techniques à l’Université du Roi Abdulazis de Djeddah, Oussama Ben Laden aurait suivi l’école de Droit musulman (salafisme) comme la majorité des étudiants Saoudiens.

De 1979 à 1989, alors que le Shah d’Iran est renversé par une révolution qui place l’Ayatollah Khomeiny à la tête du pays, l’URSS envahit l’Afghanistan et parallèlement, l’islamisme commence à jouer un rôle politique et idéologique populaire au Moyen-Orient.

Des moudjahids, soutenus par l’Arabie Saoudite, s’engagent dans la guerre en Afghanistan avec officiellement l’aide de la CIA. Ben Laden, chargé par le prince saoudien Turki Al-Fayçal, organiserait une armée de combattants volontaires pour se battre en Afghanistan, le siège étant installé à la frontière pakistanaise, le prince cherchant parait-il à créer une « internationale islamiste » au départ des Soviétiques. Ben Laden s’installerait donc à Peshawar d’où il coordonnerait les militants volontaires, assurerait leur formation militaire et idéologique. En 1989, son mentor et ami, le Palestinien Abdallah Youcef Azzam est assassiné. Ben Laden se retrouverait à la tête de l’organisation qui est à l’origine d’Al-Qaida, Le djihadisme se développe mais Ben Laden serait associé au salafisme (Arabie Saoudite) alors que la majorité des moudjahids obéiraient à une idéologie tribale islamiste modérée. Le commandant Massoud, fondamentaliste pas du tout modéré, aurait refusé toute alliance avec Ben Laden qui se serait’ allié avec Gulbuddin Hekmatyar, chef fondamentaliste des rebelles afghans, soutenu par le Pakistan, et qui était le principal bénéficiaire des 3,3 milliards de dollars d’aide des USA (cf Chomsky), une somme soi-disant équivalente provenant de l’Arabie Saoudite. En février 1989, les Soviétiques annoncent leur retrait d’Afghanistan, l’Arabie Saoudite et les USA mettraient fin à leur aide financière et logistique, le but étant atteint : le départ des Soviétiques ! Mais c’est sans compter sur Ben Laden qui, après son retour triomphal en Arabie Saoudite, aurait proposé sa « milice » au roi Fadh. En effet, il aurait redouté une invasion irakienne. Ce dernier ouvre son territoire à l’armée américaine. Ben Laden lui en aurait voulu et se serait finalement allié avec des opposants wahhabites (Iran et Syrie). Ryad lui attribue un attentat au Pakistan et une tentative de détournement d’avion entre Karachi et Djeddah. En avril 1994, l’Arabie Saoudite décide de le priver de sa nationalité. Ben Laden s’installe au Soudan, à Khartoum de 1992 à 1996. Il y fait quelques affaires (construction de routes). De 1993 à 1996, Ben Laden aurait aidé des Bosniaques. Egalement il aurait perpétré une série d’attentats, au Yémen (contre des GI’s), en France (GIA), une tentative d’assassinat contre H. Moubarak en Egypte. En 1996, Ben Laden aurait lancé un appel (djihad) à attaquer les intérêts américains partout dans le monde, devenant un ennemi recherché par les USA….. Il se réfugierait en Afghanistan, passé entre temps sous contrôle des Talibans..

Ensuite, la « communauté internationale » le recherche et les attentats du 11 septembre déclenchent sa mise à mort ! Tout attentat dans le monde l’impliquerait….. et les recherches de la CIA auraient échoué jusqu’ à ce 2 mai 2011, où il se fait abattre par un bataillon américain, dans son repère transformé en « bunker » jamais repéré au Pakistan, à Peshawar !1

Une autre version de sa vie décrit qu’Oussama Ben Laden, dès 1973, aurait était agent de la CIA, par l’intermédiaire du prince Turki Al-Fayçal d’Arabie Saoudite, ancien responsable des services de renseignement saoudien et ancien ambassadeur aux Etats-Unis et qui était son protecteur. Mais déchu par l’état saoudien, quelques jours avant les attentats des tours jumelles de New York, le 11 septembre 20012.

Notons enfin que la mort de l’Ennemi n°1 Ben Laden avait déjà été annoncée en 2001, suite à un grave problème rénal. Il n’y a jamais eu de photos de sa mort, ni en 2001, ni en 2011. A-t-il vraiment existé ? N’est-ce pas un « leurre » tellement utile pour justifier des interventions armées de la « communauté internationale », des lois d’exception, etc…. ?

Sa succession est précisée depuis le 18.6: Ayman Al Zawahiri, le numéro 2 d’Al Qaida s’est engagé à poursuivre, comme Oussama Ben Laden, la voie du djihad contre l’Occident, (déclaration de ce 9.6.2011). Mais, Al-Qaida ….existe vraiment ? La BBC l’a remise en doute3….

Justice est faite ?

Si il y avait eu arrestation et jugement, « on » aurait pu parler de justice mais ….la réalité est différente : en fait, comme l’ont dit les Israéliens, habitués à ce genre d’opération, les Etats-Unis ont réussi « une opération de liquidation ciblée par excellence ». Celle-ci pouvait éventuellement se justifier au nom de la lutte contre le n°1 du terrorisme mais faut-il encore être certain que tout cela ait existé ! Juger une invention et la filmer, c’est difficile  !

L’après Ben Laden qui n’a peut-être jamais existé

Puisque le très méchant dangereux et cruel terroriste invisible est mort dans son repère au Pakistan, Al Qaida aurait aussi perdu son chef. Je m’abstiendrai de répéter les commentaires qui s’en sont suivis MAIS :

- Les armées secrètes de l’OTAN, partout dans le monde, elles, sont publiées4

- Le Pakistan continue, de fait, à ravitailler les forces armées de l’OTAN, forces impliquées dans la guerre d’Afghanistan. Les soviétiques partis en 1989, les forces de l’OTAN, à la demande du conseil de sécurité, s’ y sont installées en 2002 pour lutter contre… les Talibans, alliés des USA (pendant la construction du gazoduc) et devenus ensuite des ennemis, d’autant plus qu’ils étaient alliés à Ben Laden (quelle belle opportunité), ennemi des USA à la tête de son hypothétique mouvement Al Qaida vous suivez toujours ?

- Puisque l’invisible Oussama Ben Laden est mort, pourquoi les forces de l’OTAN restent-elles en Afghanistan ? Pour les Talibans (eux existent !), pour… la richesse du sous-sol  ?

- Pendant ce temps : la souveraineté du Pakistan continue à être bafouée en permanence, les civils paient au prix plein les erreurs des drones, de l’aviation etc….. C’en est au point que ce 30.5.2011, Hamid Karzai a lancé un dernier avertissement à Washington, après l’assassinat de 14 civils dont 10 enfants dans une frappe aérienne américaine.

Quelques chiffres : coût total de la guerre en Afghanistan à ce jour : 1700 milliards de dollars. (cf. bureau du Budget du Congrès américain).

OTAN hors de l’Afghanistan !!!!!

Francine Verstraeten

1. tiré de Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Oussama_ben_Laden
2. membres.multimania.fr/wotraceafg/ben_laden_cia.htm
3. www.voltairenet.org
4. www.french.moqawama.org

Sommaire


Nucléaire civil et militaire : Le cas de la Sardaigne
Le polygone de la mort

Compte-rendu d’une rencontre-débat à Bruxelles, organisée par plusieurs associations italiennes et le MCP, et l’ICBUW (association internationale pour l’interdiction des armes à uranium appauvri)

Après une introduction et présentation générale de cette initiative par les organisateurs, Mariella Cao a parlé de la situation en Sardaigne, précisément à Salto di Quirra, baptisé LE POLYGONE DE LA MORT : on y relève depuis des années, les contaminations dues à l’utilisation d’armes à l’uranium appauvri et d’autres éléments radioactifs. Celles-ci ont de graves conséquences sur le territoire et l’environnement, sur les animaux et les personnes. Ce "polygone" est en fait un terrain de tests de bombardements où sont essayées des armes les plus sophistiquées et meurtrières. Ces tests provoquent une véritable hécatombe. On parle même du « syndrome de Quirra », que l’on peut comparer au « syndrome du Golfe », et au « syndrome des Balkans » qui ont suivi les interventions militaires des États-unis et de leurs alliés en Irak et en Yougoslavie.

En Sardaigne, il y a eu de nombreuses dénonciations, des rapports de médecins vétérinaires, des mouvements des populations, la mobilisation de plusieurs journaux et instances politiques et sociales. Celles-ci ont abouti à une intervention de la magistrature, qui a ouvert une enquête et décidé la mise sous séquestre de certains systèmes d’armement et de zones d’opérations sur terre et en mer. Des enquêtes épidémiologiques ont également eu lieu, des commissions d’enquête parlementaire ont obtenu des résultats importants, tels que le renversement de la preuve sur le Ministère de la Défense : c’est à lui à démontrer que l’utilisation de l’uranium appauvri ne serait pas dangereux, et pas l’inverse. Mais le point essentiel pour lequel la lutte se poursuit, est la reconnaissance totale des faits objectifs, tels que les morts, les maladies, les malformations, ainsi que l’affirmation du principe de prudence. La seule chose concrète et sérieuse à faire c’est un moratoire sur les activités du Polygone, une étude sur les effets de tous ces tests, l’assainissement de toute la zone et le dédommagement des victimes.

Ria Verjauw (ICBUW) a expliqué comment et où sont utilisées les armes à uranium appauvri et quels en sont les effets. Une campagne internationale est en cours pour interdire de telles armes. Un projet de résolution de l’ONU a été rejeté en 2010 par les États les plus actifs dans cette production et utilisation, les États-unis, la France, la Grande Bretagne, Israël. Il faut rappeler que la Belgique est le premier pays qui a expressément interdit , par une loi, toute activité liée aux armes à uranium appauvri. Il faut que cette campagne se poursuive et s’intensifie, avec la participation de toutes les instances politiques et sociales possibles pour faire pression sur les autorités compétentes, tant civiles que militaires.

Entre autres initiatives, il y aura en octobre prochain, une audition publique au Parlement Européen, du Comité Sécurité et Défense sur le rapport de la Commission Européenne à propos des armes à uranium appauvri. Il est possible d’obtenir une nouvelle résolution qui considère le cas de QUIRRA en Sardaigne comme emblématique des effets nocifs de ces armes.

« Le syndrome de Quirra ».

Au cours de la moitié des années 50, l’Italie, pour se refaire une virginité après les années mussoliniennes, à accepté l’installation sur son sol, de plusieurs bases militaires Usa. Il s’agissait, pour une grande part, de polygones servant à expérimenter de nouveaux armements, entreposer munitions et carburants, et aussi à mettre en place et utiliser des systèmes radar à usage d’espionnage.

Aujourd’hui 60% de ces infrastructures se trouvent en Sardaigne. Compte tenu du faible taux de population de l’île (69 personnes par km), on peut comprendre que ces insulaires se sentent véritablement ‘colonisés’ par les armées, et victimes de toutes les nuisances qui s’en suivent. Trois grandes bases existent : Capofresco, Capoteulada et Salto di Quirra. Cette dernière est considérée comme le polygone de tir le plus important d’Europe.

A partir des années 90, l’Otan, ainsi que de nombreuses firmes d’armement, commencèrent à faire de la Sardaigne leur ‘champ d’expérimentation de bataille ‘ privilégié. Armes de tout genre, mais aussi de missiles y ont été expérimentés, dans de vastes étendues de terres entre la montagne et la mer… Plusieurs missiles, au dire de certains témoins, tombaient dans la mer sans faire l’objet d’aucune récupération de la part des ‘pollueurs’. Seuls les pêcheurs en trouvaient de temps à autre dans leurs filets.

Au début des années 2000, la leucémie tue, d’une façon foudroyante, deux militaires italiens : l’un, vétéran de la guerre en Bosnie, l’autre, employé au polygone de Capo Teulada. Les Sardes commencent à entendre parler de l’uranium appauvri et faire le lien avec ce qui se passe chez eux. Une presse attentive, des parlementaires au service de leur population et le comité ‘Gettiamo le Basi’ (contre la présence des bases militaires) se lancent dans des recherches et campagnes tous azimuts, créant des alliances avec les familles de victimes militaires et les syndicats de l’armée, qui demandent que toute la vérité se fasse sur la dangerosité de telles armes.

On commence à parler de « Syndrome de Quirra », grâce aussi à un courageux médecin qui, brisant la loi du silence des personnes travaillant dans la base et de certaines autorités locales, dénonce une inquiétante montée des cancers (Hodgkin, myélomes, leucémies) et met en garde la population contre le danger qui provient de la base de Quirra. Petit à petit, les langues se délient. Les vétérinaires ont dénoncé la naissance d’agneaux malformés, les familles des malades et décédés s’expriment publiquement, et des scientifiques effectuent des analyses pour leur compte…Enfin, une commission parlementaire à réussi à porter le débat au parlement italien sur le cas spécifique de Quirra, s’appuyant sur le fait que l’état Italien avait déjà été condamné à payer environ un million d’euros aux familles de soldats morts de cancer après leur retour de Bosnie.

En février 2011, un nouveau décès à Quirra (60 décès de cancer sur 150 habitants) à attiré l’attention du magistrat Monsieur Fiordalisi, procureur de la République. Il a ordonné une enquête approfondie. Trois mois plus tard, le procureur a déjà délivré des inculpations pour homicide intentionnel, faux de documents officiels, détention et usage d’armes de guerre, violation de l’environnement, faux en écriture… etc.

Et dire que, dans la Méditerranée, la Sardaigne était la région où les personnes âgées vivaient le plus longtemps !

Quelques références pour de plus amples informations :
gramscibxl.tripod.com
www.megachip.info
www.bandepleteduranium.org

Carla Goffi

Sommaire


Samedi 6 août 2010

Commémoration du 66e anniversaire de la Tragédie de Hiroshima et de Nagasaki

Le monde sans armes nucléaires... Ce n’est pas pour demain !

Journée de commémoration, informations, réflexions, débats et propositions d’action

A l’Université de Mons-Hainaut

Parc Hibakusha - Plaine de Nimy - Chaussée de Bruxelles - Mons

11 h 00 : Accueil des participants au mémorial Hibakusha

11 h 15 : Allocation des différentes associations

11 h 45 : Dépôt de fleurs

Une minute de silence à la mémoire des victimes du nucléaire

12h 00 : Collation sur place

14 h 00 : Conférence-débat sur différents aspects du nucléaire

avec la participation de :

  • Philippe de Salle, Président de l’AMPGN
    « Aspects médicaux observés lors du dysfonctionnement nucléaire (civil et militaire) »
  • Henry Firket, Président d’honneur de l’AMPGN
    « La crise économique et le coût des armes nucléaires »
  • Georges Spriet, membre de VREDE
    « La stratégie nucléaire de l’OTAN »
  • Michel Wautelet, Professeur de l’Université de Mons
    « Cours de terrorisme nucléaire »

Modérateur : Claudine Pôlet (CSO)

Avec la collaboration de : AMPGN, CEAH, CNAPD, COLUPA, CSO, EUROPEFORPEACE, INTAL, MCP, MIR-IRG, UMONS, VREDE, VREDESACTIE

Renseignements : 02 / 376 10 93

 

Sommaire


 

Alerte Otan ne vit que par la volonté de ses sympathisants.
Nous comptons toujours sur votre soutien financier, aussi minime soit-il.
CCP du CSO : 068-2447491-14
Merci de votre sympathie !

 



Bulletin N°42.pdf

19:02 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

CHARLEROI: Victoire pour Myriam DELY !

Subject: CHARLEROI: Victoire pour Myriam DELY !
 
Le tribunal correctionnel de CHARLEROI a rendu son verdict ce lundi 27 juin 2011. Myriam DELY a été acquittée purement et simplement.
C’est donc une victoire pour nous tous, Myriam et son avocat (Maître UREEL de Farciennes).     Et c’ est un sale coup pour ces flics qui n’ont pas réussi leur coup tordu à son égard.
BRAVO !
RoRo
 
 
 
 
SOLIDARITE: Le 30 mai 2011: tous au Palais de Justice de CHARLEROI
RoRo
 
 
La répression contre les militants de gauche partout dans l’ EURO-DICTATURE capitaliste. Une Europe qui vire de plus en plus à droite et à l’extrême-droite ultra-nationaliste, raciste et fasciste.
RoRo
 
Sent: Tuesday, May 10, 2011 1:59 PM
To:
Subject: Quand la victime se mue en accusée...
 
