30/04/2012

FRANCE: 1er Mai: Barrons la route à la fascisation! Les très bons comptes de l’immigration

 
 
 
----- Original Message -----
From: cnsp
Sent: Sunday, April 29, 2012 10:52 AM
Subject: 1er Mai: Barrons la route à la fascisation!
 
 
SANS PAPIERS
en lutte>>>coordination nationale
 
- 25, rue François Miron, 75004, Paris - fax : 01.44.61.09.35 - e-mail : coordnatsanspap@wanadoo.fr

 

1er MAI 2012 

Sarkozy offre plus de 6 millions de voix à  Le Pen : Barrons la route à  la fascisation !

 

5 ans de chasse à l'étranger, 5 ans de lois xénophobes successives, 5 ans de discours racistes de Sarkozy/Hortefeux/Besson/Guéant ont donné sur un plateau 6 millions 400.000 électeurs à l'original Le Pen et le FN - dont ils sont des pâles copies.

5 ans de sarkozisme qui ont poursuivi et amplifié la souffrance populaire, écrasé les droits des travailleurs et désigné les sans papiers et l'immigration comme responsables de la « francisation de la misère du monde».

5 ans d'ethnicisation, de communautarisation, d'islamophobie et d'insultes faisant des sans papiers et des immigré(e)s le cancer à éradiquer de la France pour que les Français(e)s vivent mieux.

Pour Sarkozy et Le Pen si il y a chômage, licenciements, pauvreté, délinquance, insécurité, toxicomanie, bas salaires, c'est parce qu'il y a en France 400.000 sans papiers et les immigré(e)s sont 7% de la population.

«Ventre affamé n'a point d'oreilles» dit l'adage telle est la stratégie de criminalisation de division pour mieux régner de Le Pen et de Sarkozy.

En effet le patronat du CAC 40 qui fraude le fisc et surexploite le travail non déclaré a intérêt à  ce que les travailleurs Français(e)s  et immigré(e)s se concurrencent et s'opposent pour que le Medef maximalise les profits.

Sarkozy et Le Pen servent les intérêts des patrons pour éviter que ceux et celles qui vivent de leur travail légal ou illégal, ceux et celles qui en sont dépossèdés parce qu'il est plus rentable de délocaliser les entreprises, ceux et celles qui n'ont d'autres moyens de vivre que le travail se regardent en «adversaires» ne prennent conscience que leur véritable ennemi n'est rien d'autre que le patronat, l'actionnariat.

Ce patronat actionnaire a ses partis politiques, ses candidats aux élections dont les programmes et les discours distillent le poison du racisme en utilisant toutes les différences religieuses, culturelles, de couleurs pour opposer les populations du pays.

Ils utilisent aussi et suscitent mêmes des actes, des faits divers qu'ils exploitent pour nous opposer les uns aux autres, pour créer la méfiance, la peur des uns vis-à -vis des autres.

Une fois atteint cet objectif, une fois les «Françai(se)s» pris dans les griffes des patrons voraces de profits contre les «immigré(e)s», l'attaque contre les autres catégories de « Français(e)s» peut aller bon train : les chômeurs considérés comme « fainéants», les jeunes comme « délinquants», les vieux comme «chers», les femmes comme «génitrices de bons Français», etc.

Cette décadence inhumaine, antidémocratique et antisociale ne prospère que parce que les travailleurs tombent dans le piège des patrons exploiteurs et des politiciens à  leur service qui poussent des travailleurs à  devenir des « ennemis» d'autres travailleurs.

6 millions de travailleurs du pays ont été offerts en bétail électoral par Sarkozy à  Le Pen, c'est effrayant, mais la majorit' des travailleurs de ce pays résiste à ce poison dangereux.

Les sans papiers sont des travailleurs qui refusent la clandestinité imposée par des lois racistes et continuent à s'adresser aux travailleurs légaux pour qu'ensemble ils, elles disent NON A LA DIVISION et FORMENT UN FRONT DE LUTTE POUR UNE VIE MEILLEURE ET DANS L'EGALITE.

Le premier Mai est la fête internationale des travailleurs et non « du travail» comme l'ont baptisé les fascistes Nazis et Pétainistes. C'est un moment pour réaffirmer les valeurs de fraternité et d'égalité entre tous les travailleurs, entre tous les peuples dans ce monde dominé par les prédateurs parasites que sont les patrons actionnaires qui s'en mettent plein les poches et payent les politiciens comme Sarkozy et Le Pen pour nous tromper et nous diviser.

Il est impossible pour un pays civilisé de déporter 400.000 sans papiers, il est dangereux pour la démocratie et l'état de droit de prendre en otage électoral les sans papiers et l'immigration, il est injuste que les travailleurs sans papiers soient punis alors qu'ils sont fabriqués pour être mis à la disposition de patrons négriers qui fraudent le fisc en creusant les déficits et la dette publique, il est ingrat que les enfants Français de l'immigration qui a reconstruit et fait la richesse de la France d'après guerre soient exclus et marginalisés, il est inadmissible que la religion musulmane soit criminalisée et déclarée incompatible avec la laïcité.

