01/09/2011

c7 Grèce : le dynamisme de la dette sort des rails - Le Blog Finance

 
 
 
En fait, l’EURO-DICTATURE capitaliste craque de toutes parts. Rien ne va plus dans la plupart des domaines. C’est le IVe Reich qui montre son vrai visage, contre les peuples, contre les travailleurs.  Ce n’ est pas ce que l’on attend et ce que certains nous avaient promis. L’Espagne, la Grèce, l’Italie, le Portugal, l’Irlande, là les technocrates européistes ont déjà frappé... La Belgique sera bientôt elle aussi dans le point de mire. L’Europe s’impatiente : 15 mois sans gouvernement après les élections de juin 2010. La Belgique va recevoir un rappel à l’ordre. Il faut un gouvernement au plus vite, principalement pour mettre en application les mesures d’austérité, un premier serrage de ceinture, pour tous les Belges: Flamands, Bruxellois, Wallons, Germanophones. Nous ne perdons rien pour attendre...
RoRo
 
 
mél
 
 
Sent: Thursday, September 01, 2011 10:08 AM
Subject: Grèce : le dynamisme de la dette sort des rails - Le Blog Finance
 
http://www.leblogfinance.com/2011/08/grece-le-dynamisme-d...


Grèce : le dynamisme de la dette sort des rails

Corruption.pngRien ne va plus en Grèce ! Le niveau d'alerte atteignant un maximum. Jugez plutôt : selon la nouvelle commission de contrôle du budget, la dynamique de la dette grecque est désormais hors de contrôle. Pire encore, le dépassement des objectifs de réduction du déficit menace d'annuler les bénéfices du nouveau plan de sauvetage. La récession n'expliquant pas tout ...
Dans un rapport rendu public mercredi, la commission - composée d'analystes indépendants - estime ainsi que l'envolée de la dette, le niveau initial du déficit ajoutés à une profonde récession ont poussé à l'extrême la dynamique de la dette, laquelle se trouverait désormais impossible à maîtriser. Selon les informations publiées par l'agence semi-étatique Athens News Agency, ces éléments semblent réduire à néant ou presque l'impact positif du dernier plan de sauvetage de l'Union européenne, d'un montant de 159 milliards d'euros consenti le mois dernier. Athènes semble désormais également victime de l'effet boomerang des coupes budgétaires : l'économie de la Grèce se rétracte à grands pas. La semaine dernière, le ministre des Finances Evangelos Venizelos a ainsi déclaré que le produit Intérieur Brut diminuerait vraisemblablement de plus de 4,5% en 2011, contre 3,5% prévu initialement. Parallèlement, la dette grecque progressait pour atteindre 350 milliards d'euros. Petit rappel et none des moindres : la Grèce fait actuellement l'objet d'un audit de la part de l'Union européenne, du Fonds monétaire international et de la Banque centrale européenne en vue de déterminer si la sixième tranche du prêt de 110 milliards d'euros consenti à Athènes l'année dernière pourrait être débloquée. Le problème semble structurel : en effet, s'il y a un secteur prospère en Grèce, c'est malheureusement celui de l'économie souterraine, notamment dans les services et le tourisme. Selon les Echos, entre 20 % et 30 % du PIB grec pourrait être issu de l'économie parallèle. Et donc de la corruption ... Transparency International estime ainsi que les pots-de-vin ont atteint près de 88 millions d'euros en 2009. Autre sport nationale : la fraude fiscale. Laquelle correspond à un manque à gagner « de 10 à 15 milliards d'euros par an » pour l'Etat, selon le ministre des Finances, Georges Papaconstantinou.

Sources : AFP, Reuters, Les Echos

21:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.