 

Je vous avais parlé de l’incident qui m’était arrivé en octobre dernier au marché de Châtelineau, en marge d’un stand de la Plate-forme Charleroi-Palestine. J’avais été arrêtée et détenue arbitrairement lors d’une grande opération policière, uniquement pour avoir posé une question à un policier et avoir pris deux photos de personnes d'origine étrangère, en état d’arrestation. J’avais été fouillée (on m’a obligé d’enlever tous mes vêtements et je me suis retrouvée en soutien-gorge et petite culotte face à deux policières) et on m’a enfermée dans un cachot froid, sans lumière du jour, à moitié habillée seulement. Suite à des pressions (deux avocats ont téléphoné au commissariat et un camarade est venu voir le commissaire), j’ai été libérée après trois heures de détention. Mon avocat Frédéric Ureel a déposé plainte auprès du parquet du procureur du roi. Très rapidement, la plainte a été classée. Mais, surprise : voilà que la police m’attaque pour « outrages aux policiers ». Victime, voilà que je me retrouve au banc des accusés pour des propos que je n’ai jamais tenus. Cela se passe le lundi 30 mai à 14 h, au Palais de justice de Charleroi, tribunal correctionnel, 20e chambre. Bien sûr, vous êtes tous les bienvenus ! Et n'hésitez pas à faire circuler ce message...

Ci-dessous : un reportage de la télévision régionale Télésambre :


Bien à vous,

Myriam
 
niemoller
 
----- Original Message -----
Sent: Monday, October 18, 2010 11:03 PM
Subject:  BELGIQUE: Arrestation et détention arbitraire dans le cadre d'une vaste opération policière au marché de Châtelineau
 
Nos droits "démocratiques" ??? Ce n' est pas à CUBA, c' est en BELGIQUE, à Châtelineau ...
 
RoRo
 
Sent: Monday, October 18, 2010 10:55 AM
Subject: Arrestation et détention arbitraire dans le cadre d'une vaste opération policière au marché de Châtelineau
 

Samedi 16 octobre. Nous nous trouvons avec quelques membres de la Plate-forme Charleroi-Palestine avec un stand au marché de Châtelineau. Tout se passe bien, nous avons de multiples discussions avec les gens, très réceptifs à nos arguments sur le boycott des produits israéliens.

Vers midi, un hélicoptère tourne sans arrêt au-dessus de la place. Nous nous demandons ce qui se passe. Un peu plus tard, une camionnette de la police se fraie un chemin le long du marché, passant à proximité de notre stand.

Puis un ami de la Plate-forme vient nous dire : « Ils sont en train d'arrêter plein de sans-papiers, là-bas. » Cela se passe dans une rue donnant sur le marché, tout près de notre emplacement.

Je décide d'aller voir. Là, derrière une camionnette de police, je vois quatre ou cinq personnes alignées contre une grille, les mains menottées dans le dos. Je m'en vais un peu plus loin, puis je reviens sur mes pas et je prends deux photos. Un policier me dit, calmement, que je dois laisser la police faire son travail et que je ne peux pas prendre de photos. Je demande pourquoi on arrête tous ces gens. Il me répond qu'ils vendent des produits de contrefaçon.

Je m'éloigne, je retourne au stand, la rage au coeur. Pourquoi s’en prend-on aux petits vendeurs, souvent des sans-papiers n'ayant pas la possibilité de faire un autre boulot, alors que ce ne sont pas eux qui font écouler la marchandise sur le marché.

On discute un peu au stand, et voilà qu'un commissaire de la police s'amène.

« Vous pouvez venir une minute avec moi ? » Je le suis, un membre de la Plate-forme le suit aussi. Le commissaire me dit : « Vous avez posé une question au policier. Vous n'avez pas le droit de poser des questions. » « Vous avez pris des photos aussi. On va vous entendre au commissariat. » Il appelle son « team d'arrestation ». Trois ou quatre policiers en civil s'amènent très rapidement. Ils me prennent de force, me soulèvent des deux côtés à la fois.

On me pousse dans la camionnette, on me prend mon GSM, mon appareil photo et on met tout cela dans un sac en plastic. Dans la camionnette, il y a trois personnes arrêtées, menottées. J'apprends que deux d'entre elles n'ont pas de papiers de séjour, le troisième n'a pas de permis de travail.

J'entends par la radio de la camionnette que l'opération d'arrestation se poursuit. Des policiers en civil passent régulièrement près de la camionnette.Mon GSM sonne tout le temps. Je demande de pouvoir répondre. « Vous n'en avez pas le droit, vous êtes en détention administrative. »On ne part toujours pas. En fait, le chauffeur attend du renfort...

Une des personnes arrêtées supplie : « S'il vous plaît, éloignez-nous d’ici : les gens du marché vont nous prendre pour des criminels... » Le policier du marché propose d'accompagner la camionnette pour qu'enfin celle-ci puisse partir.

Nous arrivons au commissariat de Châtelet. On nous amène dans un couloir. À gauche, il y a le bureau d'« accueil ». À droite, des cellules où des jeunes d'origine étrangère se trouvent par deux, les mains liées, derrière les barreaux. Il y a un va-et-vient impressionnant, dans ce couloir. De nouveaux « arrivages » de personnes arrêtées, de policiers en civil.

Un policier particulièrement excité et très autoritaire (et je reste polie) donne les ordres et décide qui va où.

Je suis « appelée » dans ce bureau. Le policier hyper-excité se met à m'aboyer dessus. Je lui réponds que je ne suis pas son chien. Vu que mon comportement n'est pas assez collaborant, il m'accuse de « trouble de l'ordre public », « rébellion », « outrage à policiers en fonction ». « Maintenant vous avez deux dossier judicaires et vous êtes en détention judiciaire." Le lendemain, un avocat me dira qu'ils m'ont dit n'importe quoi. Je ne pouvais pas être en arrestation judiciaire, parce que je n'avais pas vu un juge d'instruction.

Je dois enlever mon bonnet, mon manteau, mes châles, mes sacs... Le policier donne l’ordre à une collègue de me fouiller et envoie une deuxième policière pour l’accompagner car « elle (moi, en fait) se rebelle ».

Je laisse faire la fouille. (Je dois enlever les chaussures, les chaussettes, le jeans, le T-shirt, le pull. Me mettre de face, me mettre de dos. Soulever le soutien-gorge). Après, je dis aux policières qu'il n'est pas normal qu'on me traite ainsi, uniquement parce que je pose une question et que je prends des photos.

On m'amène dans un bureau pour que je fasse une déclaration. Je le refuse. C'est mon droit. Les policiers à qui j’ai affaire ne sont pas contraires. Je dis que je voudrais déposer plainte. Ils me disent que j'ai le droit de déposer plainte au comité P.

De retour à « l'accueil », le policier hyper-excité ordonne qu'on m'emmène dans une cellule en bas. Je vois de nouveaux visages de personnes arrêtées derrière les barreaux. Il y a de nouveau plein de monde dans le couloir.

On m'emmène dans les caves. Je dois enlever mes chaussures, on me fait entrer dans une cellule, je dois enlever mon soutien-gorge. Le froid me tombe dessus. Je demande d'avoir ma veste. « Vous n'avez pas le droit, il y a une couverture. »

Cette cellule ressemble plus à un cachot qu'à autre chose. Il n'y a pas de lumière de jour, elle est à demi éclairée par un spot placé au-dessus de la porte d'acier. Un banc, une toilette. 2 m sur 2 m 30. Il y fait très froid. Je ne peux pas mettre les pieds à terre car le carrelage est très froid lui aussi. Je mets la couverture autour de moi, des épaules jusqu'aux pieds et j'attends sur le banc.

A un certain moment, j'entends qu'un policier vient dans le couloir. Je tape avec mon coude contre la porte d'acier : « Je veux téléphoner à mon mari et à un avocat. » « Vous n'avez pas le droit, vous êtes en détention judiciaire. » Encore un qui dit n'importe quoi.

Je reste au moins deux heures dans cette cellule froide. Heureusement, en élevant la voix, je peux échanger quelques mots avec la personne qui se trouve à côté. J'apprends que c'est la personne qui était assise avec moi dans la camionnette. « Madame, vous êtes là ? »... « Oui. »... « Putain !... ».

Je lui demande s'il ne craint pas d'être expulsé. Il me dit que, la fois précédente, on l'a relâché après quelques heures. J'espère pour lui que ce sera pareil maintenant. « Patience, Madame, quelques heures... »

A nouveau, des pas dans le couloir. Le commissaire qui a ordonné la détention administrative ouvre la porte, accompagné de deux autres policiers. Il me dit que je peux sortir. Je récupère mes affaires à « l'accueil ».

Mais je suis encore amenée dans un autre bureau. Avec le commissaire, encore les deux mêmes policiers qui sont venus jusqu'à la cellule, et un nouveau, en civil.

Le commissaire précise qu'il m'a mise en détention administrative, mais que cela n'a rien à voir avec mes activités sur le marché. « Je ne vous ai pas non plus parlé de photos. » Ce qui est manifestement faux. « Il y a trois dossiers contre vous : celui du marché, rébellion, trouble de l'ordre public. »

Le « civil » dit que son rôle est de protéger les policiers en fonction. Il me demande de voir les photos pour constater s'il y a des policiers reconnaissables. Apparemment, il faut protéger les indics.

Il montre une photo que j'ai prise du stand de la Plate-forme. « Vous vendiez des objets à votre échoppe ? » Je lui réponds que je n'ai rien à dire là-dessus. « Moi, je suis passé à 8 h 35, vous vendiez de la marchandise. » « Alors cela, c'est votre quatrième dossier. » Je lui ai répondu que c'est un grossier mensonge. En réalité, nous étions sur place à 10 h 30. Il me rend l'appareil.

Les photos des arrestations ne sont pas enlevées. Il faut dire qu'elles n'étaient pas très réussies non plus.

Je m'adresse au commissaire. « Je voudrais connaître votre identité. Je vais déposer plainte contre vous. » Réponse : « Votre avocat n'a qu'à faire son travail. »

Je suis reconduite à la sortie. Il est 16 h 50. J'ai été arrêtée pendant 3 h 30.Je demande qu'on me reconduise à Châtelineau, ma voiture se trouve trois ou quatre kilomètres plus loin. Cela, c'est rêver, évidemment.

Ce n'est qu'une fois chez moi, que j'apprends que des amis ont averti un avocat, lequel a téléphoné au commissariat, et qu'un camarade est venu voir le commissaire pour connaître la raison de ma détention. Ce sont probablement ces interventions qui ont fait que j’ai été libérée plus tôt.

Tout au long de mon « séjour », j'ai pu constater que certains policiers, en particulier ceux qui sont responsables du marché, semblaient plus qu'embarrassés et n’étaient visiblement pas d'accord avec les méthodes utilisées.

J'estime que ces faits, me concernant, sont très graves, c’est une réelle atteinte aux droits démocratiques (au même moment se déroulait une manifestation à Bruxelles sur le même sujet) et je ne resterai pas les bras croisés.

Mais évidemment les personnes arrêtées et qui sont d'origine étrangères ont subi un sort bien plus dur que moi.

Je n'ai pas été menottée (alors qu'on m'a dit que c'était la procédure). Je n'ai pas dû m'inquiéter si j'allais être amenée dans un centre fermé et expulsée du pays. J'ai encore pu répliquer aux aboiements de certains policiers, sans qu'on me frappe. D'ailleurs, un policier m'a dit : « Vous avez vu qu'on a mis des gants, lorsqu'on vous a amenée à la camionette. « Je n'allais pas vous frapper, vous avez l'âge de ma mère. »

Il a oublié de dire aussi que je suis « blanche » et que j'ai la nationalité belge.

Myriam De Ly
--

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour soutenir l'action de la Plate-forme Charleroi-Palestine,
versez au compte 751 – 2043879 - 32
Sur le site www.pourlapalestine.be, des infos, des analyses, des vidéos... chaque jour !
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

17:08 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

27/06/2011

FRANCE: Liberté, démocratie, ou répression ??? Se baigner avec le voile, c’ est désormais devenu plus grave que de se baigner . .. à poils !

 
 
Liberté, démocratie, ou... répression ???
Se baigner avec le voile, c’ est désormais devenu plus grave que de se baigner ... à poils !
RoRo
 
 
Niqab : pour Eric de Montgolfier il y a plus grave !
Écrit par Stéphanie  
Dimanche, 26 Juin 2011 16:17

Verbalisée, Stéphanie s’est rendue hier au palais de justice vêtue du voile intégral. Stupeur des témoins, explications d’Eric de Montgolfier. «C’est comme si un automobiliste, verbalisé parce qu’il ne portait pas sa ceinture de sécurité, se rendait au commissariat... sans mettre sa ceinture ! ». Commentaire effaré d’un témoin de la scène, hier, aux portes du palais de justice de Nice.

Pour la première fois depuis que la loi sur le port du voile intégral est entrée en vigueur, le 11 avril, une femme y a reçu un rappel à la loi de la part du procureur de la République. Manifestement, une étincelle suffit à raviver les débats...

PV dressé à la plage
La scène se passe vers 15 h. Stéphanie, 36 ans, Française de confession musulmane, se présente au portique de sécurité vêtue du niqab. Peut-elle pénétrer ainsi dans l’enceinte ? En théorie non, dit la loi : « Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage. » Les employés de la société Protector, chargés du filtrage, lui demandent d’ôter son voile. « Non, je ne l’enlèverai pas », réplique-t-elle.

Dès lors, accès refusé. Les agents de sécurité avisent les policiers du palais, qui en réfèrent au procureur de Nice... Et Eric de Montgolfier donne son feu vert. « C’est moi qui l’ai convoquée, et moi qui ai donné l’ordre de la faire monter. » Stéphanie soulève son voile pour satisfaire au contrôle d’identité, mais rentre voilée dans le palais, sous le regard incrédule des témoins. « C’est n’importe quoi ! », s’indigne une avocate.

« Ce n’est pas de la provocation, assure Stéphanie. Le voile, cela fait dix-sept ans que je le porte. Je vivais normalement avant cette loi. Et si on se base là-dessus, je n’ai pas refusé mon identification... »

La jeune femme avait déjà été au cœur de la polémique, le 11 mai dernier, quand le niqab lui valut une amende avenue Jean-Médecin. Une première. Affaire classée par Eric de Montgolfier : la police avait infligé un timbre-amende, procédure inapplicable en la matière. « Depuis, j’ai à nouveau été verbalisée le 22 mai, près de Carras, alors que j’accompagnais ma fille à la mer, explique Stéphanie. Je venais de me baigner avec mon niqab, je me séchais. Et cette fois, le PV a été fait dans les règles. »

« Il y a plus grave ! »
A l’arrivée : un long échange avec le procureur de Nice, « très intéressant » dixit ce dernier. « Elle m’a longuement expliqué son parcours. C’est son choix, qui n’est manifestement pas contraint. Elle aurait pu venir sans niqab... Elle est venue avec. Je lui ai expliqué le déséquilibre qu’elle crée ainsi. Mais il y a des choses bien plus graves ! »

Pour en arriver à une amende, Eric de Montgolfier aurait dû faire une ordonnance pénale, ou envoyer Stéphanie devant le tribunal de police. Il a choisi de s’en tenir à un simple rappel à la loi. « Je ne vais quand même pas prendre des sanctions démesurées d’une procédure à l’autre. Je suis sûr qu’avec son voile, cette femme est moins dangereuse que d’autres, garés en double ou triple file... »

Reste que, rappel à la loi ou pas, Stéphanie n’a pas l’intention d’ôter son voile de sitôt. Quitte à heurter, et à être verbalisable à tout instant. « S’il le faut, je paierai. »

Source : Nice matin

11:28 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

04/12/2010 FRANCE • Les très bons comptes de l’immigra tion

http://static.skynetblogs.be/media/1355/683894431.jpg

 
De quoi dégonfler quelques bobards sur le dos des immigrés ...
RoRo
 
Sent: Saturday, December 04, 2010 7:23 AM
 
 
 

FRANCELes très bons comptes de l’immigration

Les immigrés sont une excellente affaire pour l’Etat français : ils rapportent une grosse douzaine de milliards d’euros par an et paient nos retraites.

02.12.2010  | Juan Pedro Quiñonero | ABC

Les immigrés sont une très bonne affaire pour l’économie française : ils reçoivent de l’Etat 47,9 milliards d’euros, mais ils reversent 60,3 milliards. Autant dire un solde positif de 12,4 milliards d’euros pour les finances publiques, qui ne représente pourtant que la part monétaire de transferts bien plus importants. Dans ce pays de 64,7 millions d’habitants, 6,5 millions de Français comptent au moins un immigré dans leur famille. Les chiffres de l’immigration légale sont très fluctuants. En France, on recense environ 5,3 millions de résidents étrangers avec leurs familles.

