14/09/2011

Ciné-révolution - Documentaire - La Commune de Paris (1871)

Sent: Thursday, September 08, 2011 7:49 AM
 
Subject: Ciné-révolution - Documentaire - La Commune de Paris (1871)
 

 

 

Cinéma révolutionnaire - Samedi 03 septembre 2011

Reconstruction communiste Canada - pueblo@sympatico.ca – Envoyez vos commentaires

 

 

Documentaire d’histoire :       La Commune de Paris (1871)

 

 

Partie 1 de 3 - La Commune de Paris – 1871 - http://www.dailymotion.com/video/x1myck_la-commune-de-paris-1-3_shortfilms

 

Partie 2 de 3 - La Commune de Paris – 1871 - http://www.dailymotion.com/video/x1oh2e_la-commune-de-paris-2-3_news

 

Partie 3 de 3 - La Commune de Paris – 1871 - http://www.dailymotion.com/video/x1ohis_la-commune-de-paris-3-3_news

 

 

LA COMMUNE DE PARIS (1871) a été le premier gouvernement révolutionnaire prolétarien de l’histoire.  Elle n’a duré que 72 jours, a été écrasée dans le sang, mais elle a été la source de leçons cruciales pour l’humanité.  Elle a indiqué le seul chemin que devra suivre l’humanité : la révolution socialiste, la dictature du prolétariat et l’édification de l’économie socialiste.

 


 

1852 - Le 5 mars 1852, Karl Marx avait écrit à Joseph Weydemeyer : «La société est historiquement forcée de passer par la dictature ouvrière».

 

1871 – (19 ans plus tard) le prolétariat de Paris se soulève, renverse l’État bourgeois et installe le premier gouvernement révolutionnaire prolétarien, la première dictature du prolétariat.

 

Marx écrit alors «La Guerre civile en France 1871».  Ce livre sera l’«exemple inégalé d’une analyse marxiste appliquée au plus grand événement révolutionnaire du XIXème siècle, la Commune de Paris.

 

Lénine a fait plus d’une fois observer que le marxisme place toutes les questions sur le terrain historique, «non seulement pour expliquer le passé, mais pour prévoir, intrépidement, l’avenir et pour déployer une activité pratique, hardie, visant à la réalisation de cet avenir.»  (Note de l’éditeur de ce livre de Marx)

 

1895 – Lénine a 25 ans : il connaît à fond Marx et Engels et groupe tous les cercles ouvriers marxistes de Pétersbourg (il y en avait déà près de vingt).

 

1917 – (48 ans apès la Commune) Lénine et le Parti bolchévik qu’il a construit dans les moindres détails en se basant sur les enseignements de Marx (et de la Commune de Paris), lance le mot d’ordre de prendre le pouvoir.  C’est la grande Révolution d’Octobre, qui va créer l’Union soviétique.

 

2011 - Le 18 mars 2011, nous avons célébré le 140ème anniversaire de la Commune de Paris.

 

 

Les leçons de la Commune tirées par Marx et plus tard par Lénine permirent, 46 ans plus tard, au peuple russe, sous la direction du Parti bolchevik et de Lénine, de déclencher la Révolution d’Octobre (1917), de prendre le pouvoir et d’installer l’État socialiste de l’Union soviétique.

 

La Commune de Paris éclata en pleine guerre entre la France et la Prusse.  Les raisons de cette guerre furent les suivantes : (1) Les capitalistes de France et leur État avaient créé un appareil militaire, policier et bureaucratique pour écraser les travailleurs, et pour s’emparer de la Rhénanie; (2) L’Allemagne se trouvait divisée par le féodalisme en plusieurs États, mais la bourgeoisie visait a réaliser l’unification.  Bismarck intensifia sa politique de fer et de sang : massacrer toute résistance des travailleurs à l’intérieur et occuper des territoires se trouvant en France pour enrichir les classes dominantes allemandes.

 

Le 19 juillet 1870, les deux États monarchiques, la France et la Prusse, se déclarèrent la guerre.

Marx écrivit alors la «Première adresse du Conseil général sur la guerre franco-allemande» de l’Internationale pour dénoncer la guerre entre les classes dominantes des deux États.

 

La France, qui attaquait, fut battue, et le 4 septembre, la révolution éclata à Paris.  Le peuple proclama la déchéance de l’Empire.

 

La République fut proclamée et un gouvernement provisoire fut établi, le ‘gouvernement de Défense nationale’, en fait de trahison nationale, qui visait à soumettre le peuple aux classes dominantes, avec l’aide de la Prusse.

 

La guerre continuait, et, le 9 septembre, Marx publia la Seconde Adresse.  Les deux Adresses de Marx servirent (1) de guide pour les luttes des ouvriers français et allemands; (2) de document énonçant la théorie marxiste sur la guerre et la paix.

 

«Le prolétariat parisien, refusant l’esclavage, décida de prendre les armes et, en peu de temps, il mit sur pied une Garde nationale composée de 194 bataillons, soit près de 30 000 hommes, puis créa son propre organe de commandement militaire, le Comité central de la Garde nationale.» [1]

 

Les mesures de la Commune de Paris :

 

-suppression de l’armée permanente, remplacée par le peuple en armes;

-élimination de l’ancien système de police et de justice, création des organismes de dictature révolutionnaire;

-destruction des structures bureaucratiques bourgeoises qui asservissaient le peuple.  Le législatif et l’exécutif sont unifiés dans le Conseil de la Commune, chargée d’administrer l’État.  La Commune abolit l’hypocrite système parlementaire bourgeois et crée 10 Commissions de travail.  Le Conseil de la Commune applique le système du centralisme démocratique : toute question importante doit donner lieu à une discussion démocratique.  Une fois la décision approuvée, elle doit être appliquée intégralement.  Les membres de la Commune prennent part à la fois aux travaux des différentes commissions et à ceux de leur propre circonscription électorale, où ils sont responsables devant leurs électeurs.  Ainsi, le Conseil de la Commune représente, en modèle réduit l’organisation de l’État de type nouveau du prolétariat.

Pour éviter que les travailleurs des organismes d’État ne recherchent gloire et profits, se transforment de serviteurs de la société en mandarins, la Commune adopte 2 mesures : (1) les membres de la Commune doivent être élus, être responsables en tout temps s’ils sont jugés indignes de leurs fonctions; (3) les hauts salaires sont supprimés et le salaire annuel de ceux qui occupent des fonctions publiques correspond au salaire d’un ouvrier qualifié;

- les salaires sont convenablement augmentés;

- séparation de l’Église et de l’État, suppression du budget réservé à la religion, confiscation des biens de l’Église, pour mettre fin à ce pilier spirituel de la domination réactionnaire;

Sur le plan économique, la Commune prend une série de mesures en faveur de la classe ouvrière et du peuple travailleur :

-remise à des associations coopératives ouvrières des usines et des ateliers dont les propriétaires on fui ou qui ont cessé de produire;

-abolition du travail de nuit des garçons boulangers;

-interdiction aux patrons d’infliger des amendes à leurs ouvriers ou d’effectuer des retenues sur leurs salaires;

-dévolution à leurs propriétaires des objets déposés par les pauvres au mont-de-piété;

-moratoire pour le paiement des loyers et des dettes.

Application de l’internationalisme prolétarien : la Commune réunit autour d’elle la classe ouvrière et les révolutionnaires de tous les pays, recrutant parmis leurs meilleurs enfants plusieurs de ses dirigeants;

-destruction de la Colonne Vendôme, symbole du chauvinisme bourgeois installé au cœur de Paris;

«Dans des conditions extrêmement difficiles et complexes, le peuple parisien, utilisant la machine d’État prolétarienne, transforma de fond en comble la vieille société et changea radicalement la physionomie de Paris : il régnait une atmosphère nouvelle de liesse et de pleine confiance.  Les Parisiens vivaient ardemment leur révolution.  Le Paris corrompu du Second Empire avait disparu très rapidement.»

 

Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - pueblo@sympatico.ca

Unité et lutte contre la crise, le fascisme et la guerre

 

 

09:54 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Capitalisme, Démocratie, Droits de l'home, Exploitation capitaliste, France | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : révolution | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.