Sarkozy, Le Pen et le Medef n'ont peur que de l'unité des travailleurs et du peuple contre les vrais responsables de la misère, de l'appauvrissement et de la destruction de toutes les conquètes sociales et démocratiques des travailleurs - Français et immigrés - et du peuple. Pour sortir du cercle infernal de la fascisation, la CNSP propose la prise en compte des critères suivants POUR UN PROJET DE LOI :

1. L'insertion, la solidarité, la citoyenneté et la durée de présence

2. La défense du Droit d'Asile, notamment  la situation dans les pays d'origine

3.  La vie privée et familiale

4.  Le travail, la promesse d'embauche, le projet professionnel, les sans papiers licencié(e)s

5.  La maladie, les études et les raisons humanitaires

Fait le 30/04/12

Les très bons comptes de l’immigration

Les immigrés sont une excellente affaire pour l’Etat français : ils rapportent une grosse douzaine de milliards d’euros par an et paient nos retraites.

02.12.2010 | Juan Pedro Quiñonero | 

 

Les immigrés sont une très bonne affaire pour l’économie franç : ils reçoivent de l’Etat 47,9 milliards d’euros, mais ils reversent 60,3 milliards. Autant dire un solde positif de 12,4 milliards d’euros pour les finances publiques, qui ne représente pourtant que la part monétaire de transferts bien plus importants. Dans ce pays de 64,7 millions d’habitants, 6,5 millions de Français comptent au moins un immigré dans leur famille. Les chiffres de l’immigration légale sont très fluctuants. En France, on recense environ 5,3 millions de résidents étrangers avec leurs familles.

Une équipe de chercheurs de l’université de Lille, sous la direction du Pr
Xavier Chojnicki, a réalisé pour le compte du ministre des Affaires sociales une étude sur les coûts de l’immigration pour l’économie nationale. Travaillant sur des chiffres officiels, les chercheurs ont décortiqué tous les grands postes de transfert des immigrés. Il en ressort un solde très positif. Les chercheurs ont remis leur rapport en 2009, au terme de trois ans d’études. Les 47,9 milliards d’euros que coûte l’immigration au budget de l’Etat (2009) sont ventilés comme suit : retraites, 16,3 milliards d’euros ; aides au logement, 2,5 milliards ; RMI, 1,7 milliard ; allocations chômage, 5 milliards ; allocations familiales, 6,7 milliards ; prestations de santé, 11,5 milliards ; éducation, environ 4,2 milliards.

De leur côté, les immigrés reversent au budget de l’Etat, par leur travail, des sommes beaucoup plus importantes : impôt sur le revenu, 3,4 milliards d’euros ; impôt sur le patrimoine, 3,3 milliards ; impôts et taxes à la consommation, 18,4 milliards ; impôts locaux et autres, 2,6 milliards ; contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) et contribution sociale généralisée (CSG), 6,2 milliards ; cotisations sociales, environ 26,4 milliards d’euros.

A ce solde positif de quelque 12,4 milliards d’euros il faut ajouter d’autres revenus pas toujours monétaires, mais d’une grande importance sociale et économique : les immigrés occupent l’immense majorité des emplois dont les Français ne veulent pas, et 90 % des autoroutes ont été et sont construites et entretenues avec de la main-d’oeuvre étrangère. Sans immigrés, les prix à  la consommation (produits agricoles et autres) seraient bien plus élevés, la main-d’oeuvre étrangère étant bien moins payée.

La comptabilité réalisée par les chercheurs de l’université de Lille fait ressortir aussi de profonds changements sociaux. Majoritairement jeunes, les immigrés sont de grands consommateurs : comme nous venons de le voir, ils versent environ 18,4 milliards d’euros à l’Etat sur leurs dépenses personnelles, notamment en TVA. Les immigrés ont modifié en profondeur le sport et les arts populaires français : la grande majorité des footballeurs de haut niveau sont issus de l’immigration, et les artistes d’origine immigrée, noirs et maghrébins, peuplent le Top 50 de la chanson populaire.

Parallèlement, de nombreux métiers, en particulier dans les services, ne fonctionnent en France que grâce à l’immigration. Plus de la moitié des médecins hospitaliers dans les banlieues sont étrangers ou d’origine étrangère. Pas moins de 42 % des travailleurs des entreprises de nettoyage sont des immigrés. Plus de 60 % des ateliers de mécanique automobile de Paris et de la région parisienne appartiennent à des mécaniciens et petits entrepreneurs d’origine étrangère.

Dans un domaine aussi crucial que l’avenir du système des retraites, les immigrés jouent un rôle des plus favorables. Le très officiel Comité d’orientation des retraites est parvenu à
cette conclusion :l’entrée de 50Â 000 nouveaux immigrés par an permettrait de réduire de 0,5 point de PIB le déficit des retraites. 

Xavier Chojnicki commente ces résultats en ces termes :
Il s’agit d’un processus historique lié à  la structure de la population immigrée, majoritairement jeune. Comme ils sont peu qualifiés, les immigrés sont très souvent au chômage. Mais ils dépensent aussi beaucoup et sont très entreprenants. Les pensions que nous versons aux retraités sont plus que compensées par la consommation et les cotisations sociales que paient les plus jeunes, parmi lesquels on trouve des gens très dynamiques.

11:00 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

27/04/2012

A quelques jours du 1er Mai 2012: l' EURO-DICTATURE et le CAPITA LISME craquent partout, les peuples trinquent. L'Europe sociale n'est plus qu'une lontaine promesse pour gogos. C'est l'heure de la révolte de masse... L’espoir reste rouge ...