Une équipe de chercheurs de l’université de Lille, sous la direction du Pr Xavier Chojnicki, a réalisé pour le compte du ministère des Affaires sociales une étude sur les coûts de l’immigration pour l’économie nationale. Travaillant sur des chiffres officiels, les chercheurs ont décortiqué tous les grands postes de transfert des immigrés. Il en ressort un solde très positif. Les chercheurs ont remis leur rapport en 2009, au terme de trois ans d’études. Les 47,9 milliards d’euros que coûte l’immigration au budget de l’Etat (2009) sont ventilés comme suit : retraites, 16,3 milliards d’euros ; aides au logement, 2,5 milliards ; RMI, 1,7 milliard ; allocations chômage, 5 milliards ; allocations familiales, 6,7 milliards ; prestations de santé, 11,5 milliards ; éducation, environ 4,2 milliards.
>
> De leur côté, les immigrés reversent au budget de l’Etat, par leur travail, des sommes beaucoup plus importantes : impôt sur le revenu, 3,4 milliards d’euros ; impôt sur le patrimoine, 3,3 milliards ; impôts et taxes à la consommation, 18,4 milliards ; impôts locaux et autres, 2,6 milliards ; contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) et contribution sociale généralisée (CSG), 6,2 milliards ; cotisations sociales, environ 26,4 milliards d’euros.

 

A ce solde positif de quelque 12,4 milliards d’euros il faut ajouter d’autres revenus pas toujours monétaires, mais d’une grande importance sociale et économique : les immigrés occupent l’immense majorité des emplois dont les Français ne veulent pas, et 90 % des autoroutes ont été et sont construites et entretenues avec de la main-d’œuvre étrangère. Sans immigrés, les prix à la consommation (produits agricoles et autres) seraient bien plus élevés, la main-d’œuvre étrangère étant bien moins payée.

 

La comptabilité réalisée par les chercheurs de l’université de Lille fait ressortir aussi de profonds changements sociaux. Majoritairement jeunes, les immigrés sont de grands consommateurs : comme nous venons de le voir, ils versent environ 18,4 milliards d’euros à l’Etat sur leurs dépenses personnelles, notamment en TVA. Les immigrés ont modifié en profondeur le sport et les arts populaires français : la grande majorité des footballeurs de haut niveau sont issus de l’immigration, et les artistes d’origine immigrée, noirs et maghrébins, peuplent le Top 50 de la chanson populaire.
Parallèlement, de nombreux métiers, en particulier dans les services, ne fonctionnent en France que grâce à l’immigration. Plus de la moitié des médecins hospitaliers dans les banlieues sont étrangers ou d’origine étrangère. Pas moins de 42 % des travailleurs des entreprises de nettoyage sont des immigrés. Plus de 60 % des ateliers de mécanique automobile de Paris et de la région parisienne appartiennent à des mécaniciens et petits entrepreneurs d’origine étrangère.
Dans un domaine aussi crucial que l’avenir du système des retraites, les immigrés jouent un rôle des plus favorables. Le très officiel Comité d’orientation des retraites est parvenu à cette conclusion : “L’entrée de 50 000 nouveaux immigrés par an permettrait de réduire de 0,5 point de PIB le déficit des retraites.” 
Xavier Chojnicki commente ces résultats en ces termes : “Il s’agit d’un processus historique lié à la structure de la population immigrée, majoritairement jeune. Comme ils sont peu qualifiés, les immigrés sont très souvent au chômage. Mais ils dépensent aussi beaucoup et sont très entreprenants. Les pensions que nous versons aux retraités sont plus que compensées par la consommation et les cotisations sociales que paient les plus jeunes, parmi lesquels on trouve des gens très dynamiques.”

 
***********************




"Les bombes nucléaires pourront tuer ceux qui ont faim, les malades, les ignorants.
Mais elles ne pourront pas tuer la faim, les maladies et l'ignorance. Elle ne pourront pas non plus tuer la juste rebellion des peuples".
(Fidel CASTRO-août 2010)

09:48 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

25/06/2011

Fw: Les écologistes... passez vous ça entre les dents....

C’est vrai, “on” nous dit sans cesse: “les pollueurs doivent être les payeurs”... pour nous faire cracher toujours plus et avaler toutes les pilules.
Mais où sont les vrais pollueurs: ceux qui achètent ce que l’on produit, qu’on met en vente, emballage perdu et payé par le consommateur,
ou ceux qui produisent, qui mettent en vente, pour faire du fric, des (super)profits ?
Qui faut-il condamner: ceux qui vivaient hier, qui “n’ auraient pas prévu” l’ avenir (voir ci-dessous) et qui ont vu naître le “progrès”, l’ écrasement du petit commerce par les multinationales de la distribution, ceux qui consomment n’importe quoi aujourd’hui en suivant l’heure du temps et les slogans de la consommation du luxe, du gaspillage, du profit industriel ????
La société capitaliste ne produit pas en fonction des besoins réels de la population, mais des profits qu’elle génère, au point de fabriquer et de vendre n’importe quoi, y compris de la saloperie inutile. La production capitaliste est aussi celle de l’ anarchie, du gaspillage des richesses naturelles. On ne répare plus rien aujourd’hui, cela coûte moins cher de jeter à la poubelle et d’ acheter du neuf, de médiocre qualité et à durée de vie volontairement limitée, en remplacement. Il faut jeter pour remplacer... !
Bref l’ écologie, ce n’ est pas le capitalisme et vice-versa. Mais qui entame ce débat de fond ?
Le texte ci-dessous est effectivement à lire et à méditer...
RoRo
 
 
 
Sent: Friday, June 24, 2011 10:43 AM
 
Subject:  Les écologistes... passez vous ça entre les dents....
 
D'accord, d'accord Alain B... on a connu ça mais on a quand même laissé faire toutes ces conneries de gadgets, non?
Sous prétexte de rendre la vie plus facile (et chacun sait qu'il le fallait), on a laissé faire tout et n'importe quoi.
Nos enfants sont devenus ce qu'ils sont parce que nous avons abdiqué devant la société de gaspillage... il me semble...
on n'est pas tout blanc non plus, ceux de "en mon temps"...
 
************


Quand la vieille femme a choisi le sac en plastique pour ses produits d'épicerie, la caissière lui a reproché de ne pas se mettre au "vert".
La caissière dit à la femme que la génération de la vieille femme ne comprenait tout simplement pas le mouvement environnementaliste;
que seuls les jeunes allaient payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources!

La vieille femme s'est excusée auprès d'elle et a expliqué: " Je suis désolée, nous n'avions pas le mouvement vert dans mon temps."

Alors qu'elle quittait le magasin, la mine déconfite, la caissière en rajouta: " Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources
à notre dépens. C'est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l'environnement dans votre temps!"
Alors la vieille dame se retourna et admît qu'à l'époque, on retournait les bouteilles de lait, les bouteilles de Coke et de bière au magasin.
Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau; on utilisait les mêmes bouteilles à plusieurs reprises.
À cette époque, les bouteilles étaient réellement recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement vert.
En mon temps, on montait l'escalier : on n'avait pas d'escaliers roulants dans tous les magasins ou dans les bureaux. On marchait à l'épicerie aussi.
On ne prenait pas un bolide à 300 chevaux-vapeur machine à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux coins de rue.
Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement vert.
À l'époque, on lavait les couches de bébé; on ne connaissait pas les couches jetables. On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde à linge;
pas dans un machine énergétique avalant 220 volts. On utilisait l'énergie éolienne et solaire pour vraiment sécher les vêtements. À l'époque, on recyclait
systématiquement les vêtements qui passaient d'un frère ou d'une sœur à l'autre.
C'est vrai ! on ne connaissait pas le mouvement vert.
À l'époque, on n'avait qu'une TV ou une radio dans la maison; pas une télé dans chaque chambre. Et la télévision avait un petit écran de la taille d'une boîte de pizza,
pas un écran de la taille de l'État du Montana.
Dans la cuisine, on s'activait pour brasser les plats et pour préparer les repas; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer
sans efforts.
Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait des rembourrages comme du papier journal ou de la ouate,
pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.
À l'époque, on utilisait du "jus-de-bras" pour tondre le gazon; on n'avait pas de tondeuses à essence autopropulsées.
À l'époque, on travaillait fort physiquement; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de santé pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité.
Mais, vous avez raison: on ne connaissait pas le mouvement vert.
À l'époque, on buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif; on n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à chaque fois qu'on voulait prendre de l'eau.
On remplissait les plumes fontaine au lieu d'acheter un nouveau stylo; on remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir tout simplement à chaque rasage.
Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement vert.
À l'époque, les gens prenaient le tramway et les enfants prenaient leur vélo pour se rendre à l'école au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service
de taxi de 24 heures.
On avait une prise de courant par pièce, pas une bande multi-prises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d'aujourd'hui."
La vieille dame avait raison : à son époque, on ne connaissait pas le mouvement vert; mais on vivait chaque jour de la vie dans le respect de l'environnement.
 
************
De Paul Lafargue dans "Le droit à la paresse":

"Travaillez, travaillez, prolétaires, pour agrandir la fortune sociale et vos misères individuelles, travaillez, travaillez, pour que, devenant plus pauvres, vous ayez plus de raisons de travailler et d'être misérables. telle est la loi inexorable de la production capitaliste."
... " Les prolétaires, abrutis par le dogme du travail, ne comprenant pas que le surtravail qu'ils se sont infligés pendant le temps de prétendue prospérité est la cause de leur misère présente, au lieu de courir au grenier à blé et de crier: "Nous avons faim et nous voulons manger !...Vrai, nous n'avons pas un rouge liard (ancienne monnaie de cuivre), mais tout gueux que nous sommes, c'est nous cependant qui avons moissonné le blé et vendangé le raisin..."

20:24 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/06/2011

Ils ont voulu arrêter Aurore: les habitants les en ont empêchés...

 
From: Xarlo@...
Sent: Tuesday, June 21, 2011 4:30 PM
 
Subject: Ils ont voulu arrêter Aurore: les habitants les en ont empêchés...
 

A 15h ce mardi à Bayonne, des habitants accourus rue des Basques ont mis en échec la tentative de la police française de l'arrêter, "j'avais prévenu que je résisterai", a réagi la militante.

 
Aurore Martin Photo : EITB

C'est vers 14h45 qu'un cri s'est propagé dans tout le petit Bayonne : "Ils sont en train d'arrêter Aurore Martin rue des Basques !!!", provoquant un afflux de personnes venues apporter leur soutien à la militante basque française recherchée par la police française pour souscrire à la volonté de la justice espagnole qui a lancé un mandat d'arrêt européen contre elle.

Trois jours plus tôt à Biarritz, Aurore Martin était sortie de la clandestinité dans laquelle elle se trouve depuis décembre 2010 pour se présenter au milieu des personnalités civiles, politiques et syndicales qui avaient fortement exprimé ,leur solidarité avec son droit à l'expression politique lors d'un forum contre cette arme juridique européenne.

C'est donc dans un appartement du deuxième étage d'un immeuble de la rue des Basques que la jeune femme a subi l'arrivée de 6 personnes cagoulées venues l'arrêter, mais pas suffisamment rapidement pour ne pas voir affluer une cinquantaine de personnes s'opposant à cette arrestation, dans laquelle on trouvait des militants politiques locaux, mais également desIndignés ou de simples citoyens, au cri de "Ne nous regardez pas ! Rejoigfnez-nous !"

Une vive échauffourée s'enclenchait alors dans les escaliers en bois de la bâtisse, les policiers tentant d'extirper Aurore qui se débattait, des personnes bloquant par ailleurs toute possibilité de progression de l'arrestation.

Au bout de 10 minutes, les policiers devaient constater l'impossibilité de toute exfiltration et devaient relâcher la jeune femme.

Quelques minutes plus tard, un cordon sanitaire de personnes présentes l'escortait jusqu'à la place St André, où Aurore Martin pouvait confier sa peur, mais aussi sa détermination à "ne pas se laisser faire".

"Je leur avais dit que je résisterai à mon arrestation, mais la réaction des gens venus me protéger a été extraordinaire", expliqua-t-elle, "là, ça va, il y a beaucoup de monde, ça va mieux", avant de s'éloigner de Bayonne.

Pour avoir parlé en public en Pays Basque sud en tant que membre du parti Batasuna (illégalisé en Espagne mais légal en France), Aurore Martin est sous le coup d'une peine de prison de 12 ans.


http://www.eitb.com/infos/politique/detail/685876/bayonne...
 

18:34 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

23/06/2011

GRECE: Bradage,pillage

 
 
From: melusine
Sent: Thursday, June 23, 2011 10:31 AM
 
Subject: Bradage,pillage
 
OUI, c'est ça l'Union européenne contre laquelle les français ont voté le 29 mai 2005
 
Ils l'ont déjà fait dans maints pays dont l'Argentine
 
voir le film: Mémoire d'un saccage(en DVD)
 
 
 
 
----- Original Message -----
From: Jacques Maillard
Sent: Thursday, June 23, 2011 1:49 AM
Subject: Un débat intéressant à l'Assemblée aujourd'hui
 
Bonsoir

Je suis a Athenes, tout le monde est tres inquiet, et il y a de quoi.
J'ai assiste, a la Tele, au debat et au vote: 155 "oui" ca me rappellait le vote des
pleins pouvoirs a Petain, vote effectue par la chambre elue en 1936...

Juste apres, sur CNN qui rapportait le debat, j'ai entendu
(mais je mettrai encore un vague espoir d'avoir mal entendu)
"now they can sale beaches and islands"
"maintenant ils peuvent vendre les plages et les iles"

En effet les privatisations annoncees ne suffiront pas: les 50 milliards ne sont qu'une tres faible partie de la "dette",
et les services publics, les entreprises publiques seront bradees (come en France autoroutes, banques, industries...)
Mais il reste l'immense littoral grec, parseme d'iles, ilots, criques, plages, etc, ou d'innombrables familles
ont leur taverne et leur "domatio'  On les expulsera, par expropriation ou divers motifs (archeologiques, ecologiques,
concurrence, tsunami ou autres), on fermera ces etablissements, fermera les plages, etc.
Un rapide calcul montre q'il y a un potentiel interessant.

Donc, on force un pays a s'endetter en detruisant ses productions (chantiers navals, textiles, chimie, agriculture) et en
maintenant une monnaie surevaluee (excitant importation et deficit exterieur), ceci grace a une oligarchie et une classe
politique totalement corrompue aux interets etrangers et financiers.
Puis on force un remboursement ultra rapide en exigeant le bradage de ses terres.

La violence est enclenchee: cette action de "main basse" sur un pays, soit reduit a l'esclavage ou l'exil la population, soit
declenchera un conflit. Pour finir, les USA et l'Allemagne instrumentalisent la menace turque pour les forcer a accepter le diktat.

L'Europe, c'est la guerre et la misere.

Malgre tout, bonne nuit

Amicalement

Jacques


21:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/06/2011

LIBYE: LA BELGIQUE otanienne en guerre non-déclarée à des millie rs de kms de ses frontières: Libye : réduite à compter les coups

LIBYE: la BELGIQUE otanienne et ricanisée en guerre non-déclarée à des milliers de kms de ses frontières: réduite à compter les coups...
C’est ce qui arrive lorsque l’on veut intervenir dans les affaires intérieures des autres États, bafouant leur indépendance et leur souveraineté, pour leur imposer un système politique et extérieur, censé être la panacée universelle et une (contre) révolution exportée...
Remarque, pour cela, il y a toujours du fric et des caisses pour arroser...
RoRo
 
From: Le Brasier
Sent: Wednesday, June 22, 2011 12:15 PM
To: Djamal Benmerad
Subject: Libye : la Belgique réduite à compter les coups
 

Libye : la Belgique réduite à compter les coups


La Belgique prolonge son intervention en Libye alors que la guerre change de nature. Les députés sont mis devant le fait accompli.

En guerre jusqu’en septembre au moins : l'intervention militaire belge en Libye se poursuivra tant que les objectifs de la résolution 1973 de l’ONU (qui instaurait notamment une « no-fly zone ») ne seront pas « complètement atteints », a décidé le « kern » malgré les affaires courantes.

Mais son interprétation très large commence à susciter la controverse : ouvre-t-elle implicitement la voie à l’assassinat de Kadhafi ? Pour l’expert militaire Joseph Henrotin, l’objectif de la résolution a déjà été atteint puisque « la population civile est protégée, à l’exception de quelques zones ».

Les députés belges se retrouvent donc en position délicate. En appuyant unanimement cette intervention, le 21 mars dernier, ils visaient, disaient-ils, un seul objectif : éviter le bain de sang que Kadhafi s’apprêtait, selon eux, à perpétrer contre des civils désarmés. Et non à soutenir une rébellion armée, ni à chasser le colonel du pouvoir. D’autre part, si des civils ont été protégés, combien d‘autres ont péri entre-temps ? Or il ne s’agit pas seulement des victimes collatérales des frappes aériennes.


Parmi les premiers à réagir, Patrick Moriau (PS) estime qu’« il y a un clair basculement dans l’intervention en Libye. Nous avons donné notre accord sur base de la résolution 1973, mais on est dans une autre guerre. Dans une impasse, aussi. Alors, de deux choses l’une : soit on propose une nouvelle résolution, soit on négocie avec le régime ». Très critique à l’égard du CNT (insurgés), « qui refuse tout dialogue », Moriau ne regrette toutefois pas d‘avoir voté en faveur de l’intervention : « Il fallait faire quelque chose, sinon Benghazi aurait été rayé de la carte », pense-t-il. Par contre, Ecolo, qui a été en pointe dans la campagne en faveur des frappes, n’a plus réagi depuis le vote. Or son souhait d’une action « ciblée, balisée, efficace et limitée dans le temps » n’a, d’évidence, pas été réalisé.

