23/07/2011

La SERBIE à l’Otan, les Serbes n’ en veulent pas. L’adhésion à l ’ EURO-DICTATURE capitaliste serait cependant importante pour le s intellectuels et les hommes d'affaires ...

 
 
 
La SERBIE à l’Otan, les Serbes n’ en veulent pas. L’adhésion à l’ EURO-DICTATURE capitaliste serait cependant importante pour les intellectuels et les hommes d'affaires ...
RoRo
 
From: C.N.J.
Sent: Friday, July 22, 2011 10:59 PM
Subject: [JUGOINFO] NATO in Belgrade and in the Balkans
 




Voice of Russia - June 14, 2011

Serbians not too keen on joining NATO

Alexander Vatutin

An overwhelming majority of the Serbians have a negative opinion of the plans of their leadership to start the process of joining NATO. This was obviously demonstrated on Monday, ahead of the NATO conference on strategic military partnership in Belgrade. Hundreds of people went into the streets to protest against President Boris Tadic’s pro-NATO policy.
For ordinary Serbians NATO is first of all associated with devastating bombings of Belgrade in 1999. According to public opinion polls, 75% of Serbian citizens do not accept the policy of joining the alliance.
Many people believe that holding a NATO conference so soon after the extradition of General Ratko Mladic to the Hague is an act of national humiliation. Instead of suing NATO in the International Court for numerous victims and the collapse of Yugoslavia, the authorities are developing a close military cooperation with the bloc.
Moreover, the Serbian Defence Ministry has declared that “holding the conference will raise the clout of the country on the international arena”. This is not a very politically correct explanation for their own people, believes the head of the Centre for Studying the Current Balkan Crisis Yelena Guskova:
“People have not forgotten the bombings, deprivations, grief and isolation of the country. This is why they march in the streets protesting against NATO.
The country’s leadership is sure that holding the conference in Belgrade is a sign of a good attitude to Serbia. But if Serbia, which was bombed in the past, joins NATO, this will be the justification of the NATO policy in that period and Serbia will pass its own indictment.”
Serbians who live in Kosovo and Metohija are also utterly disappointed.
Serbia lost its lands exactly because of the NATO policy. Serbian politician Marko Jaksic calls the decision of the Serbian authorities to host the NATO conference “masochistic”:
“NATO bombed Yugoslavia for 79 days.
Over 800 children were killed, the number of cancer patients has increased by six times because the alliance used shells with depleted uranium, and the country suffered damage of more than $200 billion. In the end, it was due to NATO that Serbia lost Kosovo which makes up 15% of its territory. This is how the alliance contributed to the good of our country”.
However, it would be wrong to say that all Serbians are against integration with Europe.
They support cooperation with the EU and joining it in the future, but they do not want to join NATO. This is what Alexander Karasiov, the head of a department of the Institute of Slavonic Studies at the Russian Academy of Sciences, says:
“There is a consensus about joining the EU. Most Serbians are in favour of this, joining the EU is important for both intellectuals and businessmen.
As for relations with NATO, the problem is much more complicated. We can see a definite rift here. The majority of those who want the country to join the EU are against Serbia joining NATO”.
Voix de Russie - le 14 juin 2011
 
Serbes pas aussi aiguisé en joignant l'OTAN
 
 
Alexander Vatutin
 
Une majorité irrésistible des Serbes a une opinion négative des plans de leur direction de commencer le processus de rejoindre l'OTAN. Cela a été démontré évidemment lundi, en avant de la conférence de l'OTAN sur association militaire stratégique à Belgrade. Des centaines de gens sont descendus dans les rues pour protester contre la politique pro-OTAN du Président Boris Tadic.
Pour les Serbes ordinaires l’OTAN est avant tout associée aux bombardements dévastateurs de Belgrade en 1999. D'après les sondages de l'opinion publiques, 75% de citoyens serbes n'acceptent pas la politique de rejoindre l'alliance.
Beaucoup de gens croient que tenir si tôt une conférence de l'OTAN après l'extradition du Général Ratko Mladic  à La Haye est un acte d'humiliation nationale. Au lieu de poursuivre en justice l'OTAN devant la Cour Internationale pour les nombreuses victimes et la chute subite de Yougoslavie,  les autorités développent une proche coopération militaire avec le bloc.
Par ailleurs,  le Ministère de la Défense serbe a déclaré que "tenir la conférence élèvera la renommée du pays sur l'arène internationale. " Ce n'est pas une explication très politiquement correcte pour son propre peuple, croit la chef du Centre d’ Etudes permanent pour la Crise balkanique  Yelena Guskova:
"Les gens n'ont pas oublié les bombardements, privations, chagrin et isolement du pays. C'est pourquoi ils marchent dans les rues protestant contre l’OTAN. La direction du pays est sûre que tenir la conférence à Belgrade est un signe d'une bonne attitude de la Serbie. Mais si la Serbie qui a été bombardée dans le passé rejoint l'OTAN, ce sera comme une  justification de la politique de l'OTAN pendant ans cette période et la Serbie subira sa propre accusation."
Les Serbes qui vivent au Kosovo et Metohija sont aussi déçus complètement. La Serbie a perdu exactement ses terres à cause de la politique de l'OTAN. Le politicien serbe Marko Jaksic appelle la décision des autorités serbes d'organiser la conférence de l'OTAN "masochiste":
"L'OTAN a bombardé la Yougoslavie pour 79 jours. Plus de 800 enfants ont été tués, le nombre de malades du cancer a augmenté par six fois parce que l'alliance a utilisé des coquilles avec l'uranium épuisé, et le pays a subi des dégâts de plus de $ 200 milliard. Et en fin, c'est à cause de l’ OTAN que la Serbie a perdu le Kosovo qui compose 15% de son territoire. C'est ainsi que a contribué au bien de notre pays."
Cependant, ce serait faux de dire que tous les Serbes sont contre l’ intégration à Europe. Ils supportent coopération avec l'UE et la rejoindre dans le futur, mais ils ne veulent pas rejoindre l'OTAN. C'est ce qu'Alexander Karasiov, la tête d'un département de l'Institut d'Études slaviques à l'Académie russe de Sciences, dit:
Il y a un consensus au sujet de joindre l'UE. Beaucoup de Serbes sont en faveur de ceci, rejoindre  l'UE est important pour les intellectuels et les hommes d'affaires (RoRo: et pour les autres ????. La Grèce est en effet à la porte de la Serbie). Pour relations avec OTAN, le problème est beaucoup plus complique. Nous pouvons voir une fissure définie ici. La majorité de ceux qui veulent que le pays joigne l'UE est contre Serbie l’adhésion à  l'OTAN."
 
 
 


 

10:34 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.