28/12/2013

BULGARIE: Alerte démographique en Bulgarie : la population du pa ys diminue de huit personnes... par heure. Le rythme de la décro issance démographique bulgare est le plus important au monde.

 
 
BULGARIE: Alerte démographique en Bulgarie : la population du pays diminue de huit personnes... par heure. Le rythme de la décroissance démographique bulgare est le plus important au monde.
 

Ca va très bien en BULGARIE: depuis le retour (ce quelque chose de surprenant qui s’ est produit, selon l’article ! Sans rire ...) à la “démocratie” et à la “liberté” capitalistes ... !

RoRo

Bulgarie : un effondrement démographique record

 
 
Traduit par Jaklina Naumovski
Publié dans la presse : 19 décembre 2013
Mise en ligne : vendredi 20 décembre 2013
Alerte démographique en Bulgarie : la population du pays diminue de huit personnes... par heure. Le rythme de la décroissance démographique bulgare est le plus important au monde.

Par Nadezhda Hristova

« Nous sommes passés de neuf millions d’habitants (dans les années 1980) à 6,98 millions aujourd’hui, et nous ne serons plus que quatre millions en 2050, d’après les estimations fiables de la Banque Mondiale », détaille le professeur Petr Ivanov, du Centre de politique démographique à Varna.

Professeur adjoint à l’Université de Sofia, Georgi Brdarov ajoute que la Bulgarie est le seul pays au monde à soutenir une croissance négative de sa population depuis les 23 dernières années.

L’expert en statistiques démographiques de l’Université de l’économie nationale et mondiale, le professeur Todor Kaloyanov, déclare quant à lui que les tendances ne sont pas normales notamment en raison de la longueur de la période au cours de laquelle elles ont été observées.

« Ce qui se passe est une tendance objective commencé il y a 90 ans. A l’époque, nos arrières grand-mères avaient 10 à 12 enfants. On connaît la théorie de la transition démographique d’après laquelle nous avons atteint la quatrième phase du faible taux de natalité et d’un taux de mortalité élevé. Les experts s’attendaient à un retour de la reproduction, mais quelque chose de surprenant s’est produit », explique Kaloyanov.

« Transformation » de la population

Le professeur Petr Ivanov souligne que l’on passe sous silence la question de la structure ethnique. D’après les statistiques du Centre de la politique démographique, le bulgare n’est pas la langue maternelle de 50% des nouveau-nés à l’heure actuelle.

« Fait intéressant : on se demande quelle est la langue maternelle de ces 53 000 bébés nés cette année, soit 16 000 de moins que l’année précédente ? D’après nos statistiques pour environ 30 000 d’entre eux, ce n’est pas le bulgare », avance le professeur, selon qui la transformation de la population a déjà commencé.

Le démographe Todor Kaloyanov estime que « la structure ethnique est un sujet délicat pour les politiciens, qui sont gênés d’admettre que la Bulgarie se "tsiganise" et se "turcise" » (sic).

« Pour moi, le plus effrayant c’est la modification de la structure par âge – l’Etat ne peut supporter une telle part de population inactive », souligne Georgi Brdarov, selon qui le chômage des jeunes et l’un des points importants de la crise démographique.

20:54 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

26/12/2013

Vive la Révolution .... ! RoRo

 
 
 
Vive la Révolution .... !    RoRo
 
Noël
 
 
 

20:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

04/12/2013

Clea] BAHAR KIMYONGÜR ASSIGNÉ À RÉSIDENCE EN ITALIE - Communiqué du CLEA - Mardi 3/12/2013

C’ est en EURO-DICTATURE capitaliste !

RoRo

 

De : clea-bounces@leclea.be [mailto:clea-bounces@leclea.be] De la part de Liste diffusion Clea.
Envoyé : mardi 3 décembre 2013 16:17

Objet : [Clea] BAHAR KIMYONGÜR ASSIGNÉ À RÉSIDENCE EN ITALIE - Communiqué du CLEA - Mardi 3/12/2013

 

 

 

 

BAHAR KIMYONGÜR

ASSIGNÉ À RÉSIDENCE

EN ITALIE

 

URGENT

Communiqué du CLEA - Mardi 3 décembre 2013

 

 


Ce mardi 3 décembre, la justice italienne a ordonné l'assignation à résidence de Bahar Kimyongür... Le ressortissant belge devra donc rester en Italie le temps que la Cour d’Appel de Bergame se prononce sur la demande d'extradition turque.

 

Bahar Kimyongür n'est plus en prison, le pire est pour le moment évité.

Depuis 13 jours, en effet, le journaliste et activiste pour la paix et les droits de l'Homme était maintenu en prison, en raison de ses convictions.

La décision du tribunal traduit, en partie, la revendication portée par les avocats du «prévenu» et les citoyens mobilisés, en Belgique et en Italie : rien ne justifie une incarcération prolongée de notre compatriote.

Pour autant, dans cette affaire, rien n'est réglé.


Bahar Kimyongür est confronté aujourd'hui à une situation réellement problématique.

En exil forcé, il va devoir rester pendant plusieurs semaines assigné à résidence dans la ville de Marina di Massa. L’État turc disposant de 40 jours (depuis le 21 novembre où Bahar a été interpellé) pour transmettre ses «arguments» à l'Italie, notre ami se verra dans l'interdiction de se déplacer, de quitter la ville toscane, au moins durant 27 jours supplémentaires.

Banni de son propre pays, comment fera-t-il pour travailler, pour s'occuper de ses enfants qui vivent et sont scolarisés en Belgique ? Cette décision est d'autant plus scandaleuse que Bahar Kimyongür s'est toujours présenté devant les tribunaux, en Belgique ou à l'étranger, quand l’État turc l'y a fait convoquer.


Étant donné que le dossier turc est vide et que le ressortissant belge donne toutes les garanties quant à sa présence aux audiences en Italie, le CLEA continue à exiger la libération immédiate de Kimyongür et son retour en Belgique.

Bahar se trouve donc dans une situation vraiment critique… L'Italie entamera, dans les semaines à venir, l'examen de la demande d'extradition formulée par la Turquie –des semaines qui risquent de s’éterniser…

Il est donc nécessaire de poursuivre les mobilisations pour empêcher que le citoyen belge ne soit remis entre les mains des bourreaux turcs, pour qu’il retrouve au plus vite sa liberté de mouvement et son droit à la libre parole.

 

Le Comité pour la Liberté
d'Expression et d'Association

www.leclea.be

 

 

 

 



Pièce jointe sans titre 00093.txt

12:20 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |