17/03/2013

Irlande, Grèce, Espagne,... et maintenant Chypre, retirons notre fric (salaires, pensions, allocations sociales,..) des banques. ... Ne gardons en compte que ce qui est absolument nécessaire po ur nos paiements du mois....

Irlande, Grèce, Espagne, Portugal, Italie... et maintenant Chypre, retirons donc notre fric (salaires, pensions, allocations sociales,..) des banques.... Ne gardons en compte que ce qui est absolument nécessaire pour nos paiements du mois... Vous allez voir: les banquiers de capitalisme européistes vont nous lécher l’ c... !     Il faut résister, jusqu’à ce que le capitalisme en crève ... Il n’y a pas d’ autre ( s)  solution  ( s )...
 
Conseil de RoRo
 
 
 
Sent: Saturday, March 16, 2013 10:06 PM
 
Subject: Un nouvel article sur le blog canaille-le-rouge.over-blog.com
 
16/03/2013 22:06:03
Un nouvel article sur le blog canaille-le-rouge.over-blog.com

Allez hop; tous une pierre autour du cou, et plongez !

Stuppeur, les distributeurs de billets ont bizarrement été vidé de façon préventive. C'est Spagiari au commande depuis wallstreet avec Lagarde dans le rôle de l'entremetteuse à aspirer les fonds. De…

Pour lire la suite cliquez ici


 http://md0.libe.com/photo/502160/?modified_at=1363454864&ratio_x=03&ratio_y=02&width=476

Stupeur, les distributeurs de billets ont bizarrement été vidé de façon préventive. C'est Spagiari au commande depuis wallstreet avec Lagarde dans le rôle de l'entremetteuse à aspirer les fonds.

 

Inséré après mise en ligne de cette page, ce complément qui démontre la nature putschiste de l'opération et celle des États (dont la France) qui l'encadre :

Le gouvernement chypriote a reporté à lundi le débat parlementaire sur le plan de sauvetage négocié avec l'Union européenne, les députés semblant réticents à approuver le texte qui prévoit une taxe sur tous les comptes bancaires en contrepartie d'un prêt de 10 milliards d'euros. Ce délai risque de forcer les banques de l'île à rester fermées à l'issue du week-end, si la Parlement ne parvient pas à valider l'aide européenne avant la reprise du travail mardi matin, lundi étant férié.


De même que la droite parle d'elle en disant les pays démocratiques où ils sont aux commandes et les dictatures là où ils sont tenus à distances, ils parlent d'un plan de sauvetage (???) pour Chypre.

 

Comme dirait Roger lien c'est leur façon de lessiver les mots. Belle illustration ce week-end du comment "sauvetage" est égal à "trahison" :

Souvenez vous, c'était il a y une ou deux semaines. Les applaudissements de tout ce que l'échiquier politicard de la droite au PS compte fusaient pour féliciter le réalisme des chypriotes pour avoir voté pour le candidat libéral parce qu' européophile.


S'il est vrai que celui de gauche aux manettes ne s'était pas singularisé par une tendance à prendre en compte les intérêts populaires, l'île n'était pas mise en coupe réglée par la BCE, l'OMC et le FMI. Ouf, l'erreur est réparée, depuis trois jours ils mènent le sabbat.

Le retour de flamme ne s'est pas fait attendre, aussi féroce que soudain à l'occasion d'un pont pour éviter les réactions :

 

Chypre : la population sous le choc, le président justifie les sacrifices

Beaucoup de Chypriotes étaient sous le choc, samedi, euros comprenant une taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires.
 

L'accord a été conclu dans la nuit de vendredi à samedi, et les résidents de l'île méditerranéenne l'ont découvert à leur réveil. Des queues étaient visibles devant les banques, les particuliers tentant de retirer le plus d'argent possible.

Les bailleurs de fonds de Chypre - UE et FMI - ont en effet demandé l'instauration d'une taxe exceptionnelle de 6,75 % sur tous les dépôts bancaires de moins de 100 000 euros et de 9,9 % au-delà de ce seuil, ainsi qu'une retenue à la source sur les intérêts de ces dépôts.


 

Traduction les salaires, les retraites, au préalablement virés obligatoirement sur des comptes bancaires, l'épargne populaire subissent une ponction obligatoire et retenue d'office de près de 7% (9%) pour les compte de plus 100 000€ .

 

Mais mais mais, il y des compensations ;Les taxes sur le capital et les intérêts des dépôts seront entièrement compensées par la distribution d'actions, a précisé le ministre des Finances Michalis Sarris.

Moralité : le p'tit peuple saignera, les plus gros, eux, encaisseront.

Pour les autres, très gros de la grande bourgeoisie et ses comparses; ils sont déjà à l'abri par leur maitrise des rouages financiers.

 

La presse est pour partie surprise de la réaction de colère : qui comme en Islande, se propage comme feu de foret dans l'arrière pays niçois :

 Je n'ai pas grand chose, mais je ne vois pas pourquoi je devrais payer pour les erreurs des banques."

 

Bien organisé pour coincer toute volonté de résistance, les agences bancaires étaient fermées pour le week-end, et jusqu'à mardi matin, lundi étant férié sur l'île. L'administration chypriote disant patelin :

Ces retraits ne vont toutefois pas empêcher la ponction sur les comptes de toute personne résidant sur l'île. Les montants correspondant à la taxe "sont déjà bloqués et ne peuvent plus être transférés", assure Marios Skandalis, vice-président de l'Institut des comptables publics de Chypre. Cette mesure est censée rapporter 5,8 milliards d'euros au gouvernement.

Le président du coin nous la fait Blummolet :

Le président Nicos Anastasiades a justifié ce plan, qualifié de "douloureux", par le risque "d'effondrement" du système bancaire qui précipiterait une faillite et une éventuelle "sortie de l'euro". "Nous avions le choix entre le scénario catastrophe d'une défaillance non contrôlée, et une gestion douloureuse mais contrôlée de la crise"

et ici on nous annonce des ordonnances: 

Le président Nicos Anastasiades a justifié ce plan, qualifié de "douloureux", par le risque "d'effondrement" du système bancaire qui précipiterait une faillite et une éventuelle "sortie de l'euro". "Nous avions le choix entre le scénario catastrophe d'une défaillance non contrôlée, et une gestion douloureuse mais contrôlée de la crise"

 

Ici, la méthode chypriote, avec le processus des ordonnances, est un choix qui doit certainement trotter dans les têtes roses qui nous gouvernent. Nous ne sommes pas à l'abri d'une telle extorsion de fonds par la cavalerie de Blummollet.

Je veux qu'un représentant du gouvernement m'explique pourquoi cet accord était la meilleure solution". "Cette décision est bien pire que ce à quoi nous nous attendions et contraire à ce que nous affirmait le gouvernement encore pas plus tard que la nuit dernière", a ajouté le président de la commission des finances au Parlement, Nicholas Papadopoulos.

Prêt à parier qu'un Emmanuelli sortira du chapeau pour dire que les socialistes trouve que c'est dure et que la majorité du groupe fera comme à chypre.

Un pote de Canaille le Rouge, d'une tolérance qui n'effleure pas La canaille plaint les socialistes sincères qui vient ce que fait la direction de leur parti.

Depuis 1920 qu'ils sont à plaindre il serait temps qu'ils deviennent adultes et en tirent les conséquences d'autant que ceux qui l'étaient au parlement retombent tellement en enfance qu'ils en deviennent des auxiliaires de l'union sacrée

19:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.