19/06/2017

Que choisir: Ingrédients indésirables dans les cosmétiques


Que Choisir: Ingrédients indésirables dans les cosmétiques



De : Jemi BAYART
 
 
Que Choisir: Ingrédients indésirables dans les cosmétiques

À quoi ça sert un(e) ministre de la santé...en notre société? Et quel est le pouvoir de la Haute Autorité de santé?


C'est très grave, inacceptable!
Pour quelle raison? C'est simple le marché, les affaires, le business passe bien avant l'humain.
Certes, il y a les cosmétiques, mais également et surtout la nourriture: plats préparés, boissons sucrées, fruits et légumes sans goût et contaminés par des pesticides, la pomme de terre, bien que de qualité médiocre est aujourd'hui vu son prix un produit de luxe, viandes trafiquées: poulet de 6 semaines, porc et autres, il y a aussi ces produits d'entretien qui polluent les habitations.
Résultat: maladies nouvelles, allergies en hausse sensible, cancers, obésité...
Pessimiste! Que non! Je constate comme d'autres qu'en un peu plus d'un demi siècle, et particulièrement en ce domaine, le changement est radical et profondément négatif, tant concernant la qualité des produits que le mode de distribution.
L'immense majorité de la nation, la nouvelle génération en particulier, ne connait que le goût ou plutôt l'absence de goût des produits mis sur le marché. Là-aussi, le paraître (beauté du fruit, calibrage)
Pour ceux qui comme moi, ont vécu dans les années 50/60 et même 70, c'était totalement différent, viandes, pain, légumes, produits laitiers avaient du goût. Ainsi, pour ne citer que ma commune de naissance, où j'ai passé mon enfance et adolescence, cette petite ville de 5000 ha du Pas-de-Calais comptait plus de 20 fermes, 7 boulangeries, 5 boucheries dont une charcuterie, 3 magasins fruits et légumes, 4 épiceries...
Mais également -hors sujet- 10 cafés où des personnes plus ou moins âgées "se tapaient" la partie de carte.
Une qualité de vie dans le cadre de bonnes relations humaines liées particulièrement à l'organisation de la cité.
jmb

Trois familles à bannir des rayons

Ingrédients indésirables dans les cosmétiques

Trois familles à bannir des rayons

Publié le : 07/06/2017 
vers_abonnement_web

Grâce à vos nombreux signalements et à notre propre enquête, plus de 1 000 produits cosmétiques contenant des ingrédients indésirables figurent désormais dans nos tableaux. Potentiellement toxiques, trompeurs, voire carrément illégaux, certains devraient disparaître du marché au plus vite.

 

Pari tenu ! Amorcée en mars 2016 et poursuivie sans relâche depuis lors, notre chasse aux ingrédients indésirables dans les cosmétiques a atteint son objectif principal. Grâce aux outils que nous mettons à leur disposition – la carte-repère à télécharger, les fiches explicatives sur les composants à éviter, les listes des produits en contenant – et à l’interactivité qui se met en place entre nous, les consommateurs et consommatrices apprennent peu à peu à faire des choix éclairés au rayon cosmétique. Lire la liste d’ingrédients d’une crème ou d’un déodorant est devenu un réflexe grâce auquel les internautes nous ont envoyé des centaines de signalements ces derniers mois. Résultat : notre base de données, qui pointait quelque 400 références en mars dernier, en regroupe désormais plus de 1 000 !

Parmi les plus choquants de ces produits nouvellement arrivés dans nos tableaux (1), trois groupes se distinguent.

Les cocktails détonants

Ils ont pour point commun de renfermer plusieurs perturbateurs endocriniens (PE). À la clé, un possible effet cocktail. Enfants, ados et femmes enceintes doivent les fuir. Or, rien n’empêche une adolescente ou une femme enceinte d’utiliser l’Huile sèche sublimante du Petit Marseillais, le déodorant Natur (!) Protect de Sanex, le dentifrice Global Blancheur de Sanogyl, le lait Sculpt System d’Esthederm, la crème de jour pour les cheveux à la grenade de Klorane, la BB crème Peggy Sage ou encore le rouge à lèvres Deborah Milano, qui cumule pas moins de quatre perturbateurs endocriniens ! Quant au baume pour les lèvres Inell (Leclerc), toute la famille est susceptible de l’utiliser, y compris les enfants. Le gel à l’arnica Mercurochrome, lui, contient un seul perturbateur endocrinien, mais pour un produit à l’image pharmaceutique bien ancrée et volontiers utilisé chez les petits, c’est déjà trop !