Pour aiguillonner les parlementaires des commissions Affaires étrangères et Défense, la CNAPD (Coordination nationale d’action pour la paix et la démocratie, qui regroupe 40 associations), vient de leur écrire afin qu’ils reprennent la main dans le débat, tout en appelant à la fin des bombardements. Après avoir défendu l’idée d’une intervention, la Coordination opère une courbe rentrante : « Dans le feu de l'actualité, se défend-elle, le débat a malheureusement gravité autour d'une seule question apparemment simple: soit on soutient l’établissement d’une zone d’exclusion aérienne, soit on ne fait rien ». Elle regrette surtout que les méthodes non violentes (cessez-le-feu, médiation, négociation) aient été rejetées par la coalition. Face à cette guerre qui change de visage, la CNAPD conclut : « Les députés doivent prendre acte de leurs erreurs et exiger un retrait des troupes et appareillages belges ».



 
Djamal Benmerad
Journaliste, écrivain
Bruxelles
Portable: 00 32 (0) 471 30 11 01
http://barricades.over-blog.com
/

13:54 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

FRANCE: La dernière de Roselyne - arrêtons-la

 
 
En votant SARKO, certains Français ont voulu “LE changement”... Ils sont servis. Les autres avec ...
C’est le Sarkozoo de capitalisme renforcé à l’américaine ...
RoRo
 
-----Message d'origine-----
From: melusine
Sent: Wednesday, June 22, 2011 9:46 AM
 
Subject: La dernière de Roselyne - arrêtons-la
 
 
Message du 20/06/11 07:18
> >
> >
Objet : La dernière de Roselyne,
> >
Le directeur du principal labo avec lequel notre hôpital travaille
nous apprend (tenez-vous bien !) que nous, les infirmières, n'avons
plus le droit de faire les prises de sang.
> >
D'après la dernière ordonnance de notre chère ministre de la santé (donc,
pas de passage devant députés et sénateurs !), les laboratoires, pour
subsister, devront passer une certification assez contraignante et
compliquée, et pour ce faire, doivent, entre-autres, se porter garants du
préleveur (c'est à dire, nous, en l'occurrence !).
> >
>
Conséquence immédiate : les infirmières ne seront autorisées à
prélever que si elles ont été formées et agréées par le labo dans
lequel le prélèvement est analysé ! Exit, donc, les infirmières
intérimaires ou remplaçantes...
> >
Seconde conséquence, et non des moindres : les prélèvements à domicile
seront désormais interdits! Les patients devront donc se rendre au
laboratoire par leurs propres moyens, quel que soit leur état, ou bien se
faire hospitaliser !
> >
>
Troisième conséquence : les laboratoires étant tenus de s'équiper de
machines hyper-performantes, avec le moins de personnel possible, (ah
oui, parce que j'ai oublié de vous préciser que l'État a décidé de
diminuer fortement le remboursement des examens sanguins aux
laboratoires !) pour pouvoir continuer à fonctionner, ils vont devoir
se regrouper (but final avoué : 1 à 2 labos seulement par département
!!!).Bref, les hôpitaux de taille moyenne qui possèdent leur propre
labo vont le fermer (c'est déjà fait à Paoli-Calmette, par exemple,
Cavaillon et Orange vont suivre) et il faudra donc se déplacer vers
un grand plateau technique pour faire les examens qui ne sont pas
hyper-courants
> >
Comme ces grands plateaux techniques seront les seuls à accueillir une
grande partie des examens à réaliser, nous n'aurons les résultats qu'au
bout de plusieurs jours (et mieux vaut ne pas en avoir besoin un vendredi
après-midi !)
Enfin, cerise sur le gâteau : en toute discrétion, il a été décidé que
désormais le directeur d'un labo n'a plus besoin d'être biologiste !
La Générale de Santé, ainsi que d'autres grands groupes financiers sont
donc en train de racheter tous les labos de France et de Navarre et il
devient donc impossible à un médecin biologiste de posséder son propre
labo...
Voilà, je ne peux vous conseiller qu'une seule chose : surtout, ne
tombez pas malade ! Et si toutefois cela vous arrivait malgré tout,
déménagez aussitôt vers une grande ville, seul moyen d'ici très peu de
temps de pouvoir être soigné dans des conditions acceptables !
P.S. : Je viens d'entendre aux infos que le gouvernement envisage
sérieusement de réduire les cotations des examens radiologiques : ça ne
vous rappelle pas quelque chose ???
> >
>
Nous avions le meilleur système de santé au monde, mais c'était
avant que le gouvernement Sarkozy n'arrive au pouvoir !
> >
> Emma, une infirmière démoralisée et dégoûtée.
> >
Bonjour,
Emma a fait suivre l'info à une copine biologiste, voici sa réponse :
étant biologiste directrice d'un petit labo (3 personnes) de proximité,
je confirme cette info. L'ordonnance est passée en janvier 2010 et nous
avons jusqu'en 2013 pour nous mettre aux nouvelles normes. Ce qui est
totalement impossible pour les petits et moyens labos vu le coût car
bien évidemment tout cela n'est pas gratuit.
Donc pour ma part, étant trop petite, je suis condamnée à disparaître
!!!
A 54 ans c'est un peu dur à avaler!!!
Quant aux regroupements de labos c'est un pis aller, pour faire face aux
structures financières qui attendent ( comme pour les cliniques) de
racheter et rentabiliser au maximum aux dépens de la relation avec les
patients. Des labos traitant plus de 1000 dossiers jours ne peuvent être
à l'écoute de la personne. Et effectivement à terme il n'y aura plus que
1 ou 2 labos par département y compris pour les labos des petits
hôpitaux.
> >
>
Ceci est le système américains, allemand, et autres pays européens.
> >
Voilà donc l'avenir de la santé vendue aux grands groupes financiers.
La ministre Mme Bachelot a validé l'ordonnance Ballereau du 15.01.2010.
> >
Les conséquences sont catastrophiques...
> >
>
Au plus tôt en 2013 et au plus tard en 2016, les laboratoires
d'analyses médicales de proximité, VOTRE laboratoire et tous les
autres auront probablement DISPARU au profit "d'usines à analyses"
(une par département pour les départements qui le "méritent" ; pour
les départements les plus ruraux il faudra faire un peu plus de
route...).
> >
Pourquoi ? Et bien en vertu d'une ordonnance parue en 2010 (Voir JO
du 15.01.2010, page 819) qui livre le "marché" de l'analyse médicale
aux FINANCIERS du CAC 40...
> >
Parmi ces groupes financiers qui ont déjà largement entamé les rachats
massifs de labo, figurent des assurances de santé privées, peut-être la
vôtre, qui auront ainsi accès à vos données médicales et pourront
"personnaliser" vos factures...
Il y a une solution pour s'opposer à ce scandale : FAIRE CIRCULER
massivement et SIGNER cette pétition :
65 000 signatures à ce jour; c'est peu dans l'absolu mais au vu de la
discrétion de cette ordonnance, c'est beaucoup !
C'est parce que très peu de gens sont au courant que cette réforme peut
passer.
Il faut donc la RÉVÉLER au grand jour : DIFFUSEZ CE MESSAGE, DIFFUSEZ LE
LIEN DE LA PÉTITION.
 

11:15 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

21/06/2011

Les nations européennes neveulent plus jouer leur rôle dans l'OT AN

http://static.skynetblogs.be/media/1355/img_carre_blanc-thumb.6.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale-thumb.6.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale_none-thumb.6.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale_less-thumb.6.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/arton14026-c9798-thumb.5.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_1pixel-thumb.6.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_carre_blanc-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale_none-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale_less-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/arton14026-c9798-thumb.4.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_1pixel-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_carre_blanc-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale_none-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale_less-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/arton14026-c9798-thumb.3.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_1pixel-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_carre_blanc-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale_none-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale_less-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/arton14026-c9798-thumb.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_1pixel-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_carre_blanc-thumb.2.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale-thumb.2.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale_none-thumb.2.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_grey_font_scale_less-thumb.2.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1355/arton14026-c9798-thumb.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1355/img_1pixel-thumb.2.gif
Depuis la fin de la seconde guerre mondiale et la création de l’ alliance militariste otanienne, guerrière, impérialiste, colonialiste, anti-communiste et anti-soviétique, les nations européennes occidentales, “libérées”, inféodées et vassalisées par les maîtres ricains ont consacré aussi des centaines (voire des milliers) de milliards de dollars et/ou d’ euros dans la course et la production des armements. Des sommes colossales, qui auraient pu être consacrées à d’autres choses que les guerres et la soi-disant défense, ont été dépensées, gaspillées, pour sauver les desseins et la domination du capitalisme. Et cela continue, malgré la disparition de la “menace” soviétique... L’Otan étend désormais ses tentacules et ses guerres partout... Il faut en finir avec cette saloperie. La seule menace qui existe encore aujourd’hui pour le Monde “Libre”, ce sont les Martiens, à condition qu’ils existent réellement !
En fait cet article plaide pour que l’on quitte l’Otan dominé par les Ricains et que l’on crée EN PLUS une force, une alliance, guerrière européenne indépendante des Usa. Il ne faut pas être dupe. Ce n’ est vraiment pas intéressant non plus pour les peuples européens qui ont déjà suffisamment servi de chair à canon pour les guerres de conquêtes inter-capitalistes et de domination mondiale...
RoRo 
 
 
 
From: e melusine
Sent: Monday, June 20, 2011 11:52 AM
To:
Subject: Les nations européennes neveulent plus jouer leur rôle dans l'OTAN
 
 
 
 
     

Les nations européennes ne veulent plus jouer leur rôle dans l’OTAN (Dissident Voice)

Marti HIKEN


La récente diatribe de Robert Gates contre les 28 membres de l’OTAN qui "consomment de la sécurité au lieu de la produire" et qui ne font pas leur part de guerre sanglante est soit un avertissement soit un signe avant-coureur de l’évolution de la relation entre les USA et les nations européennes. Les nations européennes refusent de participer aux guerres américaines et les USA n’aiment pas ça. Les Européens ont collaboré de plein gré aux ambitions impérialistes des USA aussi longtemps qu’on leur a demandé de se consacrer au missions "douces" c’est à dire le soutien humanitaire pendant que les USA s’occupaient des missions "dures" à savoir les missions de combat. Ce qui est clair est que les besoins, à la fois économiques et politiques, des 28 pays vont dans des directions opposées et qu’il y a peu d’unité parmi les membres de l’OTAN. L’Europe apparemment ne partage pas la vision étasunienne de l’hégémonisme et de l’impérialisme étasuniens.

Depuis la création de l’OTAN en 1949 pour renforcer la défense de l’Europe (???) et pour maintenir la paix et la coopération dans l’Europe conflictuelle après les deux guerres mondiales (???), ses membres européens ont été incités à soutenir la politique étrangère étasunienne. De fait, il en est ressorti un Plan Marshall constamment tourneboulé et financé par les contribuables étasuniens à hauteur de 75% des dépenses militaires de l’OTAN. Cela permet aux USA de projeter leur ambition hégémonique sur le reste du monde et s’appuyant sur leurs alliés européens sous le prétexte de "défendre" les nations Nord Atlantiques.

Alors que la Politique Européenne de Sécurité et de Défense (PESD) aurait pu être tournée (???) vers le développement de capacités militaires pan-européennes (???) qui auraient permis à l’Europe de contrôler plus ou moins son destin, les Européens ont au contraire choisi de "mettre l’accent sur les institutions plutôt que sur les capacités militaires effectives."

Pendant ces dix dernières années, toujours pour justifier la continuation de l’existence de l’OTAN, on est passé de la nécessité (???) de contrer l’Union Soviétique et le bloc de l’est à celle de s’opposer au terrorisme avec son éternel cortège d’opérations militaires sur toute la planète assorti d’activités destinées à remplir les coffres des multinationales étasuniennes.

Une à une les nations européennes sont entrées dans l’alliance, attirées par la propagande mensongère comme l’âne par la carotte attachée sous son nez au bout d’un bâton. Alors que le système de missiles de défense et autres investissements étasuniens ont donné par le passé un sentiment de sécurité ainsi que du travail et de la technologie à de nombreux pays, l’Otan d’aujourd’hui et son programme de missiles de défense repose largement sur l’idée d’empêcher une agression de l’Iran.

Du point de vue européen, c’était un bon (???) accord, et ses membres ont accepté de participer à l’OTAN surtout pour bénéficier de la manne technologique dans les domaines militaires et les services secrets que ce pays offre à ses alliés - c’est à dire aussi longtemps que les Etasuniens finançaient les opérations et que les Européens ne devaient pas s’engager dans le combat, ni tuer et être tués.

Au cours des 60 dernières années, pourquoi les Européens auraient-ils développé, fabriqué et entretenu leurs propres défenses et alliances militaires puisqu’ils pouvaient compter sur les USA pour le faire ? Prendre la carotte et la manger revient beaucoup moins cher que fournir la compétence et payer le coût élevé des armes et de la militarisation.

Quand Gates dit : "Cette situation découle en partie d’un manque de volonté politique et pour beaucoup d’un manque de ressources en période d’austérité" il ignore le fait que les pays européens doivent encore prendre en compte les inquiétudes de leurs citoyens qui n’ont pas envie que leur jeunesse soit sacrifiée et meure au même rythme que la jeunesse américaine. Il semble que les peuples de l’Europe ne veulent pas que leurs économies deviennent des systèmes militaires coûteux destinés à protéger les riches. "La sécurité nationale" et le matériel militaire n’a pas autant d’adeptes outre-Atlantique qu’ici aux USA. A la différence des politiciens étasuniens, beaucoup d’Européens demandent (et ont) des systèmes de santé pour tous, un filet de sécurité, un droit du travail et des emplois.

Ce qui se passe est intéressant parce que, même si les USA peuvent acheter et contraindre beaucoup de pays dans le monde, ils n’ont pas ce pouvoir sur les nations européennes. Les états européens ne forment pas une union ni une confédération ; ce sont au contraire des nations indépendantes (???) qui ont chacune leurs propres élections. Les pays ont des gouvernements et des partis qui changent régulièrement ; ce sont des pays séparés qui doivent rendre des comptes à ceux qui les élisent et non pas aux militaires étasuniens. Quel pays pourrait lancer une attaque d’envergure contre l’Europe ? Il est ridicule de croire que les pays européens ont besoin de l’OTAN. Les pays européens pourraient facilement se retirer de l’OTAN et laisser les USA mener ses propres guerres.

On peut aussi se demander si l’Europe ne se livre pas une sorte de jeu passif-agressif avec les USA ? A-t-elle dupé les leaders étasuniens en fin de compte ? Puisque chaque nation européenne possède sa propre armée nationale et, en acceptant de faire le jeu des USA, tire profit de la collaboration et accumule de l’expérience en participant aux escarmouches et aux exercices de l’OTAN dans le monde, l’Europe va-t-elle finalement se retrouver à mille lieues devant les USA grâce aux ressources et aux connaissances technologiques accumulées ? Ou à l’opposé, en ne développant pas un solide système européen de défense correspondant à ses besoins, l’Europe ne risque-t-elle pas de voir retomber sur elle la colère des pays en voie de développement que les USA cherchent à dominer.

Une chose est sure, les USA dictent la politique de l’OTAN en fonction des intérêts des USA. Gates l’a dit clairement : "Ce serait une grave erreur de la part des USA de renoncer à leurs responsabilités mondiales" y compris à l’augmentation de "leur engagement en Asie". Gates est convaincu que les Européens devraient être fiers de soutenir les objectifs impérialistes des USA dans le monde.

Marti Hiken

Marti Hiken est la directrice de Progressive Avenues. Elle est l’ancienne directrice associée de the Institute for Public Accuracy et ancienne présidente de the National Lawyers Guild Military Law Task Force. On peut la joindre à : info@progressiveavenues.org. et visiter son site.

Pour consulter l’original et lire les notes : http://dissidentvoice.org/2011/06/e...

Traduction : Dominique Muselet

URL de cet article 14026
http://www.legrandsoir.info/les-nations-europeennes-ne-ve...

13:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Complot contre la Syrie , navires de guerres américain en mer Noire

 
Les Ricains en Mer Noire: à combien de milliers de kms des côtes Us ? Une fois de plus ... !
RoRo
 
 
From: melusine
Sent: Monday, June 20, 2011 8:37 AM
To:
Subject: Fw: http://zebrastationpolaire.over-blog.com/
 
 
-----
Sent: Monday, June 20, 2011 8:32 AM
 
Jeudi 16 juin 2011 4 16 /06 /Juin /2011 14:49

Il est rare que le ministre russe des affaires étrangères choisisse un dimanche pour faire une déclaration officielle. A l’évidence, quelque chose d’extrêmement grave pousse Moscou avec urgence. Ce qui en est à l’origine est l’apparition d’un croiseur lance-missiles américain dans la mer Noire pour des exercices navals avec l’Ukraine. Le croiseur USS Monterrey équipé du système de défense anti-aérien AEGIS prend part à des exercices conjoint Ukraine-USA : Sea Breeze 2011 (Brise de mer 2011). Il n’y a rien d’extraordinaire à un exercice naval américano-ukrainien.

