01/06/2014

Un vote abstentionniste: la plupart des peuples européens boycot tent le machin capitaliste, la particratie européiste. Ils ont c ompris ... !

se
 
La plupart des peuples européens boycottent le machin capitaliste, la particratie européiste. Ils ont compris ... !
RoRo
 
 
 
 
abstentions
 
carteurope
 
Sent: Saturday, May 31, 2014 11:40 PM
 
Subject: Parti Ouvrier Indépendant, le pays est à un tournant !
 

Bien cordialement,

M.

 

De : Michel Peyret [mailto:michel.peyret@gmail.com]
Envoyé : samedi 31 mai 2014 23:07
À : Michel Peyret
Objet : Parti Ouvrier Indépendant, le pays est à un tournant !

 

Parti Ouvrier Indépendant, le pays est à un tournant !

« La rupture avec l’Union européenne, avec la loi dictée par le capital financier dans le cadre du système fondé sur la propriété privée des grands moyens de production implique de combattre le gouvernement Hollande-Valls pour bloquer les plans destructeurs qu’il veut imposer au mépris de la volonté de l’immense majorité.

« Contribuer à la réalisation de cette tâche vitale, c’est aider à franchir le premier pas concret dans le démantèlement de l’Union européenne et de ses institutions pour ouvrir la voie à une véritable « union libre des peuples et des nations libres d’Europe ». En ce sens, le pays est à un tournant. »

Ainsi disent les secrétaires nationaux du Parti Ouvrier Indépendant.

Il me semble intéressant de connaître leur opinion plus avant.

Michel Peyret

Lundi 26 mai 2014

 

Rupture avec l’Union européenne, rétablissement de la souveraineté populaire ! Bloquer le pacte de responsabilité et la réforme territoriale !

communiqué POI 190pxLes résultats des élections européennes du 25 mai font éclater en pleine lumière le fait que, d’un bout à l’autre de l’Europe, les peuples rejettent l’Union européenne et les plans de la troïka communs avec le Fonds monétaire international.

Les peuples d’Europe rejettent les politiques de pillage et de destruction au seul service des multinationales et des grands fonds financiers, principalement nord-américains.

En France, amplifiant le résultat des municipales, le peuple rejette massivement la politique du gouvernement Hollande-Valls appliquant servilement les plans dictés par le grand capital et traduits en directives à Bruxelles.

 

L’abstention ouvrière et populaire massive est la marque de toute la situation.

téléchargerMalgré le matraquage sans précédent organisé par tous les partis institutionnels (de l’extrême droite à l’extrême gauche), malgré les campagnes médiatiques, 60 % des électeurs ne sont pas allés voter. Cette proportion augmente dans les départements, communes, quartiers où se concentre la population ouvrière, dépassant 80 % d’abstention dans bien des cas.

Dans ce contexte, il est remarquable que tous les partis en présence perdent des voix par rapport à leurs résultats de la présidentielle de 2012. En comparaison de son résultat du premier tour de l’élection présidentielle de 2012, Marine Le Pen perd 1,7 million de voix. Près de 8 millions de voix sont perdues par le Parti socialiste par rapport au score de François Hollande en 2012 (75 % des voix recueillies ont ainsi disparu), près de 6 millions de voix par l’UMP sur le score de Sarkozy, 2,7 millions de voix perdues par le Front de gauche sur le score de Mélenchon il y a deux ans !

Au soir des élections, c’est une nouvelle fois avec arrogance que le Premier ministre, Manuel Valls, en a tiré la leçon : il faut continuer, plus vite, plus fort et appliquer toutes les contre-réformes !

Quels moyens Hollande et Valls laissent-ils aux travailleurs, aux retraités, à la jeunesse, à la grande majorité de la population qui refusent la « réforme » destructrice de la Sécurité sociale et le « pacte de stabilité», sinon de se rassembler dans l’unité avec leurs organisations pour contraindre le gouvernement à reculer ?

Cela est vrai pour les ouvriers d’Alstom — dont Valls et Montebourg négocient ouvertement le démantèlement —, pour les marins de la SNCM dont l’entreprise est abandonnée par l’Etat, pour les ouvriers de STX dont le chantier est mis en vente par son propriétaire coréen, alors que l’Etat en est encore actionnaire.

Cela est vrai pour les fonctionnaires qui faisaient grève et manifestaient dans la rue le 15 mai pour la défense de leurs salaires et de leurs statuts, pour les cheminots en grève qui manifestaient à 20 000 le 22 mai à l’appel de leurs organisations.

Cela est vrai pour les élus qui s’opposent à la réforme territoriale, que Valls veut faire adopter dans les semaines qui viennent.

Agissant de la sorte, le gouvernement ne laisse pas d’autre moyen aux travailleurs et à la jeunesse que de préparer les conditions du « tous ensemble » sur le terrain de la lutte de classe pour bloquer ces plans destructeurs.

Pour le Parti ouvrier indépendant, les développements du mouvement vers le « tous ensemble » ouvriront la voie à une issue sur le terrain de la démocratie.

Tous les partis institutionnels — et particulièrement le PS et l’UMP — sont frappés par les processus de décomposition et d’implosion. A travers la décomposition des partis, c’est la décomposition des institutions de la Ve République, ce régime bonapartiste et antidémocratique, qui s’exprime.

Le fossé qui se creuse de jour en jour met à l’ordre du jour non un quelconque « replâtrage » mais la seule réponse conforme à la démocratie : que ces institutions de la Ve République soient démantelées, que la rupture s’impose avec les institutions de l’Union européenne et que la voie soit ouverte à une Assemblée constituante permettant au peuple d’établir, et lui seul, souverainement, ce que signifie la démocratie et le type de relations qu’il entend entretenir fraternellement et librement avec tous les peuples et les nations d’Europe.

Toute la situation appelle avec force la seule réponse conforme à la démocratie :

 

Rupture avec l’Union européenne
Rétablissement de la souveraineté populaire.

La rupture avec l’Union européenne, avec la loi dictée par le capital financier dans le cadre du système fondé sur la propriété privée des grands moyens de production implique de combattre le gouvernement Hollande-Valls pour bloquer les plans destructeurs qu’il veut imposer au mépris de la volonté de l’immense majorité.

Contribuer à la réalisation de cette tâche vitale, c’est aider à franchir le premier pas concret dans le démantèlement de l’Union européenne et de ses institutions pour ouvrir la voie à une véritable « union libre des peuples et des nations libres d’Europe ». En ce sens, le pays est à un tournant.

Le Parti ouvrier indépendant, qui a appelé les travailleurs à exprimer par le refus de voter à ces élections le rejet de la politique de l’Union européenne et de ce gouvernement, apporte son soutien à toutes les initiatives permettant de faire progresser la réalisation de l’unité, qu’il s’agisse de bloquer le pacte de responsabilité ou du combat contre la réforme territoriale.

 

Bloquer le pacte de responsabilité et la réforme territoriale

Le POI s’adresse, sans préalable ni condition, aux travailleurs actifs et retraités, aux chômeurs, aux élus, aux citoyens et aux militants qui considèrent qu’il n’y a pas d’autre choix aujourd’hui que de s’engager sur la voie de ce combat de résistance, qui concentre l’exigence de rupture avec l’Union européenne et avec le gouvernement Hollande-Valls : l’heure est venue de forger l’unité de tous ceux qui entendent aider à ce que cette issue démocratique s’impose.

Pour y contribuer, le Parti ouvrier indépendant invite travailleurs, militants, jeunes, à participer à la discussion des assemblées ouvertes qu’il tiendra dans les prochaines semaines dans tout le pays. Il invite tous ceux qui se reconnaissent dans ses positions à rejoindre ses rangs.

Paris, le 26 mai 2014

 

Les secrétaires nationaux du Parti ouvrier indépendant
Claude Jenet, Daniel Gluckstein, Gérard Schivardi, Jean Markun

 

10:04 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.