visu-cocktails-detonnants

Les faux doux

« Peau sensible », « apaisant », « hypoallergénique »… C’est à qui se montrera le plus inoffensif parmi ces produits qui pourtant contiennent un allergène des plus redoutables, la methylisothiazolinone (MIT), parfois associé à son proche parent la methylchloroisothiazolinone (MCIT). Nous l’avions déjà constaté, mais vos signalements ne font que le confirmer : ces ingrédients qui donnent des poussées d’urticaire aux dermatologues sont présents dans des produits rivalisant de douceur apparente.

visu-faux-doux-adultes

Entre autres, un gel pour l’hygiène intime « hypoallergénique » de Intima, un savon « extra-doux » de By U, une crème lavante « testée sous contrôle dermatologique » de Leader Price, une crème de douche qui « lave en douceur » de Monoprix, un bain moussant « dermo-protecteur » de Manava. Au rayon shampooing, on trouve le Kertyol de Ducray qui « permet d’apaiser les rougeurs et les démangeaisons », un antipelliculaire « dermo-apaisant » de Dessange, une version pour « cuir chevelu sensible » de L’Occitane, un « extra-doux » de Dermactive Capillaires ou encore un « sensitive » de B.app. Pire, certains industriels ont cru bon d’introduire MIT et/ou MCIT dans des cosmétiques destinés aux enfants : gel douche Kids de Tahiti, shampooing Miss de Phytospecific, savon Dettol au pamplemousse, shampooing pour « usage fréquent, dès 3 ans » de Manava.

visu-faux-doux-enfants

Les illégaux

Même si la présence de MIT et/ou de MCIT dans les produits rincés est regrettable, elle n’en reste pas moins légale. Ce n’est plus le cas dans les cosmétiques non rincés. Pressentie depuis longtemps, annoncée dans un règlement publié en juillet 2016, effective depuis 4 mois, l’interdiction n’a pas pris par surprise industriels et distributeurs. Ils avaient largement le temps de s’y préparer. Pourtant, nous avons trouvé un certain nombre de références hors la loi. Le cas est particulièrement fréquent dans les produits destinés aux cheveux frisés ou crépus, et ce qu’ils soient vendus dans des magasins spécialisés (marques ORS [Organic Root Stimulator], New Organic, Aunt Jackie’s, Dark and Lovely, ApHogee) ou en pharmacie (Phyto Specific). Mais nous avons aussi trouvé des produits non rincés contenant de la MIT dans divers rayons de grandes surfaces (Carrefour, Monoprix, Tati etc.) ou d’officines : gel coiffant fixation blindée Vivelle Dop, spray solaire pour enfants (!) ainsi que lait et spray après-soleil supposés « calmer rapidement votre peau » de Lovea (2), bille pour les yeux L’Oréal Men, gel jambes légères Jouvence, soin jour Evoluderm, crème mains nutritive Byphasse, traitement pour lèvres Mavill…

les-illegaux

Manifestement, fabricants et distributeurs préfèrent écouler leurs stocks que de mettre leur clientèle à l’abri des allergies. Quant aux produits qui se rincent mais dont le temps de pose est long, on ne peut que regretter que le législateur ne les ait pas assimilés à des produits non rincés. Les masques à l’argile du Petit Olivier et, pire, l’antipoux et lentes d’Item peuvent encore faire des dégâts en toute légalité. Fuyez-les !

les-illegaux-2

Mitosyl : bon à jeter

mitosil

Décidément, les fesses des bébés mériteraient plus d’égards ! En février, nous vous avions alerté sur la présence d’un perturbateur endocrinien dans la crème Dexeryl. Or la pommade Mitosyl aussi en contient un, parmi les plus préoccupants qui plus est : le BHA. Lorsque les fesses sont irritées, la prétendue barrière cutanée est encore moins hermétique qu’une peau saine. Et les tout-petits sont les plus sensibles aux effets des perturbateurs endocriniens. Mais ce n’est pas le seul inconvénient de cette crème. D’après la Haute Autorité de santé, l’utilisation de Mitosyl expose notamment à un risque d’eczéma dû à la présence conjointe de BHA et de lanoline. Bref, toutes les bonnes raisons sont réunies pour se débarrasser de ce produit.

Notes

(1) Tableaux à consulter pour avoir les références exactes des produits évoqués ici.
(2) Le lait renferme d’ailleurs le mélange MIT-MCIT qui est interdit dans les produits non rincés depuis avril 2016 (règlement publié en septembre 2014) !

Fabienne Maleysson

11:52 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.