L’année dernière, également, un exercice avait eu lieu. Mais comme le déclare Moscou : «Alors qu’est laissée de côté la question non réglée de l’éventuelle architecture du bouclier anti-missiles européen, la Russie voudrait savoir, conformément aux décisions Russie-OTAN du sommet de Lisbonne, quelle « aggravation » le commandement américain veut signifier en déplaçant l’appareil de frappes de base du groupement régional de défense anti-missiles, formé par l’OTAN dans la région, de la Méditerranée vers l’Est ? ».

La déclaration du ministre des affaires étrangères se poursuit en donnant sa propre explication, selon laquelle le Monterrey a été envoyé dans les eaux européennes comme un élément de l’approche adaptative progressive de l’administration américaine dans la construction du segment européen d’un bouclier anti-missiles global. La première étape du programme prévoit le déploiement d’un groupe de navires de guerre américains dans l’Adriatique, la mer Egée et la Méditerranée pour protéger le sud de l’Europe d’une éventuelle frappe de missiles.

Selon cette déclaration, le rôle des missiles des navires de guerre américains dans le cadre des exercices anti-piraterie « Sea Breeze 2011 » reste trouble. « Nous devons dire que nos préoccupations continuent d’être ignorées et que, sous le couvert de négociations, des tentatives sont en cours pour établir la configuration du bouclier anti-missiles, dont les conséquences sont dangereuses, ce dont nous avons avisé de nombreuses fois nos partenaires américain et de l’OTAN», ajoute la déclaration russe.

Les Etats-Unis déclarent qu’il s’agit d’exercices navals de routine. De son côté, Moscou demande : « S’il s’agit d’un déplacement ordinaire, alors pourquoi un navire de guerre avec ce type d’armement a été choisi pour un mouvement vers cette région si sensible ? » Sans aucun doute, les Etats-Unis intensifient la pression sur la flotte russe de la mer Noire. La provocation américaine se déroule dans le contexte des troubles en Syrie. La Russie bloque opiniâtrement les tentatives américaines de susciter l’occasion d’une intervention en Syrie, du type de celle en Libye. Moscou a compris qu’une des raisons majeures des Etats-Unis de pousser à un changement de régime en Syrie est d’obtenir la liquidation de la base navale russe dans ce pays [NdT : base navale de Tartous]. La base syrienne est la seule implantation que possède la Russie en Méditerranée.

La flotte de la mer noire repose sur la base syrienne pour assurer une présence effective de la marine russe en Méditerranée. Avec l’établissement de bases navales en Roumanie et l’apparition de navires de guerre américains en mer Noire, l’arc de l’encerclement se resserre. C’est un jeu du chat et de la souris, où les Etats-Unis ont le dessus. Officiellement, le régime dirigé par Bachar al-Assad est répressif, puisque presque chaque jour nous parviennent des informations selon lesquelles toujours plus de massacres ont lieu. Mais les informations occidentales restent complètement silencieuses sur l’aide obtenue de l’extérieur par l’opposition syrienne.

Personne n’est intéressé à envisager ou à questionner, par exemple, sur les circonstances de « l’incident » dans lequel 120 membres des forces de sécurité syrienne ont été tués par balles. L’implication occidentale, saoudienne, israélienne et turque dans les troubles en Syrie est presque claire comme du cristal, mais ceci est au-delà de la zone de discussion quand on parle des « troubles » en Syrie. En bref, la Russie a perdu la guerre de l’information sur la Syrie. Désormais, son dilemme consistera à être perçue comme illogique et faisant obstacle au louable processus de démocratisation en cours en Syrie et à l’éclosion du « Printemps arabe ».

Moscou a été claire sur le fait qu’elle ne tolèrera pas une résolution sur la Syrie au Conseil de sécurité des Nations Unies, peu importe sa formulation ou son contenu. Elle a aussi voté contre la tentative à l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (A.I.E.A.), la semaine dernière, d’ouvrir un dossier nucléaire sur la Syrie - semblable au dossier iranien – au Conseil de sécurité de l’ONU. Le dilemme de Moscou est qu’elle ne peut pas expliquer ouvertement son point de vue sur l’agenda géopolitique américain à l’égard de la Syrie. Une telle explication révèlerait le vide du renouvellement des relations américano-russes, pour laquelle le Kremlin, sous le président Dimitri Medvedev, a pourtant assidument travaillé. Mais Washington ne va pas laisser filer non plus la Russie.

Washington est persuadé qu’elle va resserrer le nœud autour du cou d’Assad. Pour le dire simplement, les USA veulent que la Russie lâche la Syrie pour que l’Ouest puisse l’attaquer. Mais la Russie sait que la suite sera la fermeture de sa base navale par un régime pro-occidental qui aura succédé à Assad. Les enjeux sont très importants. L’année dernière, le second du renseignement militaire russe a été tué dans des circonstances mystérieuses alors qu’il inspectait la base navale de Syrie. Son corps a été retrouvé en train de flotter dans la Méditerranée, au large des côtes turques. Cela pour dire que de nombreuses agences de renseignement sont impliquées dans la tourmente syrienne. D’abord et avant tout, un changement de régime en Syrie est devenu absolument crucial pour rompre l’isolement régional d’Israël.

L’espoir américano-israélien est de casser le soutien au Hezbollah, ce qui ne se fera qu’à la condition de renverser le régime d’Assad à Damas et de mettre fin à l’alliance syro-iranienne. De plus, un changement de régime à Damas forcerait le leadership du Hamas à évacuer Damas. Le chef du Hamas [NdT : de la branche militaire], Khaled Mechaal, vit à Damas sous la protection de Assad depuis plusieurs années. L’un dans l’autre, par conséquent, n’importe quel mouvement sur le processus de paix israélo-palestinien en faveur des positions israéliennes ne sera possible que si les USA et Israël cassent le noyau dur syrien.

Washington et Tel Aviv ont essayé de persuader la Russie de s’aligner et d’accepter la défaite sur la Syrie. Mais Moscou est resté collée à ses revolvers. Et maintenant en envoyant un navire de guerre dans la mer Noire, les USA ont signalé qu’il ferait payer à la Russie le prix de son obstination et de ses prétentions comme puissance méditerranéenne et moyen-orientale. Le résultat des élections législatives en Turquie, qui assure un nouveau mandat au parti « islamiste » dirigeant AKP (Parti de la Justice et du Développement) a renforcé significativement les positions américaines sur la Syrie. Ankara a durci le ton sur Assad et a commencé à le critiquer ouvertement.

On peut s’attendre dans les semaines qui viennent à un jeu turc plus intrusif dans la déstabilisation d’Assad et le changement de régime à Damas. Ironiquement, la Turquie est aussi le pays qui contrôle le détroit du Bosphore. En intensifiant ses relations avec la Turquie dans la décennie passée, Moscou a espéré qu’Ankara irait progressivement vers une politique étrangère indépendante. Les attentes du Kremlin étaient que les deux pays s’entendraient pour régenter ensemble la mer Noire. Mais avec le déroulement des évènements, il est devenu clair qu’Ankara revient à ses anciennes priorités comme pays de l’OTAN et comme partenaire prééminent des USA dans la région. Ankara ne peut-être blâmée, elle a fait une évaluation fine et en a tiré la conclusion que ses intérêts seraient mieux servis en s’identifiant au jeu occidental de réaliser un changement de régime en Syrie. De plus, Ankara trouve rentable de rejoindre l’approche des Saoudiens quant au bouleversement du Moyen-Orient.

Les riches arabes des pays pétroliers du golfe persique sont prêts à envoyer leur « argent vert » vers la Turquie. Ankara partage également les craintes saoudiennes à propos de l’émergence de l’Iran comme puissance régionale. En somme, les USA obtiennent doucement mais régulièrement le dessus concernant leur projet d’un renversement de régime à Damas. Est-ce que Moscou s’inclinera sous l’immense pression et acceptera un refoulement de son influence en Syrie, est la grande question. Moscou a menacé de s’associer avec Pékin et d’adopter une position commune sur la Syrie. Mais la capacité de Moscou à contrer le bulldozer américain sur la Syrie s’affaiblit de jour en jour. La trajectoire des évènements en Syrie aura certainement un impact profondément négatif sur le renouvellement des relations amérciano-russes.

L’administration Obama semble avoir fait ses calculs et a conclu que le prix valait d’être payé dans le souci d’assurer la sécurité d’Israël. Le navire de guerre qui naviguait dans la mer Noire apportait un message clair à la Russie : elle doit accepter de n’être plus que l’ombre pâle de l’ancienne Union soviétique.

   L’ambassadeur M. K. Bhadrakumar a été un diplomate de carrière aux services dilomatiques indiens. Parmi ses affectations : l’Union Soviétique, la Corée du sud, le Sri Lanka, l’Allemagne, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Ouzbékistan, le Koweït et la Turquie.

Par M. K. Bhadrakumar Source Asia times

traduit par Kinan Alkurdi pour Algerie Network

13:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

du "Courrier des Balkans" : Serbie : Belgrade accueille une conf érence militaire de l’Otan ...

La nouvelle “démocratie” en SERBIE, c’ est désormais le capitalisme, l’ Euro-dictature et ... l’ Otan. Comme partout dans l’ Europe de l’ Est d’ ailleurs...

RoRo

 

Serbie : Belgrade accueille une conférence militaire de l’Otan

Traduit par Jacqueline Dérens
Sur la Toile :
Mise en ligne : mardi 14 juin 2011
Pour la première fois depuis les bombardements de 1999 (note de RoRo: c’est-à-dire l’ agression ricano-otanienne!), Belgrade accueille, à partir de ce mardi, la conférence stratégique annuelle de l’OTAN. La rencontre, menée au niveau des chefs d’état-major, est ouverte à des représentants des pays membres du Partenariat pour la Paix (???) et même de la Russie. L’opposition dénonce toutefois sa tenue à Belgrade, en affirmant son attachement à la neutralité militaire de la Serbie.

La conférence, qui s’est ouverte mardi matin, réunit plus de 180 experts militaires de tous les continents, dont le chef d’état-major adjoint de l’armée russe, qui échangeront leurs opinions et pourront comparer leurs pratiques. Des rencontres entre chef des forces de défense et des ateliers d’experts auront pour objet de réfléchir à la transformation (???) de l’Otan.

L’analyste militaire Aleksandar Radić est convaincu que la tenue de cette conférence militaire dans la capitale sera utile (???) à la Serbie. « En invitant les participants à se réunir ici, et en gagnant le soutien de Washington, la Serbie aura une référence utile. Nous montrons que dans ce vide qui est le notre entre neutralité et l’absence de stratégie pour l’avenir, nous voulons toujours coopérer avec tout le monde ».

« Il ne s’agit pas de remettre la neutralité en question. C’est un geste qui est habile politiquement et diplomatiquement. Il ne s’agit en aucune façon de dire que l’Otan arrive en Serbie. Il y aura aussi des représentants de pays comme la Russie que nous considérons comme des partenaires. Comment devrions-nous les traiter ? »

Avant le début de la conférence, qui doit être ouverte par le ministre de la Défense Dragan Šutanovac, des représentants de l’armée serbe et du commandement de l’Otan, le Parti libéral-démocrate (LDP) a répété que la Serbie devait rejoindre l’Alliance atlantique, estimant qu’il s’agit d’un « un raccourci vers l’Union européenne et d’une garantie pour l’intégrité territoriale » du pays.

L’opposition, menée par le Parti radical serbe (SRS) et le Parti démocratique de Serbie (DSS), ne l’entend pas de cette oreille, et fait campagne contre la tenue de cette conférence. Des militants du SRS se sont rassemblés devant les bâtiments de la présidence pour y porter une lettre. Comme des forces de gendarmerie les ont empêchés de rentrer, le député Zoran Krasić a lu la lettre pendant que les manifestants brûlaient un drapeau de l’Otan.

La lettre accuse Boris Tadić « d’avoir mis la Serbie à genoux devant Bruxelles et Washington, d’avoir foulé aux pieds les intérêts nationaux et d’avoir abandonné le Kosovo et la Metohija, d’avoir mis en danger l’existence de la république de Serbie ».

Les militants du DSS sont allés sur un pont sur la Sava où ils ont déployé une banderole contre l’Otan. Ils ont également tenu une conférence de presse pour affirmer que la neutralité militaire était le meilleur choix pour le pays. Ils demandent au Président Tadić et au ministre de la Défense Šutanovac de dire clairement aux Serbes s’ils avaient déjà décidé que la Serbie devait rejoindre l’Otan.

Andrija Mladenović, le responsable du DSS pour Belgrade, avait suggéré que la conférence se tienne dans le bâtiment de l’état-major ou dans d’autres lieux détruits par les frappes de l’Otan il y a 12 ans. Il annoncé que son parti organiserait « un défilé de voitures dans Belgrade pour protester et montrer que Belgrade ne sera jamais une ville de l’Otan, et la Serbie jamais un pays de l’Otan ».

Le Président Tadić a ironisé devant tant d’agitation en déclarant que c’était là un signe de bonne santé de la démocratie en Serbie et que ces protestations étaient naturelles dans une démocratie. Il a toutefois fait remarquer que les protestataires « enfonçaient des portes ouverte, car la Serbie est déjà membre du Partenariat pour la Paix et participe à de nombreuses opérations de maintien de la paix ».

13:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Connaître l'Histoire

http://static.skynetblogs.be/media/1355/tillon-ftp-thumb.3.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1355/appel-tillon-17juin40-thumb.3.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1355/tillon1-thumb.3.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1355/tillon-ftp-thumb.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1355/appel-tillon-17juin40-thumb.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1355/tillon1-thumb.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1355/tillon-ftp-thumb.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1355/appel-tillon-17juin40-thumb.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1355/tillon1-thumb.jpg
 
 
From: melusine
Sent: Tuesday, June 21, 2011 10:06 AM
To:
Subject: Connaître l'Histoire
 
  Connaître l'histoire
 
 
même qu’elle ne figure pas dans les livres de classe
Mardi 21 juin 2011 2 21 /06 /Juin /2011 08:37

Histoire :

les communistes dans le combat

pour l'indépendance de la France

Appel à la Résistance

de Charles Tillon

le 17 juin 1940

tillon1.jpg

appel-tillon-17juin40

   

Charles Tillon, auteur de cet appel, est élu en 1936 député communiste d’Aubervilliers.

Il devint le principal dirigeant des Francs-Tireurs et Partisans Français (F.T.P.F).

tillon-ftp.jpg
TEXTE REPRIS SUR

EL DIABLO

11:46 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

20/06/2011

NOTRE DAME DE PARIS

 
Voyons, voyons: les indignés ont dû confondre. Le parvis de Notre Dame à Paris, ce n’ est quand même pas la place Tahrir au Caire.
A Paris, les matraqueurs de “l’ordre” capitaliste veillent. La “démocratie” française doit quand même être protégée...
Il y a des modèles qui ne s’exportent pas...
RoRo
 
 
 
From: FISCHER BERNARD
Sent: Monday, June 20, 2011 7:32 PM
To: 
Subject: NOTRE DAME DE PARIS
 

http://www.paris.reelledemocratie.fr/node/153

http://www.convergencedesluttes.fr/index.php?post/2011/06/20/NOTRE-DAME-DE-PARIS

http://www.fischer02003.over-blog.com/article-notre-dame-de-paris-77298567.html

La réunion pacifique des indignés de Paris se termine avec plus de cent arrestations

Dimanche 19 Juin 2011

La police a dissout la réunion pacifique des indignés qui s'est tenue aujourd´hui sur le parvis de Notre Dame, avec un bilan de cent à cent cinquante personnes arrêtées. Des groupes de soutien se sont rendus aux commissariats de la ville pour exiger leur libération.   

A l'occasion de la journée mondiale de mobilisation du 19 juin, une marche a été organisée à Paris par le mouvement des Indignés. Environ cinq cent personnes ont pris les rues du centre ville durant trois heures. L'action, autorisée par la préfecture, s'est déroulée dans une ambiance conviviale sous une stricte surveillance policière. Les indignés ont fini leur parcours dans une rue proche de l´Hôtel de ville faute d'autorisation de se réunir sur le parvis. 

Entourés par la police, les indignés ont partagé un pique-nique jusqu'à 15 heures.  

Face à l´impossibilité de tenir l´Assemblée Générale du mouvement prévue à cette heure, les indignés se sont déplacés sur le parvis de Notre Dame. Quelques instants plus tard, les CRS et la garde mobile ont encerclé les indignés, ont mis en place un cordon policier et coupé l´accès à la place aux touristes et aux indignés restés en dehors.  

Au démarrage de l´Assemblée Générale, un représentant de la police a interrompu la réunion pour informer du délogement et des conséquences pénales pour les personnes décidant de rester. Au troisième avertissement, les agents ont commencé la dissolution par la force. Les indignés, qui restaient assis pacifiquement, ont été traînés par la force, un par un, jusqu'aux fourgons policiers. Ils ont été amenés dans différents commissariats de la ville.

Après ces premiers moments de tension, les indignés qui l´ont demandé ont été autorisés à quitter la place en petit groupes accompagnés par des agents.  

Parallèlement, un grand groupe de touristes et d´indignés (restés en dehors du cercle), étonnés face au déploiement policier ont hué les forces de l´ordre et ont soutenu les indignés qui continuaient d´être embarqués. 

Une heure plus tard, une fois le délogement terminé, les indignés se sont organisés en groupes pour se rendre aux commissariats en soutien à leurs camarades.  

NOTE : A cause de malentendus parus dans certains médias, nous précisons que l'Assemblée Générale qui s'est tenue à Notre Dame n'était en aucun cas une manifestation illégale, mais bien une réunion spontanée en marge de la marche convoquée par Démocratie Réelle Paris, aujourd'hui, ce matin. 

Il s'agissait donc bien d'une réunion spontanée de citoyens. Dans le cadre de la liberté d'expression, tout citoyen a le droit de se réunir dans un lieu public, de façon spontanée, sans troubler l´ordre public. Aujourd'hui, l'ordre public n'a été troublé à aucun moment. Comme indiqué aux forces de l'ordre, il ne s'agissait pas d'une manifestation et il n'y avait pas d'organisateurs, uniquement un groupe de citoyens réunis pacifiquement sur une place publique.

 

 

22:18 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

dc Acrimed: la Grèce au JT

 
 
From: melusine
Sent: Monday, June 20, 2011 6:08 PM
To:
Subject: Fw: Acrimed: la Grèce au JT
 
 
 
    La Grèce au JT : de la révolte invisible à la nécessaire austérité

      par Ugo Palheta, le 20 juin 2011

      Une mobilisation sociale de grande ampleur est actuellement en cours en Grèce. Les Grecs protestent contre l’imposition – par la troïka que composent le FMI, l’Union européenne et la Banque centrale européenne, avec la participation du gouvernement grec – d’un nouveau plan de rigueur, impliquant des coupes massives dans les dépenses publiques, une hausse de la TVA, et de nombreuses privatisations, contre l’octroi d’un prêt. Nous avons voulu rendre compte de la manière dont les journaux télévisés de TF1 et de France 2 ont informé sur ce mouvement social. Ont-ils donné les moyens aux téléspectateurs de comprendre les raisons de cette colère et de s’approprier les enjeux de cette mobilisation ? Ont-ils permis d’ouvrir un débat politique sur la dette, son origine et les moyens trouvés (ou imposés) par les Etats et les institutions supranationales pour y faire face ?

      Le mouvement social dont il est question ici, où convergent les syndicats traditionnels et les occupants de la place « Syntagma » (sur le modèle des « indignés » espagnols), est parvenu, dès la fin du mois de mai, à rassembler des centaines de milliers de manifestants. C’était notamment le cas le dimanche 5 juin, non seulement à Athènes mais dans des dizaines de villes grecques. Depuis, les manifestations et les occupations se succèdent, posant la question de l’origine de la dette grecque [1] et affichant le refus de laisser détruire, au nom de cette dette, les acquis sociaux et les services publics.

      On avait pris la peine de rappeler il y a quelques semaines, à propos du retour de Manuel Zelaya au Honduras, le théorème de Jean-Pierre Pernaut : « Vous voulez des nouvelles sur le Venezuela ? Regardez la chaîne vénézuelienne. Sur le Soudan ? Regardez les chaînes africaines » [2]. Ce retour avait en effet été en bonne partie invisibilisé par les médias français, pressés d’oublier un pays à propos duquel ils ne s’étaient guère honorés quelques mois auparavant. On aurait pourtant tort d’imaginer que la tendance des médias à se désintéresser des conflits sociaux, et plus encore lorsque ceux-ci concernent les pays étrangers [3], se réduirait à la personne de « JPP », aussi symptomatique soit-elle de la sous-estimation de l’information sociale et internationale.

      Celui-ci n’avait fait qu’exprimer une « loi » qui gouverne les journaux télévisés, renvoyant à la place qu’ils occupent dans le champ médiatique et à la fonction qu’ils exercent, parfaitement décrite par P. Bourdieu : « Une part de l’action symbolique de la télévision […] consiste à attirer l’attention sur des faits qui sont de nature à intéresser tout le monde, dont on peut dire qu’ils sont omnibus – c’est-à-dire pour tout le monde. Les faits omnibus sont des faits qui, comme on dit, ne doivent choquer personne, qui sont sans enjeu, qui ne divisent pas, qui font le consensus, qui intéressent tout le monde mais sur un mode tel qu’ils ne touchent à rien d’important » [4].

      La révolte grecque ne sera pas télévisée

      Entre l’affaire DSK et l’affaire Ferry, l’accident de Joué-lès-Tours et la bactérie tueuse, en passant par la sécheresse et ses conséquences, la révolte sociale en Grèce a été presque totalement passée sous silence dans les journaux télévisés des deux principales chaînes de télévision française. En tout et pour tout, du lundi 30 mai au dimanche 12 juin, à 13h et à 20h, TF1 lui a consacré deux sujets, au « 13h » du 30 mai et au « 20h » du 4 juin, soit 2 minutes et 40 secondes en deux semaines. France 2 a été plus généreuse dans la pénurie, accordant trois sujets et cinq minutes d’antenne à la révolte grecque, au « 13h » du 4 juin et aux « 20h » du 3 et du 4 juin.

      Si l’on prend la peine de faire l’inventaire de l’ensemble des sujets abordés par les journaux télévisés sur cette même période, la politique éditoriale mise en œoeuvre apparaît en pleine lumière, et en stricte conformité avec l’argumentation de P. Bourdieu citée plus haut. On trouve ainsi, tout en haut de la hiérarchie de l’information, la « bactérie tueuse » et la sécheresse, qui apparaissent à chaque journal télévisé durant nos deux semaines d’observation.

      De manière générale, les phénomènes sanitaires et climatiques occupent une place essentielle dans les journaux télévisés. Epidémies, infections, sécheresse, orages, tornades, etc : autant de faits qui permettent de construire une information dépolitisée et, presque quotidiennement, d’alimenter les bavardages télévisuels en donnant lieu à une multitude indéfinie de sujets stéréotypés. Ces derniers ne posent généralement aucune question susceptible de faire l’objet d’un débat, qu’il s’agisse par exemple des rapports entre réchauffement climatique et politiques productivistes ou de la marchandisation de la santé, mais invitent au contraire à une commune déploration.

      Ensuite vient la politique nationale, généralement traitée sous l’angle des « affaires » (DSK, Tron, Ferry, etc.), des petites phrases (celle de J. Chirac concernant F. Hollande servira ainsi d’ouverture au « 13h » et au « 20h » de France 2, le dimanche 12 juin), ou enfin en réaction directe aux annonces faites par le gouvernement ou la majorité parlementaire (rapport Ciotti, volonté d’imposer des contreparties contre le RSA, etc.).

      Plus bas dans la hiérarchie : l’information sociale. Un exemple : l’annonce d’une fermeture possible de l’usine de PSA à Aulnay-sous-Bois n’aura bénéficié que d’une ou deux journées d’antenne, selon la chaîne et selon l’horaire du JT. Le « 13h » de TF1 a même fait l’impasse sur cette information qui touche pourtant, outre les 3600 salariés du site, les intérimaires, tous ceux qui travaillent dans les entreprises sous-traitantes et les commerçants de la ville et des alentours.

      Enfin, tout en bas de la hiérarchie propre aux journaux télévisés : l’information internationale. Outre la révolte grecque, les élections en Italie, au Portugal ou au Pérou n’ont fait l’objet que de sujets très courts, ne proposant aucune analyse des forces en présence ou des résultats, et ne situant nullement ces derniers dans le contexte politique et électoral propre à chacun de ces pays. Les résultats des élections au Portugal et au Pérou ont ainsi été expédiés en 45 secondes lors du « 20h » de France 2 le lundi 6 juin.

      « Cacher en montrant »

      Le dimanche 5 juin, jour d’une des manifestations grecques les plus imposantes dans l’ensemble du pays, et alors que la chaîne dispose d’un envoyé spécial (Romain Messy), le « 20h » de France 2 préfère consacrer un sujet de 11 minutes à « l’affaire DSK ». Le lendemain, ce sont pas moins de 28 minutes qui seront consacrées à cette affaire qui agite le microcosme médiatico-politique depuis environ un mois, et ce pour traiter une audience qui aura duré… sept minutes. Près de 40 minutes en deux jours, et rien pour un mouvement social rassemblant plusieurs centaines de milliers de personnes en Grèce, qui signale par ailleurs que l’activité du même DSK à la tête du FMI a fait merveille (point sur lequel les médias français ne sont jamais revenus).

      Autre exemple de la futilité des informations télévisées, ces mots par lesquels David Pujadas choisit d’ouvrir son journal le mardi 7 juin : « Hillary Clinton hier, Anne Sinclair aujourd’hui : face à l’infidélité, elles suscitent l’admiration ou les interrogations : pourquoi des épouses pardonnent, s’engagent, et même épaulent leurs maris dans l’épreuve judiciaire ? C’est une autre des questions posées par l’affaire DSK ». Une question cruciale, à l’évidence.

      A l’opposé, la dépêche de l’AFP qui révélait que ce sont les Européens du sud qui travaillent le plus en Europe n’aura pas trouvé droit de cité au journal télévisé. Elle permettait pourtant, au moins en partie, de comprendre la révolte du peuple grec, qui se voit imposer de nouveaux sacrifices alors qu’il affiche de loin la durée annuelle moyenne du travail la plus forte d’Europe (2219 heures, contre 1390 par exemple pour l’Allemagne ou 1554 pour la France).

      « Cacher en montrant » comme l’écrivait P. Bourdieu, c’est-à-dire mettre en avant une somme innombrable de sujets qui occuperont le devant de la scène médiatique un temps variable pour mieux noyer l’information qui divise, sociale ou internationale. Mais quelle vision du mouvement social en Grèce ont donné TF1 et France 2 quand, en de rares occasions, ils ont daigné lui accorder quelques minutes, ou plutôt quelques secondes, d’attention ?

      TF1 : « l’humeur est à la résignation »

      Le « 13h » de TF1 n’a consacré qu’un sujet d’1 minute et dix secondes à la situation en Grèce, mais non pour nous informer du mouvement social ou des difficultés rencontrées par la population mais pour nous apprendre que l’austérité ne fait (malheureusement) « pas forcément l’affaire des touristes qui vont là-bas ». Respectant le théorème énoncé plus haut, Jean-Pierre Pernaut ne s’intéresse à la Grèce que pour éviter aux Français qui souhaiteraient s’y rendre de trouver des prix plus chers que prévus. Charmante attention.

      Plus intéressant peut-être, le court reportage (1 minute et 40 secondes) que le « 20h » de TF1 a concédé le samedi 4 juin à la révolte grecque. L’inamovible Claire Chazal annonce d’emblée la couleur : « aujourd’hui la mobilisation est restée assez limitée ». Technique éprouvée à propos des mouvements sociaux en France, le meilleur moyen de convaincre qu’aucune alternative ne saurait être recherchée et que les mobilisations sociales ne servent à rien consiste, comme on va le voir, à réduire la colère aux seuls syndicats, souvent considérés comme « archaïques », et surtout à dépouiller les acteurs de ces mobilisations de tout espoir de l’emporter.

      Ainsi le reportage de TF1 commence-t-il en précisant : « Les syndicats vont se battre. Les mots d’ordre parlent de résistance au FMI et à l’Union européenne, mais l’humeur, elle, est à la résignation. Les syndicats ont faiblement mobilisé aujourd’hui à Athènes. Face à un nouveau plan d’austérité, les Grecs semblent perdre espoir ». S’en suit le témoignage d’un manifestant qui n’affirme pas le moins du monde avoir « perdu espoir » mais accuse : « on n’a plus rien, ils nous ont tout pris, directement dans la poche ». Un autre : « évidemment c’est inacceptable, car les gens ne peuvent pas accepter de nouvelles mesures d’austérité si brutales ».

      Le journaliste de TF1 poursuit en expliquant les contreparties de l’ « aide » européenne [5]. Mais il le fait au futur, laissant entendre que cela se fera de toute façon, peu importe l’intensité des mobilisations sociales : « la Grèce va devoir accélérer les privatisations ». Il oublie en outre d’informer les téléspectateurs d’un fait qui aurait pourtant pu permettre de comprendre que la « fatalité » n’avait rien de naturel : lorsqu’il explique qu’il s’agit « d’éponger une dette de 340 milliards d’euros », il omet de préciser que les fonds grecs placés dans les banques suisses représenteraient 280 milliards d’euros (près de 120% du PIB grec), ce qui signale une vaste fuite des capitaux grecs vers la Suisse. Une information digne d’intérêt ? Pour TF1 et France 2, c’est non...

      France 2 : « leur colère n’y changera rien »

      De même, quand France 2 décide (enfin) d’évoquer la Grèce, c’est pour mieux convaincre les téléspectateurs que, décidément, les mobilisations sociales ne sauraient changer le cours des choses, en Grèce ou ailleurs : « tous les jours les mêmes piquets de grève, les mêmes défilés, et leurs cortèges de tensions. […] Depuis un an, si à intervalle régulier, si Athènes est dans la rue, c’est pour lutter contre les mesures d’austérité qui ont déjà profondément ébranlé la société grecque. Première visée : la fonction publique. Le gouvernement a déjà supprimé 82 000 postes l’an dernier, les salaires des fonctionnaires sont eux gelés jusqu’en 2014. Les pensions des retraités connaissent elles aussi le même sort : leur colère n’y changera rien ».

      Mais si France 2 se permet de décréter l’utilité (ou plutôt ici l’inutilité) des mobilisations sociales, c’est que – comme l’affirme le journaliste – « le pays n’a pas le choix ». Et à l’appui de cette allégation sans nuance, c’est à l’expert Elie Cohen qu’il est demandé d’ânonner la ritournelle de l’absence d’alternative : « Ou la Grèce applique cet accord et elle obtiendra les versements qui sont promis tant par le FMI que par la Communauté européenne. Ou elle n’accepte pas et elle est techniquement en faillite ». Ainsi le périmètre de la sortie de crise est-il soigneusement délimité, aussi bien par le journaliste que par l’économiste promu au rang d’expert infaillible. Par ce moyen, c’est le contenu même de l’accord qui est insidieusement placé hors de tout débat, comme si les plans dits « d’ajustement » imposés par le FMI, notamment en Amérique latine, avaient fait la preuve de leur viabilité à court ou long terme et les rendaient indiscutables.

      ***

      Invisible ou inutile d’après les journaux télévisés français, la révolte grecque se poursuit néanmoins et pourrait faire des émules dans d’autres pays européens promis aux mêmes plans d’austérité. Il ne s’agit donc pas d’une information marginale, et chacun devrait pouvoir en saisir les tenants et les aboutissants. Mais qu’a pu en connaître, par l’intermédiaire des JT, la grande majorité de la population, sinon des fragments et quelques idées toutes faites ? Comment comprendre que la question de la dette constitue un enjeu majeur, susceptible de faire l’objet d’analyses et de politiques contradictoires, quand elle n’est jamais présentée comme telle par les grands médias ? Nul doute que c’est pour favoriser ce débat démocratique que les mobilisations sociales contre les mesures imposées au nom de la dette sont systématiquement passées sous silence ou réputées battues d’avance...

      Ugo Palheta (avec Frédéric Lemaire et Julien Sergère)

      Notes

      [1] Sur ce point, voir le livre tout récemment paru de l’économiste François Chesnais : Les dettes illégitimes. Quand les banques font main basse sur les politiques publiques, Paris, Raisons d’agir, juin 2011.

      [2] Déclaration dans Télérama, le 9 décembre 1998.

      [3] Nous avons récemment consacré un article à cette question, intitulé : « Misère de l’information sur l’Europe des mobilisations sociales ».

      [4] P. Bourdieu, Sur la télévision, Paris, Raisons d’agir, 1996, p. 16.

      [5] On ne peut que mettre les guillemets autour d’un prêt qui n’est nullement perçu comme une « aide » par une grande partie de la population grecque.