 
 
A quelques jours du 1er Mai 2012: l' EURO-DICTATURE et le CAPITALISME craquent partout, les peuples trinquent. L'Europe sociale n'est plus qu'une lointaine promesse pour gogos. C'est l'heure de la révolte de masse... L’espoir reste rouge ...
RoRo
 
C’était dans “SOLIDAIRE” l’hebdo du Ptb +

Espoir rouge, autoritarisme bleu et nationalisme brun

David Pestieau
 

La crise mène à de grands bouleversements et à une polarisation politique. Même si elle revient demain au pouvoir en France, la social-démocratie ne peut pas répondre à ces défis. Elle pliera dès que les « marchés » hausseront le ton. (Photo K-SDH)

En cette veille de 1er Mai, les Bourses européennes dévissent, l’activité régresse. À La Haye et à Prague, les gouvernements tombent. La crise s’approfondit.
    Le porte-parole de la Commission européenne met en garde : « Les dirigeants européens ne doivent pas se laisser séduire par le discours populiste, même si la crise économique et sociale crée un terrain favorable à l’émergence de discours plus radicaux. »1
    De quoi parle-t-il ? En France, avec Marine Le Pen, l’extrême droite capte 18 % des voix avec un discours raciste, mais aussi nationaliste et anti-Union européenne. Tandis que la gauche conséquente portée par Jean-Luc Mélenchon pointe à 11 % avec un programme de résistance à la politique austéritaire de l’Union et aux financiers responsables de la crise. Aux Pays-Bas, l’extrême droite de Geert Wilders fait tomber le gouvernement car « il ne veut pas payer pour Bruxelles ». Et le SP, parti à la gauche de la social-démocratie et anti-Union européenne, pointe comme deuxième parti du pays dans les sondages. En Grèce, les partis traditionnels chutent alors que les communistes progressent.
    Partout, une couche toujours plus grande de la population se détourne des partis traditionnels au pouvoir. C’est la méfiance face à une Union européenne de la concurrence et de l’inégalité qui n’apporte pas de solutions à la crise. Si ce n’est de faire payer les petits avec toujours davantage d’autoritarisme. Comme avec la Règle d’or ou le Pacte fiscal.
    Mais certaines couches de l’élite financière pourraient être tentées tôt ou tard par une deuxième option : le nationalisme comme « sortie de crise ».
On le voit avec la montée du nationalisme des pays et des régions riches : aux Pays-Bas, en Finlande, en Autriche, en Allemagne ou en Flandre. Mais aussi en France avec la montée du FN qui propose un protectionnisme sous domination de la bourgeoisie française.2
    La plus grave crise du capitalisme depuis les années 1930 explique ces évolutions. C’est une leçon de l’histoire : la crise mène à de grands bouleversements et à une polarisation politique. Même si elle revient demain au pouvoir en France et aux Pays-Bas, la social-démocratie ne peut pas répondre à ces défis. Elle propose un plan de relance à la Obama qui viendrait s’ajouter à la « nécessaire rigueur ». Avec cette feuille de route, elle pliera dès que les « marchés » hausseront le ton.
    L’histoire nous apprend aussi que l’émergence d’une résistance organisée d’une gauche conséquente est possible en temps de crise. Qui prend aujourd’hui des formes différentes selon les pays. 
    S’il y a de l’inquiétude, il y a donc aussi des raisons d’espérer. De voir grandir des forces capables d’imposer une tout autre Europe, basée sur la solidarité et la coopération. La bataille sera rude, le chemin sera long, mais l’espoir rouge est bien là. Bonne fête du Travail !

1. Déclaration pour la Commission européenne, Bruxelles, 23 avril 2012 • 2. Voir la partie II et IV du livre Comment osent-ils ?, Peter Mertens, éditions Aden.

 

 

cartereferendum

 

13:36 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

23/04/2012

Le combat continue, ce n' est qu'un début ...!

 
 
 
 
 
Le combat continue, ce n' est qu'un très bon début ...!
RoRo
B6180 Courcelles
 
 
mélenchonmerci57_n

22:02 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Elections en FRANCE: rien n' est encore joué définitivement, mais déjà le danger fasciste ...

 
Elections en FRANCE: rien n' est encore joué définitivement, mais déjà le danger fasciste ...
 
Il n’ aura pas fallu 24 heures, pour que les instituts de sondages et les médias pourris du capitalisme, tant en FRANCE qu’en BELGIQUE, remettent les fascistes du Fn au goût du jour.
 
L’aubaine: le score important du Fn... Le but les prochaines législatives tant en FRANCE qu’en BELGIQUE.
 
Les sondages et médias ont tout fait pour fabriquer ces résultats: un chouchou de droite Sarko, un chouchou de gauche Hollande (il y a quelque 2 ans, ils nous présentaient Dsk, mais hélas pour eux ...!). Et les faschos pour jouer la balance.
 
Bons résultats pour la Le Pen (?) Mauvais résultat pour Mélenchon du Front de Gauche (?).
 
C’est à voir. Ils donnaient au début, moins de 5 % à Mélenchon qui a doublé le score en une seule campagne électorale. Même s’il a bénéficié de l’ appui du Pcf, le FG n’ a pas quelque 30-40 ans d’existence. Le Parti de Mélenchon existe seulement depuis quelque 2-3 ans, depuis la dissidence de ce dernier à l’égard du Ps français. Seuls à gauche, Mélenchon et ses alliés ont apporté quelque chose dans cette campagne et le combat est loin d’être terminé. Ce n’ est pas un échec, c’ est un bon début, un bon départ, qui laissera des traces.
 
Pour en revenir en BELGIQUE, le fameux Benjamin Maréchal animait toute son émission matinale ce lundi-matin Télé Vivacité et radio en donnant la parole aux sympathisants et électeurs du Fn qui ont ainsi été tirés de leurs cartons.
 
Le but présenter le Fn comme un parti crédible, désormais respectable, et comme les autres... L’emmerde, les arguments, les motivations, les circonstances sont exactement les mêmes que  ceux qui dans les années ‘30 votaient pour les rexistes et Léon Degrelle.
 
Quelques différences minimes: les Juifs (responsables de tous les maux) et les communistes (dangereux et vendus à l’étranger) sont remplacés par l’immigration, principalement arabe.
 
On nous parle aujourd’hui des “valeurs” de l’ extrême-droite...
 
C’est une honte, un véritable outrage, pour tous ces BELGES (et ces FRANCAIS...) qui ont combattu le fascisme depuis 1936 en Espagne (et même dans la HONGRIE de Horthy d’où nous viennent certains Sarkozy père et fils), qui sont tombés lors de l’invasion nazie, qui ont combattu les armes à la main dans les rangs de la Résistance, qui ont péri devant les pelotons d’ exécution (dont ces milliers de communistes qui appartenaient au “Parti des fusillés), ces juifs, handicapés, tziganes et ces opposants politiques qui sont partis en fumées dans les camps de concentration ...
 
En FRANCE, il faut battre Sarkozy et sa nounou Marine Le Pen et en BELGIQUE les travailleurs et les vrais belges ne doivent pas mordre à l’hameçon fasciste nouvelle mouture. Sarkozy fait partie de la droite extrême et LE PEN de l’ extrême-droite. Cherchons bien, il n’ y a pas beaucoup de différence ...
 
Les élections présidentielles françaises, depuis le début, n’ont été qu’une immense farce organisée et téléguidée, orchestrée par les instituts de sondage et les médias.  Les dés ont été pipés depuis le début, même si finalement Hollande pourrait l’emporter. Le capitalisme restera, après avoir changé un peu les meubles ...
 
RoRo
 
 
 
 

20:20 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

FRANCE: FRONT CONTRE FRONT

 
 
From: FISCHER BERNARD
Sent: Monday, April 23, 2012 7:32 PM
 
Subject: FRONT CONTRE FRONT
 
FRONT CONTRE FRONT
Les mêmes causes produisent toujours les mêmes conséquences. La crise économique de 1929 provoquait la montée du fascisme en Allemagne. La crise des dettes souveraines provoque la montée de l’extrême droite dans tous les pays de la vieille Europe. Il est encore fécond le ventre d’où sortait la bête immonde.
1981, 1988, 1995, 2002, 2007, 2012, les présidents changent mais le Front National est toujours au centre de la vie politique française.
Le Pen et Sarkozy, le Front National et l’UMP, c’est blanc bonnet et bonnet blanc, c’est l’original et la copie, c’est l’extrême droite et la droite extrême, c’est le racisme, la xénophobie et l’islamophobie, l’électorat du Front National et de l’UMP sont exactement identiques.
Sarkozy mettait au centre de la campagne électorale la guerre des civilisations et l’instrumentalisation de l’invraisemblable vrai faux attentat d’al Qaïda à Toulouse. Sarkozy prévoyait tout sauf un tout petit détail, l’exploitation de cette super production médiatique ne lui profitait pas, elle profitait à Le Pen, les électeurs communs du Front National et de l’UMP préfèrent toujours l’original à la copie.  Dans le département du Vaucluse, Le Pen et Sarkozy sont tous les deux presque à égalité à 27 % des voix et Hollande arrive en troisième position à 23 % des voix.
Mélenchon mettait au centre de la campagne électorale la lutte contre le Front National. En ce sens, Mélenchon, c’est l’anti Mitterrand. Mitterrand fabriquait il y a trente ans l’obscénité médiatique du Front National pour des raisons de politique politicienne intérieure française de division de la droite. Trente ans plus tard, pour la première fois, un leader politique national attaquait le Front National. Mélenchon avait raison.
L’ascension du Front National culminait une première fois en 1998. Elle mettait à l’ordre du jour la réalisation d’alliances et de majorités du Front National et de l’UMP dans un certain nombre de conseils régionaux. La scission entre Le Pen et Mégret en 1999 mettait provisoirement un terme à cette ascension. Les élections présidentielles de 2002, 2007 et 2012 ouvrent une nouvelle séquence de cette ascension. Elle mettra à l’ordre du jour des élections législatives de juin 2012 la réalisation de candidatures communes et de désistements réciproques entre le Front National et l’UMP.
La campagne du Front de Gauche contre le Front National était au centre de la campagne électorale pour le premier tour des élections présidentielles. Il faut des candidatures communes du Front de Gauche, du NPA et du mouvement des indignés aux élections législatives de juin 2012.
Bernard Fischer 
 
 

20:18 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

21/04/2012

La "démocratie" capitaliste n'arrête plus d' aller de l' avant . ..: le "progrès est partout !

La "démocratie" capitaliste n'arrête plus d' aller de l' avant ...: le "progrès est partout !
 
BELGIQUE: la carte Sis va être intégrée sur la carte d’identité. Il paraît qu’ avec cela les institutions publiques et les entreprises vont récupérer des milliards d’ euros. Tout le monde semble content et ça va être plus facile. On intègrera ensuite le casier judiciaire, le permis de conduire, le compte bancaire, voire d’autres choses (???), et désormais même Madame Pipi dans les grandes surfaces pourra vous réclamer votre carte d’identité pour se faire payer. Plus besoin d’ arborer une étoile jaune sur la poitrine ...
C’est plus facile, paraît-il ???
Envisageons un cas d’ espèce: vous êtes malade, vous avez besoin régulièrement de médicaments... Vous partez à 8 heures du matin en voiture, car vous travaillez à Bruxelles, Liège ou Anvers, car vous habitez à Charleroi, et vous rentrez chez vous à 18 – 19 heures (le cas n’est pas isolé). De la journée, votre compagne se rend chez le pharmacien acheter vos médicaments, au moyen de votre carte Sis que vous lui avez laissée. Désormais, votre carte d’identité, avec Sis intégrée, sera nécessaire pour voyager et/ou pour se rendre vous-même chez le pharmacien. Vous ferez quoi ? Vous prendrez un jour de congé ...
En “démocratie” capitaliste, la Stasi n’ a même plus besoin de se cacher derrière les arbres et/ou les poteaux. Il arrive même que Google Map publie votre photo occupé à pisser contre un arbre au bout de votre jardin ou à côté de votre maison... Le “progrès” n’ a plus de limite ...
 
FRANCE: une bonne chose: l’ éthylotest devient obligatoire dans toutes les voitures. Ce machin dont les flics se servent pour contrôler notre alcoolémie au volant, les Français vont devoir l’acheter. Le remplacer à chaque fois qu’ils seront contrôlés, il aura une date de péremption, son absence sera sanctionnée dans leur porte-monnaie et encore au-delà de 40°, il ne serait même plus très fiable... Il ne reste plus aux Français qui veulent voyager qu’ à souhaiter de ne pas être contrôlés trop souvent ...  De même pour les étrangers qui se rendent au Sarkozoo... En attendant les producteurs et les commerçants spécialisés font de très bonnes affaires...
 
ITALIE: Ah là, les chômeurs, les sdf et/ou les sans-sou sont aux anges. Avec l’ aide du privé, le pays vient d’inaugurer le Tgv le plus rapide du continent entre Roma et Napoli: 360 kms/heure. Ils peuvent donc voyager plus vite ... et plus souvent.
 
Il est grand temps de se réveiller les amis ... Le système s’apprête à remettre en place la guillotine, si vous volez une croûte de pain ...
 
RoRo
 
 

21:34 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

« Rien n’arrête un mouvement dont le temps est venu….. »

 
 
Sent: Saturday, April 21, 2012 8:26 PM
 
Subject: « Rien n’arrête un mouvement dont le temps est venu….. »
 
 
 
melenchon-marine-le-pen-des-paroles-et-des« J’ai fait de mon mieux, j’ai fait de tout mon cœur, et je me tiendrai au poste de combat que l’on me confiera demain. »
Voilà tout est dit ou presque, nous pouvons et devons être joyeux, nous ne savons pas encore jusqu’où ira  l’insurrection citoyenne qui a commencé sur les places des grandes villes, et des patelins. Nous ne savons pas si cette vague populaire qui redonne du rouge au rassemblement de la gauche se retrouvera dans les urnes dimanche soir !
Mais une chose est d’ores et déjà acquise, nous ne marchons plus la tête baissée ! L’arrogance de ces gens-là est une blessure dont nous avons déjà guéri !
Remercions nous nous même, d’avoir grandi ensemble durant cette longue campagne, d’avoir ramené sans autre précaution la politique à son contenu !
Félicitons nous, nous même  d’avoir balayé les débats pourris du halal, de la civilisation prétendue, du hachich, et des frites molles !
Oui nous avons tous gagné conte la peur qui empêchait de porter le débat là où il est : le partage des richesses !
Qui  à gauche aujourd’hui peut argumenter sans baisser les yeux  contre le smic à 1700 euros ?
Qui à gauche ne voit pas la nécessité de rembourser les soins médicaux à 100%
Qui ne comprend pas, à gauche, que les travailleurs sans papiers sont ici chez eux ! Parce que tout simplement ils n’ont pas d’ailleurs. Qui ?
Qui à gauche, ne veut pas de la planification écologique, du service public de la petite enfance, de la titularisation des précaires de la fonction publique, de la réquisition des  logements vides, de la création immédiate de 15000 postes d’enseignants !
Qui  à gauche ne peut être en accord avec le cœur de notre programme : l’humain d’abord !
Pas un, pas une, aucun ne répondra à nos propositions ; infaisable, irréaliste, populiste, démagogique…  voilà leurs mots d’esquive, leur tactique d’évitement, leurs feintes magiques !
Mais dégagez, vous qui refusez de débattre, d’argumenter, de convaincre, débarrasser le décor politique de votre présence, déblayer nous de votre suffisance incapable, si vous ne savez pas faire nous on peut !
Allez-vous en Tous !imagesCAF0MNDA
Votre discours politico-médiatique est une caricature de la propagande à l’ancienne ! Vous voulez encore et  toujours nous faire peur, indigent de Morand qui titre la menace le Pen ! Vous voulez nous faire peur, funestes du nouvel observateur, qui éditez un tract  honteux pour trouver mille fausses raisons de ne pas voter Front de Gauche !
Chiens scrofuleux du système pourri qui vous nourrit, vous faites de ces quatre derniers jours une campagne acharnée contre Jean Luc Mélenchon, campagne réfléchie, organisée, méthodique, qu’en trente années  vous n’aviez jamais osé contre les Le Pen  père et fille !!!
Pétochards, poltrons, syndicat de chiffes et de paniquards, regardez bien notre force retrouvée, voyez nos sourires et nos larmes,  contemplez comme on est beaux !
Nous n’avons plus peur, nous n’aurons jamais plus peur !
Pour commencer, demain nous allons battre la droite et  administrer à la truie qui chante la plus sévère des  déculottées, nous allons la mettre loin derrière, loin, pour  qu’elle ne puisse jamais plus nuire, pour qu’elle ne  serve plus jamais de chienne de garde à  votre système !
Dans la même foulée nous allons nous débarrasser des nains du Crillon, dehors vampires, voleurs, pickpockets, spoliateurs siphonneux !
Allez ouste ! Dégagez dès dimanche !
Dès dimanche nous  pouvons leur offrir la surprise de leur vie ! Leur faire payer en une journée leur semaine de mensonges et de désinformations !
Les lecteurs du quotidien sud-ouest, qui n’est jamais en reste, ne sauront rien, du meeting de la porte de Versailles, qui n’a pas existé pour les grands professionnels de ce journal, ils liront par contre que Jean Luc Mélenchon est un adepte de la terreur !
Rien que ça !
 velvet-revolutionEt que le front de gauche est xénophobe !!!
Les règles de la campagne électorale ne nous  autorisent pas à un droit de réponse, l’insurrection citoyenne doit passer des places aux urnes !
Nous pouvons le faire, nous allons le faire !
Votez, Votez, Votez !  Allez remplissez les urnes de notre fierté retrouvée, osez le changement dès dimanche !

 

21:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

14/04/2012

MELENCHON A MARSEILLE ce samedi 14 avril 2012: 120.000 participants. Le Front de Gauche a le vent dans les voiles ...

MELENCHON A MARSEILLE ce samedi 14 avril 2012:      120.000 participants. Le Front de Gauche a le vent dans les voiles ...
Au début de la campagne, les médias du capitalisme et les faiseurs d’opinions lui donnaient 5% des voix. Mélenchon en est aujourd’hui à 17 %...
Cela rappelle le combat de Jacques Duclos à une autre époque...
Au départ des présidentielles 2012, les instituts de sondages et les médias du capitalisme avait un chouchou de droite (Sarkozy) et un chouchou de  “gauche” préfabriqué (Dsk, remplacé aujourd’hui par Hollande). Les jeux sont changés ... et il reste une semaine pour faire encore beaucoup mieux...
RoRo
 
 
 
MELENCHON A MARSEILLE: 120.000 participants. Le Front de Gauche a le vent dans les voiles ...
 
Les Dossiers de RTL.fr - Présidentielle 2012
A écouter
POLITIQUESUDSUD

Nouvelle démonstration de force de Mélenchon à Marseille

Créé le 14/04/2012 à 18h05

Jean-Luc Mélenchon le 14 avril 2012 à Marseille

Jean-Luc Mélenchon le 14 avril 2012 à Marseille / AFP/G.Julien

Après la Bastille à Paris et la place du Capitole à Toulouse, Jean-Luc Mélenchon a déplacé les foules samedi à Marseille où plusieurs dizaines de milliers de personnes ont assisté au meeting du leader du Front de Gauche sur les plages de la ville. Sur les plages du Prado, où il a obtenu le droit de tenir meeting au terme de plusieurs semaines de friction avec la municipalité UMP de Marseille, le candidat à l'élection présidentielle a effectué une nouvelle démonstration de force à huit jours du premier tour du scrutin. Ecouter Vincent Derosier | 14/04/2012 - 18h18 écouter Reportage : Jean-Luc Mélenchon a fait une véritable déclaration d'amour à la ville de Marseille Etienne Baudu | 14/04/2012 - 11h30 écouter Mélenchon 1 - Marseille 0 : le candidat a finalement eu gain de cause en obtenant le droit d'organiser son meeting sur le sable marseillais Jérôme Florin | 14/04/2012 - 12h46 écouter "Notre chance c'est le métissage"

Le potentiel troisième homme de la présidentielle s'est livré à une ode à la Méditerranée, "notre bonne mère à tous", jugeant que "Marseille est la plus française des villes de notre République".  Le natif de Tanger (Maroc) a souligné qu'"ici il y a 2.600 ans une femme a fait le choix de prendre pour époux l'immigré qui descendait d'un bateau, c'était un Grec et ce couple est né Marseille".

"Notre chance c'est le métissage", a lancé l'eurodéputé, sous les "youyous", avant de saluer "Arabes et Berbères" par qui sont venus en Europe "la science, les mathématiques ou la médecine" au temps où "l'obscurantisme jetait à terre l'esprit humain".

"Les peuples du Maghreb sont nos frères et nos sœurs"

Refusant "l'idée morbide et paranoïaque du choc des civilisations", il a dit sa pensée aux Maghrébins "qui ont libéré le sol de la patrie des nazis". "Les peuples du Maghreb sont nos frères et nos soeurs" et il n'y a "pas d'avenir pour la France sans" eux, a-t-il dit, interrompu par les "tous ensemble, tous ensemble !"

Et de s'en prendre à Nicolas Sarkozy qui lors de ses visites à Marseille "parle exclusivement de la sécurité qu'il n'est pas capable d'assurer", et aux "partis extrémistes de la haine qui montrent du doigt au nom de sa religion", "foutez-nous la paix !".

"La France n'est pas une nation occidentale vouée à suivre le char des Etats-Unis d'Amérique" mais "une nation universaliste", et "de la Méditerranée nous voulons faire une zone de paix", a-t-il souhaité, voulant le départ des "40 navires de guerre des Etats-Unis d'Amérique" qui mouillent dans la zone et la "fin de la politique absurde de l'Union européenne".


Il faut expédier Sarkozy à terre

Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) a souhaité samedi que soient "expédiés à terre le pouvoir de la droite" et Nicolas Sarkozy, à une semaine du premier tour de la présidentielle.

Dans un discours d'1h20 conclu comme d'habitude par L'Internationale et la Marseillaise, le candidat de la gauche radicale a déclaré: "Nous devons expédier à terre le pouvoir de la droite" car "rien n'est possible sinon".

La France a aussi "besoin de la défaite de la droite extrême", a souligné celui qui se dit "en guerre" contre le FN, déplorant que des médias "nous accablent à l'heure où nous, les rouges, nous avons repris pleinement la bannière tricolore de la patrie".

Dans l'entre-deux-tours, l'eurodéputé pour qui "l'insurrection citoyenne des Français est commencée", s'est aussi dit disponible si les syndicats le veulent, à participer à un "1er Mai stupéfiant d'unité et de puissance". "Le Front de gauche sera derrière eux!", a-t-il promis.

Selon lui, il faudra se mobiliser car dès le 7 mai, au lendemain de l'élection, "la finance attaquera la France". Et alors, a-t-il dit, "j'organiserai la lutte implacable pour rendre les coups": "Nous ne serons pas tondus!"

"Si vous pensez que 'you are not dangerous', ce n'est pas ici qu'il faut venir mais si vous vous sentez +very dangerous+, bienvenue au club!", a-t-il encore dit, allusion aux propos de François Hollande à Londres.

Parisot, la "Sainte-Pétoche"

Estimant que "le gouvernement du Front de gauche viendra", il a aussi détaillé les contours de sa "République sociale", entre VIe République et planification écologique, parlant "droits collectifs nouveaux" avec "droit de veto des représentants du personnel sur les licenciements collectifs, les restructurations".

Face au Medef et à sa patronne Laurence Parisot qualifiée de "Sainte-Pétoche", il a souhaité que se multiplient les "coopératives ouvrières". "Nous sommes la renaissance de cette gauche qui ne transige pas", a-t-il souligné, concluant son discours par Jean Ferrat: "De quoi rêvais-tu?", "d'une autre fin à la romance au bout du temps qui se balance?"

Avant lui, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a comparé "le vent de la Méditerranée" qui souffle sur Marseille à "la déferlante populaire" du FG: "Quand il se lève personne ne peut lui résister". Clémentine Autain a elle souligné: "Le vote utile nous casse les urnes!".

Le discours de Jean-Luc Mélenchon sur la plage du Prado à Marseille



 
Sent: Saturday, April 14, 2012 8:07 PM
 
 
 

Démonstration de force de Jean Luc Mélenchon à Marseille
 

MARSEILLE (Reuters) - Après la Bastille à Paris et la place du Capitole à Toulouse, Jean-Luc Mélenchon a déplacé les foules samedi à Marseille où plusieurs dizaines de milliers de personnes ont assisté au meeting du leader du Front de gauche sur les plages de la ville.

Sur les plages du Prado, où il a obtenu le droit de tenir meeting au terme de plusieurs semaines de friction avec la municipalité UMP de Marseille, le candidat à l'élection présidentielle a effectué une nouvelle démonstration de force à huit jours du premier tour du scrutin.

Le Front de gauche, qui avait tablé sur une assistance de cinquante mille personnes, a tenu son pari.

Pour mobiliser large, il avait affrété près de deux cent autocars dans tout le Sud-Est, installé une puissante sonorisation et quatre écrans géants pour accueillir la foule.

"Je suis venu, comme vous, recevoir sur cette plage, du bord de ses lèvres fraîches, le baiser de la Méditerranée, notre Bonne Mère à tous", a lancé Jean-Luc Mélenchon, en référence au surnom de Notre-Dame de la Garde, la vierge protectrice des Marseillais et des marins.

Selon les organisateurs, cent vingt mille personnes, une affluence comparable au meeting de la Bastille, sont venues écouter dans les quartiers Sud et plutôt huppés de la ville Jean-Luc Mélenchon exposer sa "révolution citoyenne de la sixième république" dont la principale force, dit-il, est "que (nos) adversaires n'y comprennent rien".

SARKOZY ET HOLLANDE EN IMITATEURS

À la veille des meetings en plein air de Nicolas Sarkozy et de François Hollande, qui seront respectivement dimanche à la Concorde et au bois de Vincennes, Jean-Luc Mélenchon a ironisé sur ce qu'il considère comme une "imitation" des méthodes du Front de gauche de la part des deux candidats en tête dans les sondages.

Le Front de gauche a lancé une "mode suffisamment puissante", a estimé le député européen pour que, "par imitation", ses adversaires sortent des "salles obscures où ils s'attroupaient pour tâcher de faire aussi bien que nous".

"Nous sommes contents de les voir prendre l'air", a-t-il raillé. "Ils auront un rouge en commun, mais eux, c'est sur les joues."

Qualifiant le meeting marseillais de "troisième marche" vers la sixième république après celles de la Bastille et de Toulouse, Jean-Luc Mélenchon a dit vouloir une "République sociale" qui mette fin à "la monarchie absolue du patronat" dans l'entreprise.

"C'est la classe ouvrière qui est la classe d'intérêt général et la classe d'intérêt patriotique dans ce pays", a-t-il déclaré. "Il ne sert à rien d'élire un gouvernement de gauche si ce n'est pas pour le faire."

Jean-Luc Mélenchon a appelé les syndicats français à un "premier mai stupéfiant d'unité et de puissance".

"S'ils nous en donnent la consigne, nous mettrons un point d'honneur à être les premiers sous les bannières des syndicats", a-t-il promis.

Fustigeant les débats sur "les frites molles et la viande halal" dans les cantines scolaires, il a estimé que le Front de gauche avait le seul programme proposant une "nouvelle extension du droit des travailleurs", notamment par un "droit de continuité" pour une "sécurité sociale professionnelle" qui garantirait la continuité des droits des travailleurs en maladie ou au chômage.

LE MÉTISSAGE : UNE CHANCE

Dans la cité phocéenne, qui "a donné à la France son hymne national", une ville "métissée, mélangée", le natif de Tanger a livré un discours plus personnel, faisant de la Méditerranée le "socle et l'identité républicaine de la patrie".

Celui que les sondages présentent comme un potentiel "troisième homme" du scrutin a réaffirmé son opposition aux "partis extrémistes de la haine", sans jamais citer le Front national de Marine Le Pen auquel il dispute la troisième place du premier tour de l'élection et qui a fait du Sud-est de la France l'une de ses terres d'élection.

"Marseille vous dit que notre chance, c'est le métissage", a-t-il dit, précisant être "fier d'être le peuple qui compte le plus grand nombre de mariages mixtes de toute l'Europe".

"Il n'y a pas d'avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb", a-t-il scandé.

"Nous continuons à refuser absolument l'idée morbide et paranoïaque du choc des civilisations."

En 2007, le FN a recueilli près de 14% des voix au premier tour de l'élection présidentielle où Nicolas Sarkozy avait viré en tête avec plus de 34 % des suffrages exprimés devant la socialiste Ségolène Royal (27%).
 

22:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

03/04/2012

GRANDE-BRETAGNE: VICTOIRE DE GALLOWAY A BRADFORD

 
 
 

Grande-Bretagne : succès électoral écrasant de George Galloway (« Viva Palestina »)

 

vendredi 30 mars 2012



Suivre la vie du site RSS 2.0   Enregistrer au format PDF Version PDF   Tip A Friend  Envoyer par email   Version imprimable de cet article Version imprimable  
 

Partager626

 


Le militant britannique George Galloway, cible de tous les tirs pour son opposition aux guerres d’Irak et d’Afghanistan, ainsi que pour son soutien assumé à la cause du peuple palestinien, a obtenu jeudi un succès électoral aussi inattendu qu’incontestable.

Candidat indépendant de la coalition Respect, Galloway a en effet écrasé tous ses concurrents dans une élection législative partielle à Bradford, où vit une importante communauté issue de l’immigration indienne et pakistanaise, majoritairement musulmane.

Ancien membre du Parti Travailliste (Labour), George Galloway en avait été exclu en 2003, pour s’être opposé à l’invasion de l’Irak fomentée par le chef du gouvernement (Travailliste) Tony Blair et le gouvernement américain.

Il avait alors contribué à la formation de la coalition Respect, dont les thèmes d’intervention sont aussi bien la résistance à la politique néo-libérale des trois partis dominant la vie institutionnelle britannique (Labour, Conservateurs, Libéraux-Démocrates), qu’à leurs menées bellicistes et islamophobes.

Respect et Galloway se sont aussi sérieusement investis dans les campagnes de solidarité avec le peuple palestinien.

On leur doit en particulier l’organisation de grands convois terrestres, les caravanes « Viva Palestina », qui ont réussi à plusieurs reprises à rompre le blocus criminel de la bande de Gaza (CAPJPO-EuroPalestine, avec l’aide précieuse de plusieurs municipalités, a organisé plusieurs des étapes françaises de ces caravanes internationales, en 2008 puis 2010).

La circonscription ouvrière de Bradford-Ouest où se déroulait l’élection législative partielle de jeudi était depuis près de 100 ans un fief du Parti Travailliste.

Galloway y a fait campagne en exigeant le retrait immédiat des troupes britanniques d’Afghanistan, où elles constituent, derrière les Etats-Unis et devant la France, le deuxième contingent des forces d’occupation, avec environ 10.000 soldats sur place (tant qu’ils ne sont pas rapatriés dans des cercueils).

Face aux accusations diffamatoires de communautarisme, Galloway a eu beau jeu de faire remarquer que les électeurs de Bradford l’ont préféré, lui « l’Ecossais de souche », au candidat du Labour, Imran Hussein, dont les accointances musulmanes sont connues et reconnues.

La presse britannique de tous bords a fait vendredi ses gros titres du « coup de tonnerre Bradford-West », où Galloway a obtenu 56 % des voix, contre 25 % à Imran Hussein, et 8 % au candidat du Parti Conservateur (actuellement au pouvoir à Londres).

CAPJPO-EuroPalestine

 
 

21:00 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |