25/06/2012

Victoire, après les élections grecques de ce dimanche ... (???)

 
 
Sent: Monday, June 18, 2012 9:35 PM
Subject: Victoire, après les élections grecques de ce dimanche ... (???)
 
Incroyable la mauvaise foi des médias du capitalisme européiste à propos des élections de ce dimanche en GRECE. Il y a 2 jours, ils avaient encore tous les trouille pour l’ Europe et l’ euro.
Il aura suffit que le principal parti de droite augmente de quelque 10% des voix pour que l’ Euro-dictature et l’euro soient sauvés et que l’ avenir devienne rose...
La Rtbf, nous annonce ce lundi-soir que Syriza, le parti dit de la “gauche radicale” car il refuse l’austérité, est battu, or, lui aussi il gagne quelque 10% des voix entre les élections du 6 mai 2012 et celles de ce dimanche... .
C’est quand même pas trop mal quand un parti de “gauche” (extrême ou non), naguère pratiquement inexistant, connaît une telle progression électorale en seulement 6-7 semaines de temps... Non (???). Rare en effet de voir un parti “battu” progresser de la sorte en quelques semaines et obtenir 27 % des voix..
Ils crient victoire et nous disent que les Grecs auraient choisi de rester dans l’ Euro-dictature et l’ euro la main sur le coeur. Ils oublient de nous dire que si la droite grecque parvient a former un gouvernement, avec le renfort de leurs alliés “socialistes”, responsables eux aussi de la situation du pays, c’ est grâce à un bonus automatique de 50 députés supplémentaires accordés automatiquement au parti arrivé en tête (voir ci-dessous). Au pays qui aurait inventé la “démocratie”, à l’image de la France qui serait le pays des Droits de l’Homme, en matière de démocratie électorale, on pourrait faire beaucoup mieux ...
Attendons seulement quelques semaines et nous verrons ce qu’il en est réllement de ces cocorico triomphants... et ce qu’ils en diront ... La réalité: le système capitaliste décadent craque de toutes parts et ne s’ en sort que grâce à des artifices, du bois de rallonge et que de plus en plus de gens en ont assez et commencent enfin à voir clair  ...
En Belgique Di Rupo, qui se veut un des champion de l’ austérité européiste inévitable, devrait tirer les leçons de ce qui arrive à ces petits copains grecs. Et en France, Hollande devra comprendre qu’il ne suffit pas de relacer la “croissance” capitaliste pour sauver le monde, l’Europe des multinationales et des banquiers spéculateurs et ... l’euro.
RoRo
 
Ce qu’ils disaient encore dans la presse :

 

 Elections en Grèce

Coalition de la Gauche radicale et les Conservateurs au coude à coude

18 juin 2012

Selon les premiers résultats à l’heure où nous mettions sous presse, Syriza, coalition de la Gauche radicale, et Nouvelle démocratie, parti conservateur, étaient au coude à coude. Les premières estimations les donnent à quasi-égalité, entre 27 et 30% pour Syriza, entre 27,5 et 30,5% pour Nouvelle démocratie, quant aux socialistes qui gouvernaient le pays, ils tombent à 10%. Si ces estimations se confirmaient, aucun parti n’aurait seul la majorité au Parlement, malgré la prime de 50 sièges donnée au parti arrivé en tête.

Mots-clés :


Partager5

Les élections législatives d’hier en Grèce donnent une quasi-égalité entre Syriza, coalition de la gauche radicale, et Nouvelle démocratie, parti conservateur. Les deux partis récoltent entre 27 et 30% des suffrages chacun, et moins de 1% les sépare. C’est cette marge infime qui déterminera qui sera la première force au Parlement, grâce à la prime de 50 sièges.
Les socialistes qui ont géré le pays ces dernières années s’effondrent à 10%.
Il est d’ores et déjà acquis qu’aucun parti ne pourra rassembler à lui seul 151 élus sur 300 au Parlement. Une coalition sera donc nécessaire.

Le PS grec aux environs de 10%

Par rapport au scrutin du mois dernier, force est de constater une nette évolution. En mai, aucun parti n’avait dépassé 20%, avec 19% pour Nouvelle démocratie arrivée en tête, devant Syriza à 17%. Les deux partis ont donc progressé, à la différence des socialistes qui chutent à 10%.
Les socialistes grecs ont été durement sanctionnés. En 2009, ils avaient obtenu 44% des suffrages et détenaient seuls la majorité absolue avec 160 sièges au Parlement. En mai, ils sont tombés à 13%, et hier, ils ont encore perdu du terrain. Au cours des trois dernières années, les socialistes étaient au pouvoir et avaient appliqué la politique d’austérité voulue par l’Europe, la BCE et le FMI.
Egalement partisan de l’austérité, la Nouvelle démocratie a profité de ces élections pour passer devant les socialistes. Ce qu’elle propose, c’est de continuer l’austérité sous une forme revue après renégociation du plan d’aide. Ce projet a rassemblé entre un quart et un tiers des électeurs.

Une alternative à l’austérité

Syriza, coalition de la Gauche radicale, réussit encore à progresser de plus de 10 points. Si Syriza ne souhaite pas sortir de l’euro et retourner à une monnaie nationale pour pouvoir dévaluer et réduire la dette, la coalition de la Gauche radicale veut remettre en cause le plan d’aide signé par les socialistes avec l’Union européenne, la BCE et le FMI. Ce plan mis en application est à l’origine de la pire casse sociale depuis l’époque de la dictature des colonels.
Syriza représente donc l’espoir qu’une alternative à l’austérité est possible. Entre un quart et un tiers des électeurs qui se sont exprimés hier ont adhéré à ce projet.

 

cartereferendum

10:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.