      22:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

      17/06/2011

      Grèce : la grande braderie

       
       
      Et ce n’ est pas fini: d’ autres pays de l’ EURO-DICTATURE capitalistes, aussi au bord de la faillite, vont suivre ....
      tout ce que l’État peut mettre sur le marché”: cela veut dire, tout ce que le peuple travailleur et la collectivité, ont créé et possédaient...
      Debout les damnés de la terre ! Comme à Tunis, comme au Caire, comme à Madrid, comme en Grèce, ...
      RoRo
       
       
       
      From: Le Brasier
      Sent: Friday, June 17, 2011 12:14 PM
      To:
      Subject: Grèce : la grande braderie
       

      l-echo

      La Grèce vit à l’heure de la grande braderie qui met en vente tout ce que l’État peut mettre sur le marché, compagnie d’électricité, services des eaux, ports et aéroports, bâtiments et monuments publics etc. Tout bien public doit disparaître, sur injonction du FMI et de la Banque européenne! Ah!que de belles arrivées pour une économie capitaliste en crise, dont la monnaie nouvelle est étalonnée sur le degré d’appauvrissement d’une majorité du peuple…

      En France, nous n’en sommes pas encore à un tel stade de sauvagerie sociale. Pourtant, l’austérité est bel et bien devenue le fil conducteur de la gouvernance de la droite, pilote de politiques de récession pour le pouvoir d’achat et le secteur public. Sans que, pour autant, tout comme en Grèce, en Espagne ou au Portugal,  l’endettement de l’État soit conduit à la baisse. Partout, la «logique» du libéralisme bat son plein. Partout, les plus riches et les banquiers s’en mettent plein les poches.

      La prochaine braderie française est axée sur la SNCF. Hier, à Paris, les cheminots protestaient contre l’ouverture à la concurrence des lignes régionales, dont « l’expérimentation » sera proposée aux Régions qui le souhaiteraient. Lesquelles en prendront la lourde responsabilité? Car qui dit concurrence dit évidemment privatisation et démantèlement du service public ferroviaire au détriment, comme en Angleterre, des usagers et de l’aménagement équilibré des territoires.

      L’opposition à ces noirs désirs de profits privés reste insuffisante. La riposte mérite d’être portée à la hauteur des risques sociaux encourus… Y compris, ça va de soi, dans les propositions alternatives issues de la gauche.

                                                                                                          Christian Audouin

                                                                                                             Le 17 juin 2011


      17:36 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

      Jacques vergès: "en Syrie, il faut défendre l'Etat actuel!"

      http://static.skynetblogs.be/media/1355/2139463010.jpg
       
       
      From: Hess Madeleine
      Sent: Thursday, June 16, 2011 10:20 AM
      To:
       
       
       
      Objet : Jacques vergès: "en Syrie, il faut défendre l'Etat actuel!"

       
       

      Jacques Vergès : « En Syrie, il faut défendre l’Etat actuel ! »

      dimanche 12 juin 2011, par Comité Valmy


      Infatigable défenseur, judiciaire et politique, des résistants au Nouvel Ordre mondial, Jacques Vergès, qu’on a vu récemment aux côtés de Roland Dumas dans Tripoli bombardée, a bien voulu nous recevoir pour nous donner son sentiment sur ce qui se passe ou pourrait se passer en Syrie. Une analyse sans complaisance de la dérive morale et géopolitique de l’Occident américano-centré et un optimisme raisonné sur l’évolution de la situation, en Syrie et ailleurs.

      -Tout d’abord, quelle est votre analyse de la situation en Syrie ?

      -Jacques Vergès : Il y a très clairement une tentative de déstabilisation extérieure de la Syrie. Dans ce pays l’Arabie saoudite est à la manœuvre, via les groupes salafistes qu’elle inspire et finance. Et, bien sûr, les Etats-Unis supervisent cette ébauche de guerre civile. Israël, Etat frontalier et ennemi de la Syrie, et qui dispose de services de renseignements et d’action assez performants, est selon moi directement impliqué aussi. Et je n’aurai garde d’oublier le rôle moteur que, joue, sur le plan diplomatique, la France pour discréditer et isoler le régime syrien.

      Je ne nie pas pour autant qu’il existe des problèmes sociaux en Syrie. La France aussi connait de graves problèmes sociaux et l’on peut même dire que la société française est confrontée à un certain nombre de blocages. Mais les ennemis intérieurs et extérieurs de la Syrie baasiste font tout pour jeter de l’huile sur le feu. Quant à moi, je suis très clairement un ami de la Syrie telle qu’elle est.

      -Quel est selon vous le – ou les – ressort de l’attitude de Nicolas Sarkozy dans cette affaire ?

      -J.V. : Sur un plan strictement idéologique, il y a l’incontestable philo-sionisme et philo-américanisme de ce président, qui rêve d’être le meilleur élève européen, ou le premier ex-aequo avec le Britannique David Cameron, de la « classe OTAN ». Et l’on touche là à un aspect plus personnel et psychologique du personnage : son désir pathétique de se hisser à ce statut d’homme d’Etat qui joue dans la « cour des grands » de ce monde, statut qu’une large majorité de l’opinion française semble lui dénier aujourd’hui. Et puis il y a tous ces échecs intérieurs – économiques ou sécuritaires – qu’on essaye de faire oublier aux électeurs par des roulements de mécanique guerrière ; c’est un procédé vieux comme le monde politique.

      Enfin il y a le lourd passif de la diplomatie française vis-à-vis du printemps arabe, tunisien et égyptien : de Fillon passant ses vacances aux frais de Moubarak à « M.A.M. » proposant à Ben Ali l’expertise française en matière de répression policière, il y a là pas mal de choses à faire oublier, le plus vite possible.

      Et cela donne notamment cette guerre non avouée contre Kadhafi, décidée dans la précipitation et sans objectif politique clair sur simple injonction de Bernard-Henri Lévy, par-dessus l’épaule d’Alain Juppé et de Gérard Longuet. Une politique aventureuse, qui ne pourra déboucher que sur le chaos, et le gâchis de vies humaines et de richesses.

      Et qui est déjà un échec, comme la guerre d’Afghanistan : Kadhafi résiste, moins à cause de son armement supérieur que du soutien dont il continue de bénéficier dans une large part de la population libyenne, et aussi parce que les opposants soutenus à prix d’or par les Occidentaux font chaque jour la preuve de leur vacuité, non seulement militaire mais politique.

      Face à cette résistance, les médias ressortent les bons vieux bobards de la guerre psychologique : est-ce que vous avez entendu cette pittoresque « information » diffusée sur nos télévisions ? Kadhafi aurait distribué du viagra à ses soldats pour les inciter à violer les femmes des rebelles ! Quand on en est réduit à ce type de propagande, c’est vraiment que ça va mal !

      -Pour vous, l’action occidentale, en Libye comme en Syrie, est, en quelque sorte, improvisée, mal pensée, vouée à l’échec. On s’attendrait cependant à moins d’amateurisme de la part de l’administration américaine et de l’OTAN…

      -J.V. : Mais voyez le gâchis inepte perpétré par les Américains en Irak depuis près de dix ans : ils ont lancé une guerre sous des prétextes bidons pour abattre Saddam Hussein, un « dur » du camp arabe face à Israël. Et après d’innombrables victimes et de gigantesques dégâts, ils ont donné le pouvoir à la majorité chiite, autrement dit à l’Iran, leur ennemi public n°1. C’est de la grande géopolitique, ça ?

      N’importe quel analyste ou connaisseur de la région aurait pu prédire ce résultat à Bush et à sa clique néo-conservatrice ! Cette situation ubuesque a inspiré au grand intellectuel américain Noami Chomsky cette boutade un rien désabusée : « Je croyais qu’on était allé en Irak pour lutter contre le fanatisme islamiste et on les a mis au pouvoir ! »

      Eh bien, c’est la même chose en Libye : on fait donner la grosse artillerie contre Kadhafi, qui s’était cependant rapproché de l’Occident – et que Sarkozy, naguère, avait reçu avec les égards qu’on sait – et on n’a comme solution de rechange que des « bras cassés » impuissants et infiltrés d’ailleurs par des islamistes radicaux, qui ne représentent au mieux que la province de Cyrénaïque – et même là leur représentativité m’apparaît pour le moins fragile. Et est-ce que la « détermination » française – ou anglaise – résistera au premier hélicoptère, ou aux premiers commandos terrestres, abattus ?

      Et quant à la Syrie, si les Américains et leurs amis saoudiens parvenaient à renverser le régime de Bachar al-Assad, ils livreraient le pays ipso facto à des sectaires sunnites qui mettraient ce pays moderne à l’heure de Ryad, ce qui à terme sera lourd de conséquences pour Israël et ses protecteurs américains.

      Cela dit, je reste optimiste, pour la Syrie et même la Libye. La majorité du peuple syrien sait que c’est la guerre civile et la destruction de leur pays que leur apporteraient les opposants officiels plus ou moins fantoches des Américains et les groupes armés infiltrés sur le terrain. Les Syriens ne veulent pas que leur pays devienne un nouvel Irak.

      -Et si le but de guerre des Américains et de leurs auxiliaires européens et arabes c’était justement, à défaut de contrôler la Syrie, de la détruire, de la faire revenir un demi-siècle ou plus en arrière, comme certains stratèges d’Outre-Atlantique s’en sont vantés pour l’Irak ?

      -J.V. : Mais précisément l’exemple irakien montre que c’est une politique à courte vue, et dangereuse pour les intérêts géostratégiques de Washington : l’Irak aujourd’hui n’a jamais été aussi proche de l’Iran. Et la création de fait d’un Etat autonome kurde dans le nord du pays a contribué à éloigner la Turquie des Etats-Unis. On ne gagne rien à créer des situations incontrôlables, le chaos que vous avez créé vous reviendra dans la figure tel un boomerang géopolitique !

      Et qu’aura gagné Miss Clinton quand des djihadistes paraderont dans les rues de Tripoli, après celles de Benghazi ? Pour ce qui est de la Syrie, je crois que l’appui dont continue de bénéficier le pouvoir de Bachar al-Assad demeure l’obstacle le plus efficace contre les manœuvres américano-israélo-saoudiennes.

      -Donc, en Syrie comme ailleurs, l’Occident pratique la fuite en avant, la politique de la canonnière au jour le jour ?

      -J.V. : Exactement. Parce que l’Occident est malade. Economiquement. Politiquement. Et surtout moralement. Pour moi, ces coûteuses gesticulations militaires, de Kaboul à Tripoli en passant par Bagdad sinon Damas, sont comparables aux spasmes d’un agonisant.

      L’Amérique notamment est très malade, de son économie ruinée, de sa dette colossale, de son dollar devenu une monnaie de Monopoly, de ses escroqueries géantes à la Madoff. Et aussi de l’arrivée sur le « marché géopolitique » de puissances émergentes, ou ré-émergentes comme la Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil.

      Pour garder un semblant de légitimité morale et politique, et donc un leadership mondial, on se fabrique un ennemi, un « Grand Satan » comme dirait les Iraniens, qui fasse oublier aux opinions internes la faillite imminente. Mais quel crédit moral accorder à des puissances qui pratiquent en permanence le « deux poids, deux mesures » ?

      Pour nous en tenir au Proche-Orient, on bombarde Tripoli et on menace Damas, quand on laisse Israël poursuivre, en dépit de résolutions répétées de l’ONU, la colonisation et la répression sanglante, quand on laisse les troupes saoudiennes réprimer au Bahreïn, autre pion américain dans le Golfe, un mouvement populaire de contestation. On stigmatise le fanatisme iranien, quand on s’appuie sur l’Arabie Saoudite théocratique pratiquant la forme la plus sectaire et obscurantisme de l’Islam.

      Je pourrais aussi vous parler longuement de la Côte d’Ivoire, où la France, exauçant ainsi le choix américain, a décrété qu’Alassane Ouattara était le gentil démocrate du film, et Laurent Gbagbo le méchant, alors que l’ONU a fait la preuve des nombreuses exactions des troupes de Ouattara contre la population civile, et du climat de terreur qu’elles ont instauré dans leur fief du nord, pendant ces fameuses élections présidentielles. Et si on nous explique que M. Ouattara ne contrôle pas ses troupes, c’est tout simplement un incapable !

      Je le répète, ces expéditions coloniales en Afrique et au Proche-Orient – après les deux anciennes puissances coloniales, française et britannique, sont en première ligne militaire et diplomatique en Afrique du Nord comme dans l’ancien Levant – sont la preuve de la mauvaise santé de leurs instigateurs.

      L’Amérique est malade ? Et la France donc ! L’affaire DSK illustre pour moi, la faillite morale et politique des élites social-libérales, usées et corrompues ; et cette faillite morale s’ajoute à la faillite des institutions et à celle de l’économie, sans oublier l’insécurité : chacun voit que l’Etat français, qui bombarde Tripoli, est incapable de faire entendre raison aux caïds de banlieue ! Qu’on s’étonne ensuite qu’un président comme Sarkozy, dernier avatar de cette caste gouvernante, cherche à se refaire une virginité et une stature sur le dos des Libyens et des Syriens ! Imposture ! Imposture et spasmes de mourant ! L’Occident risque bien de crever de son cynisme et de sa faillite morale !

      -Pour finir, vous vous montrez plutôt optimistes quant à l’évolution de la situation dans ces pays de la « ligne de front » ?

      -J.V. : Oui. Les Américains et leurs séides peuvent faire pas mal de dégâts – on le voit en Libye, et en Afghanistan, ou encore au Soudan, on l’a vu en Irak et en ex-Yougoslavie. Je ne crois pas qu’ils pourront avoir raison contre des peuples et des nations : on le voit ou on le verra en Syrie, en Libye, en Egypte, au Liban et en Palestine. En Syrie, il faut être vigilant face aux manœuvres de déstabilisation et aux opérations de désinformation.

      -Maître Vergès, merci beaucoup ! Samedi 11 Juin 2011

      08:46 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

      BELGIQUE: La Petition.be - L’amnistie pour les collaborateurs belges des nazis durant la seconde guerre mondia le est inacceptable !

       
       
      http://lapetition.be/en-ligne/petition-9908.html
       
       
      L’amnistie pour les collaborateurs belges des nazis durant la seconde guerre mondiale est inacceptable !
      Bookmark and Share

      URL Courte : http://9908.lapetition.be/

      Le jeudi 12 mai dernier, le Sénat a approuvé la prise en considération d’une proposition de loi du Vlaams Belang. Celle-ci a été acceptée par les partis flamands à l’exception de Groen !, et prévoit qu’elle « efface, pour l’avenir, tous les effets des condamnations et sanctions infligées du chef d’actes d’incivisme « prétendument » commis entre le 10 mai 1940 et le 8 mai 1945 et instituant une commission chargée d’indemniser les victimes de la répression d’après-guerre ou leurs descendants pour le préjudice financier subi à la suite desdites condamnations et sanctions ».

      L’asbl Les Territoires de la Mémoire vous invite à afficher votre indignation face à cette volonté manifeste de faire oublier les crimes et les responsabilités des « inciviques » qui ont manqué à leur devoir de citoyen.

      Pour l’association, amnistier n’est pas réconcilier mais bien nier le passé. C’est un désaveu de l’action et de l’engagement de ceux qui, au péril de leur vie, ont mené des actions de résistance contre l’occupant et ont contribué à aider les victimes du nazisme.



      L’amnistie qui imposerait le silence à la mémoire est inacceptable !

      Par la présente, j’affirme que je suis fermement opposé(é) à toute forme d’amnistie des collaborateurs belges des nazis durant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).


      Signer la pétition / De petitie ondertekenen.

      08:01 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

      09/06/2011

      52% des voix pour les communistes à KICHINEV, capitale de la Mol davie, ex-soviétique (?). Silence !

       
      52% des voix pour les communistes à KICHINEV, capitale de la Moldavie, ex-soviétique. Silence !
       
       
       
      Le Courrier des Balkans

      Municipales en Moldavie : le Parti des Communistes emporte la mairie de Chişinău

      Par notre correspondant
      Sur la Toile :
      Mise en ligne : lundi 6 juin 2011
      Dimanche 5 juin, 2,6 millions de Moldaves étaient appelés aux urnes pour des élections municipales. Selon les premiers résultats, le Parti des communistes emporterait largement la mairie de Chişinău face au jeune maire sortant libéral Dorin Chirtoaca. Une claque pour la coalition pro-européenne du Premier ministre Vlad Vilat.

      Par Laurent Geslin

      La nouvelle est tombé comme un couperet. À Chişinău, dimanche 5 juin, tous les sondages réalisés à la sortie des urnes créditaient le maire sortant, le jeune libéral Dorin Chirtoaca, d’une large victoire avec plus de 53% des voix. Mais le décompte des bulletins dans la nuit a progressivement fait pencher la balance du coté du Parti des communistes (PCRM).

      Le 6 juin au matin, selon les résultats préliminaires annoncés par la commission électorale de Chişinău, Igor Dodon emporterait la mairie de la capitale moldave dès le premier tour de scrutin avec 52% des voix contre à peine 43% pour Dorin Chirtoaca.

      Dorin Chirtoaca, qui n’a que 32 ans, était arrivé à la tête de la mairie de Chişinău en 2007, devenant du même coup le plus jeune maire d’une capitale européenne. Avant de se lancer en politique, l’homme avait été journaliste, puis vice-Président du Comité Helsinki de Moldavie et, pour beaucoup de citoyens moldaves, il représentait l’avenir politique du pays. Après les résultats des municipales de dimanche, il devra sans doute encore attendre un peu.

      Si elle se confirme, cette défaite est un coup dur pour L’Alliance pour l’Intégration européenne du Premier ministre Vlad Vilat. Cette fragile coalition mise en place après les élections législatives de novembre 2010 était partie aux élections en ordre dispersé. Depuis plusieurs semaines, elle devait aussi faire face à une contestation de la rue, des dizaines de milliers de manifestants se rassemblant régulièrement à Chişinău pour réclamer la démission du gouvernement.

      Ce revers électoral pour la coalition gouvernementale intervient dans un contexte de crise politique chronique. Depuis avril 2009, et malgré des élections législatives à répétition, le Parlement est incapable de trouver une majorité qualifiée pour élire le Président de la République. L’Alliance pour l’Intégration européenne ne dispose actuellement que de 59 sièges contre 42 aux communistes, alors que 61 voix sont nécessaires pour élire un Président.

      L’instabilité politique de la Moldavie est pour Chişinău un handicap sur le plan international, alors que s’ouvrent le 21 juin prochain à Moscou des négociations sur l’avenir de la Transnistrie, en présence de l’Ukraine, de l’OSCE, des États-Unis et de l’Union européenne. La région sécessionniste réclame toujours son indépendance, quand Chişinău ne lui propose qu’une large autonomie au sein de l’État moldave. Dans ce contexte de crise politique, on voit mal comment le processus politique entre les deux entités pourrait être relancé.

      21:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

      05/06/2011

      repris par la RTBF: com. presse: Info PTB : Le coût des intérêt s notionnels grimpera au moins à 5,4 milliards en 2012

       
       
      BELGIQUE: le cadeau des partis “démocratiques” (?) gouvernementaux aux multinationales capitalistes.
      Voilà le genre de choses qui mettent les Etats de l’ Euro-dictature en faillite.
      Ce fric, cadeau aux patrons, il faut le récupérer quelque part: dans la poche des travailleurs, des allocataires sociaux, des malades, des populations,...
      RoRo  
       
       
       
       
      From: Marc van Campen
      Sent: Sunday, June 05, 2011 3:59 PM
      To:
      Subject: Fw: repris par la RTBF: com. presse: Info PTB : Le coût des intérêts notionnels grimpera au moins à 5,4 milliards en 2012
       
       
       
       
       
      http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_combien-coutent-l...

      Le 01/06/11 09:12, Pestieau David a écrit :


      Logo
                                    PTB
      Communiqué de presse
      1 juin 2011

      Info PTB : Le coût des intérêts notionnels grimpera au moins à 5,4 milliards (200 milliards de FBelges) en 2012

      Selon le service d’études du PTB, le coût des intérêts notionnels devrait atteindre au moins 5,4 milliards d’euros pour l’année 2012. Soit une augmentation de 27 % par rapport à l'année 2011.
       
      À l’instar d’un autre responsable politique du pays, Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB en est resté sans voix : « 5,4 milliards d’euros pour une mesure qui n’a encore nullement prouvé son efficacité en terme d’emploi, c’est fort de café. Quand on sait que le gouvernement cherche 17 milliards d’euros pour 2015, commençons déjà par supprimer cette mesure qui coûte très cher au trésor public ! »
       
      Le PTB a été le premier parti d’opposition à s’opposer aux intérêts notionnels et reste le seul parti à réclamer leur suppression pure et simple.
       
      Raoul Hedebouw : « Il est socialement irresponsable d’accorder un tel cadeau fiscal aux sociétés – et en particulier aux plus grandes d’entre elles, qui accaparent l’essentiel de cette mesure – alors qu’on exige de la population un effort budgétaire considérable. Les intérêts notionnels ne créent ni emplois, ni investissements. Ils ont pour seul effet d’augmenter les inégalités d’impôts dans notre pays, qui est un enfer fiscal pour les salariés, mais un paradis fiscal pour les grandes fortunes et les multinationales. »
       
      Service de presse du PTB
       
      Contact presse :
       
      Raoul Hedebouw
       
      0477/986510
       
      Fiche technique du service d'études du PTB : calcul des intérêts notionnels 2012
       
      L'estimation se base sur l’évolution du taux des intérêts notionnels qui passera de 3,425 % pour 2011 à 4,36 % pour 2012 (cf. Bureau du plan, Perspectives économiques 2011-2016, mai 2011, p. 94). Cela représente une augmentation du taux de 27,3 %. Le coût des intérêts notionnels pour 2011 étant de 4,25 milliards d’euros, la hausse du taux devrait porter ce coût pour 2012 à 5,4 milliards, au minimum.
       
      Au minimum, car différents facteurs influencent à la hausse le coût de cette mesure, même si le taux restait constant. D’une part, le report (jusqu’à sept années) des intérêts notionnels non déduits pour cause de base imposable insuffisante. D’autre part, « l’auto-accumulation » de la déduction, c’est-à-dire le fait qu’en réduisant la charge fiscale, elle augmente le bénéfice, ce qui augmente les fonds propres et donc, in fine, les intérêts notionnels déductibles d’année en année.
       
      Rappelons que le coût de 4,25 milliards pour 2011 était sorti dans la presse en avril dernier. Cette estimation se basait sur le rapport de la Cour des comptes relatif au budget 2011.
       
      En effet, ce rapport relève en page 16 : « L’augmentation de l’impôt sur les sociétés résulte principalement de la mesure fiscale prise en matière d’intérêts notionnels (466,1 millions d’euros). L’intérêt à appliquer dans ce cadre est de 3,425 % en 2011, soit son taux le plus bas depuis l’introduction de la mesure. »
       
      Si la diminution de 0,375 point (du taux de 3,8 % pour 2010 à celui de 3,425 % pour 2011) des intérêts notionnels représente 466,1 millions d’euros, on peut en déduire que la mesure coûte dans son ensemble quelque 4,25 milliards (466 millions x 3,425 / 0,375).
       
      Contact spécialiste fiscalité PTB :
       
      Marco Van Hees (0473/411021)
       
       

                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

       

       

       

       

       

       


      20:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

      03/06/2011

      L INSURRECTION LYONNAISE DE 1831

       
       
      From: FISCHER BERNARD
      Sent: Friday, June 03, 2011 3:11 PM
      To:
      Subject: L INSURRECTION LYONNAISE DE 1831
       

      http://www.lariposte.com/l-insurrection-lyonnaise-de-1831,1628.html

      http://www.convergencedesluttes.fr/index.php?post/2011/06/03/L-INSURRECTION-LYONNAISE-DE-1831

      http://www.fischer02003.over-blog.com/article-l-insurrection-lyonnaise-de-1831-75595004.html

       

      L’insurrection lyonnaise de 1831

      En 1831, les soieries lyonnaises comptent trente à quarante mille ouvriers. On les appelle des « canuts ». Concentrés dans le faubourg de la Croix-Rousse, ils travaillent auprès de chefs d’atelier dont chacun possède quatre ou cinq métiers à soie. Au total, huit cents fabricants capitalistes les exploitent tous. Sous prétexte de la concurrence d’autres grands centres de production (Bâle, Berne, Cologne et Zurich) et de la montée de la puissance industrielle de l’Angleterre, les fabricants lyonnais imposent des baisses de salaire draconiennes. De 4 ou 8 francs les meilleures années, le salaire journalier descend jusqu’à 1,50 franc. La crise touche les chefs d’atelier dans les mêmes proportions.

      Les ouvriers revendiquent la fixation d’un « tarif » minimum. Le préfet de Lyon, Bouvier-Dumolard, cherche à prévenir une révolte qu’il sent imminente. Manipulateur habile, il fait mine d’épouser la cause des ouvriers pour mieux contenir leur mouvement. Il se présente aux ouvriers comme le champion de leurs revendications. Et lorsque, le 11 octobre, le Conseil des Prud’hommes convient de l’« utilité » d’un tarif, Bouvier-Dumolard s’appuie sur cette décision pour organiser une négociation entre les fabricants et les délégués des ouvriers.

      Le jour venu (25 octobre), les ouvriers affamés descendent massivement – mais silencieusement et en bon ordre – des hauteurs de la Croix-Rousse pour se rassembler sur les places de Bellecour et de la Préfecture. Il n’y a ni cris, ni menaces. S’adressant en personne à l’immense foule, Bouvier-Dumolard les convainc de retourner dans leurs quartiers. Il ne faudrait pas, explique-t-il, que l’on puisse dire que le tarif a été obtenu par la violence.

      Les ouvriers acclament le tarif convenu comme une grande victoire, bien qu’il soit inférieur au montant des salaires en vigueur il y a quinze jours à peine. Mais l’annonce du tarif provoque une vive hostilité chez les capitalistes. Le 10 novembre, cent quatre fabricants déclarent publiquement qu’ils ne respecteront pas l’accord, sous prétexte qu’il leur a été arraché par la peur. Ils dénoncent aussi le Préfet, accusé d’encourager les revendications exagérées des ouvriers. Bouvier-Dumolard recule. Il affirme alors que le tarif ne doit servir que de point de référence à des transactions « libres ». En conséquence, les ouvriers décident de cesser le travail. Parmi leurs résolutions, il en est une qui engage les grévistes à se comporter avec « calme et décence ». Mais cette modération ne fait qu’enhardir les capitalistes, qui multiplient les provocations à l’égard des « canuts ». Un fabricant reçoit une délégation d’ouvriers avec un pistolet posé sur sa table. Un autre déclare que si les ouvriers se plaignent de n’avoir rien dans le ventre, il faut y enfoncer des baïonnettes ! Des troupes de ligne et la Garde Nationale sont mobilisées. Le matin du 21, trois ou quatre cents ouvriers se regroupent à la Croix-Rousse, armés de bâtons, pour prévenir le recours aux briseurs de grève. Un officier militaire demande à ses hommes de « balayer cette canaille ». Mais les ouvriers avancent sur eux et les désarment.

      Le jour même, marchant quatre à quatre et se tenant par le bras, les tisserands descendent de la Grand’Côte vers Lyon. La troupe de la première Légion est envoyée pour leur barrer la route. Plusieurs grévistes tombent sous les balles. Furieux, les ouvriers remontent à la Croix-Rousse. « Aux armes ! On assassine nos frères ! » Par milliers, la population du faubourg se mobilise. Femmes et enfants érigent des barricades. Les ouvriers s’arment de bâtons, de pelles, de fourches et de fusils. Ils ont aussi quelques canons enlevés à la Garde Nationale. La grève se transforme en insurrection armée. Vers 11 heures du matin, les ouvriers descendent en masse sur Lyon, tambours battant et précédés d’un drapeau portant l’inscription : « Vivre en travaillant ou mourir en combattant ! »

      Le préfet Bouvier-Dumolard et le général Ordonneau tentent de monter la Grand’Côte à la tête d’une colonne de soldats. Mais elle est aussitôt refoulée par une grêle de balles, de tuiles et de pierres provenant des toits des maisons. La Garde Nationale de la Croix-Rousse bascule du côté de l’insurrection. Les ouvriers demandent à parlementer avec le préfet. Il accepte. Mais les hostilités – brièvement interrompues – recommencent avec des tirs de canon contre les insurgés. Ordonneau et le préfet sont faits prisonniers. Ce dernier est libéré à huit heures du soir, contre un engagement à agir « en bon père » à leur égard. Ordonneau est libéré pendant la nuit. A la fin de cette première journée d’insurrection, les ouvriers sont les maîtres de la Croix-Rousse.

      Au matin du 22 novembre, des troupes arrivées de Trévoux sont chargées de reprendre le plateau de la Croix-Rousse en y montant par la côte des Carmélites. Les ouvriers leur opposent une résistance furieuse et les désarment. Tous les axes conduisant vers Lyon sont désormais ouverts. L’immense population des ouvriers se précipite sur la ville, se répand dans les rues, occupe les places et les carrefours. Les quartiers des Brotteaux, de la Guillotière et de Saint-Just se soulèvent à leur tour. Une batterie d’artillerie, établie sur le pont Saint-Clair par le comte Roguet, ravage le quartier des Brotteaux. La ville se couvre de barricades. Quartier par quartier, les combats donnent la victoire aux ouvriers. Les soldats de ligne, encore animés par le souvenir de la révolution de juillet 1830 – quand le refus des soldats de tirer sur le peuple avait mené à la chute de Charles X –, sont mal à l’aise. Ils n’offrent qu’une résistance molle et indécise aux ouvriers, ce qui ne peut que favoriser le succès de l’insurrection. Vers sept heures du soir, les représentants de l’Etat sont repliés dans l’Hôtel de Ville. S’y trouvent Roguet, Bouvier-Dumolard, un vicomte, un procureur, un adjoint au maire, etc. La déclaration qu’ils publient à minuit résume bien la situation : « Considérant qu’après deux jours de combats opiniâtres […] la troupe de ligne a été refoulée sur l’Hôtel de Ville, où elle est cernée par une multitude immense en armes ; que cette troupe, ayant éprouvé des pertes considérables, dépourvue de munitions et de vivres qu’il est devenu impossible de lui procurer, paraît disposée, d’après la déclaration de ses chefs, à ne pas continuer une inutile résistance ; que plusieurs postes importants même ont passé dans les rangs des assaillants ; que la Garde Nationale, forte de quinze mille hommes, n’en présente plus que cent sous les armes […], dans cette position extrême, messieurs les généraux reconnaissent qu’ils essaieraient en vain de continuer la défense de l’Hôtel de Ville. »

      Lyon et ses faubourgs étaient aux mains de la classe ouvrière. A l’Hôtel de Ville, une nouvelle autorité remplace l’ancienne. Quelques chefs reconnus des ouvriers – Lachapelle, Frédéric, Charpentier – y côtoient d’autres figures confusément « républicaines », qui ne doivent leur présence qu’à leur propre audace. Quant aux ouvriers eux-mêmes, ils sont stupéfaits de se retrouver sans maîtres. Leur lutte a commencé pour obtenir un simple tarif, et voilà qu’ils se trouvent au pouvoir dans la deuxième ville de France !

      A peine une quarantaine d’années après la Grande Révolution, la classe ouvrière lyonnaise, comme la classe ouvrière à l’échelle nationale, est encore une nouvelle classe que rien n’a préparée, ni sur le plan des idées, ni sur celui de son expérience collective, à cette situation totalement inattendue. Et c’est cette inexpérience politique, qui, plus que toute autre considération, explique l’extrême facilité avec laquelle les anciennes autorités reprennent le pouvoir.

      Dans les jours qui suivent la chute de l’Hôtel de Ville, des représentants de l’ancienne administration le regagnent peu à peu. Ils s’y installent aux côtés de « l’Etat-major provisoire » porté au pouvoir par l’insurrection. Bouvier-Dumolard convoque l’un des chefs des insurgés, Lacombe, et le nomme « Gouverneur de l’Hôtel de Ville ». Selon l’historien socialiste Louis Blanc (1811-1882), le préfet « flattait sa vanité, et n’eut pas de peine à prendre sur lui l’ascendant que donnent sur une âme façonnée à l’obéissance l’habitude du commandement et le prestige de l’autorité, même vaincue. » Ainsi, écrit Louis Blanc, Bouvier-Dumolard réussit à convaincre « les chefs naturels d’une armée de prolétaires, victorieuse et encore frémissante, que des institutions politiques, sous l’empire desquelles rien ne les protégeait contre la faim, méritaient néanmoins tout leur respect … ». (Dix ans, Louis Blanc, édition de 1883.) Finalement, le 3 décembre, le duc d’Orléans et le maréchal Soult entrent dans Lyon à la tête d’une armée de vingt mille hommes. Ils reprennent le contrôle de la ville sans violence. L’accord sur le tarif, qui n’a jamais été appliqué, est annulé. Bouvier-Dumolard est destitué et la Garde Nationale dissoute.

      Les ouvriers ne comprenaient pas la signification immédiate de ce qu’ils avaient accompli, et encore moins son immense portée historique. Mais ce qu’ils ont fait est bien plus important que l’idée qu’ils s’en faisaient. Quarante ans avant la Commune de Paris, les ouvriers lyonnais ont fait la démonstration du fait que la classe ouvrière pouvait, sous certaines conditions, s’établir comme la classe dirigeante. Frédéric Engels soulignait l’impact colossal de cet événement – ainsi que de la deuxième insurrection lyonnaise, en 1834 – sur le développement des idées du socialisme scientifique. Le soulèvement de 1831 forme l’une des pierres angulaires des idées communistes qui seront finalement exposées pour la première fois dans le Manifeste Communiste, publié à la veille de la révolution de 1848.

      Greg Oxley

       

      16:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |