25/11/2011

Peugeot une longue pratique du patriotisme industriel c7

 
Sent: Friday, November 18, 2011 7:02 PM
 
Subject: Un nouvel article sur le blog canaille-le-rouge.over-blog.com
 
18/11/2011 19:02:04
Un nouvel article sur le blog canaille-le-rouge.over-blog.com

♫ ♫ Peugeot une longue pratique du patriotisme industriel

Et prennez donc le temps d'écouter ce que nous en chante Michel Buhler Quand il s'agit d'augmenter les salaires, il y a le temps. Quand il s'agit de donner les moyens légaux aux IRP, il y a le temps.…

Pour lire la suite cliquez ici

Et prenez donc le temps d'écouter de que nous en chante Michel Buhler


le site de production Peugeot en Chine

Quand il s'agit d'augmenter les salaires, il y a le temps.

Quand il s'agit de donner les moyens légaux aux IRP, il y a le temps.

Quand il s'agit d'appliquer le code du travail, il y a le temps.

Mais quand il s'agit de mettre en oeuvre les plans de casse, on engage tout de suite l'artillerie lourde sans même prendre le temps de se mettre dans les clous de la règlementation. L'alerte a été mise en circulation par Jacques Tourtaux et que Jean de "canempechpasnicolas" a vite relayé :

PSA ferme son usine de motorisation de scooter. fa# peut rouler des mécaniques "zallez voir c'que vous zallez voir" il n'y aura pas de splan social (pas une découverte, un plan de casse est toujours tout sauf social) et comme le dit la CGT "en attendant il va bien y avoir 5000 suppressions de postes si on les laisse faire". Et donc, encore une promesse du maquignon, on voit, comme d'habitude.

La fermeture annoncée du site de Dannemarie est déjà vécue comme une catastrophe dans le Sundgau, où la filiale de PSA reste l’un des premiers employeurs.

« Les salariés sont sous le choc. Certains n’y croient toujours pas », expliquait hier Denis Ravassat, responsable syndical CGT à l’usine Peugeot Scooters de Dannemarie. Depuis cette semaine, les menaces qui planaient autour du site semblent se préciser : selon des documents adressés aux syndicats avant le comité central extraordinaire (CCE) prévu le 25 novembre, le groupe PSA aurait en effet opté pour la fermeture pure et simple de l’usine spécialisée dans la fabrication de moteurs. Un vrai scénario catastrophe dans le Sundgau, où la filiale de PSA reste l’un des principaux pourvoyeurs d’emplois.

Selon la CGT, une quarantaine de salariés devraient être reclassés sur le site historique de Peugeot Scooters à Mandeure (Doubs) et la centaine restante dans d’autres usines du groupe PSA, à Sochaux et Mulhouse. Un programme de reclassement délicat à mettre en œuvre « vu la situation actuelle dans le groupe », estime la CGT. Si pour le syndicat, la fermeture ne fait plus aucun doute, aucune annonce officielle ne devrait être faite avant le 25 novembre.

D’ici là, la situation n’en finit pas d’inquiéter les élus locaux, qui doivent rencontrer ce matin le directeur général de Peugeot Scooters, Pierre-Louis Colin. « En cas de fermeture, c’est tout un environnement socio-économique qui sera impacté », redoute le maire de Dannemarie Paul Mumbach, qui craint les conséquences sur la fiscalité de sa commune et s’interroge sur l’avenir du site, une usine de plus de cinq hectares située en plein centre-ville… De son côté, la CGT a lancé hier un appel à l’ensemble des organisations syndicales, ainsi qu’aux élus et à la population, afin « d’organiser ensemble la riposte ».

le 18/11/2011 à 05:00 par Vivian Millet:

 

A voir l'état de la circulation routière dans le pays, il ne semble pas que le marché du deux roues soit en régression. Peugeot en est un des leader. Patriotisme du siège social internationalisme des sites d'exploitation et sanctuarisation en Helvetie et autres paradis fiscaux de la rente issue de l'extorsion.

http://stni.free.fr/numeros/siv_chiffres_mensuels_deux_roues.png

source : Forum des plaques d'immatriculation

 

http://www.scooter-station.com/ttesimages/scooters/nouveautes2007/Qinji_chine_st1pz.jpgPour les plus curieux  et en fouillant sur internet, on trouve ceci en cliquant sur ce lien : [link] :

Peugeot Motocycles déplace une partie de sa production en Chine après un accord qui devrait être signé courant novembre avec le constructeur Qingqi. La nouvelle, alarmante pour les employés des deux usines dans l’Est de la France (Mandeure et Dannemarie, avec respectivement 570 et 270 employés), était pourtant prévisible après l’annonce de la maison-mère Peugeot Automobiles de s’installer dans ce même pays et dans le contexte de globalisation actuelle que vit le marché de deux-roues à moteur utilitaire.

Rupture imposée par la crise ?

Plutôt une bonne vieille pratique à facettes diverses le profit quelque soit la façon de l'engranger : Déjà, Wikipedia qui n'est pas exactement la base d'infos des soviets  nous apprend que "Durant l'occupation allemande, Peugeot fournit à l'armée allemande d'abord des ambulances et des camions, puis à partir de 1941 des patins de chars et moteurs d'avions pour Adler Werke AG et BMW, et "se voit en 1943 imposer la fabrication d'un élément du V1" ; ainsi, 90% de sa production était destinée à l'Allemagne"

L'appel vers l'Est pour garnir les coffres est déjà là.

Sur le site de PSA ce jour on trouve ceci :

La première priorité du Groupe est d'atteindre une taille critique en Amérique latine et en Asie, notamment en Chine.

Les parts de marché du Groupe en Amérique Latine et en Asie sont actuellement trop faibles pour amortir les coûts de développement de produits et de réseaux de distribution locaux. Pour atteindre une taille critique, le Groupe privilégiera la croissance organique, en lançant notamment de nouveaux modèles. Cependant, le Groupe n'exclut pas d'étudier des opportunités de croissance externe.

Au fait, La canaille va mettre rapidement son article en ligne, mais Elie Dayan en scrutant les  « tableaux de l'économie française » publiés par l'INSEE, lève ce lièvre à faire connaitre à tout le monde du travail  : dans la partie internationale du document, une note discrète (données arrêtées au 31/12/209) nous apprend que les « investisseurs français » ont investi 60 milliards dans les entreprises travaillant et appartenant à l'étranger, 60,5 milliards qui s'ajoutent aux investissements acquis depuis les années précédentes pour atteindre un fabuleux trésor : 694 milliards.

Et après il vont nous faire des cours à la télé pour expliquer que les déficit sont à creuser par l'acceptation de sacrifices.

Enfumage institutionnel d'état, pour rester poli ou ils se f... de notre gueule comme on le dit plus simplement dans mon quartier.


 

 

 


08:58 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.