19/03/2010

07/03/10: Après la Grèce l'Islande ne veut pas payer la crise !...

From: Coquelicot
Sent: Sunday, March 07, 2010 4:46 PM
Subject: Après la Grèce l'Islande ne veut pas payer la crise !



Après la Grèce l'Islande ne veut pas payer la crise !

Les islandais ont massivement rejeté par referendum l'accord dit « Icesave » élaboré avec la Grande Bretagne et les Pays-Bas.

Les premiers résultats connus donnaient entre 90 et 95 % de NON et à peine 2 % de OUI, le reste étant constitué par des abstentions. Cette question islandaise, nous la suivons depuis l'origine et vous avez déjà pu lire sur ce blog un article du 9 octobre 2008 intitulé : « Crise économique : faillite islandaise et indécence politique. »

http://dutron.wordpress.com/2008/10/09/crise-economique-f...

Dans cet article, j'écrivais ceci à l'époque : « En novembre 2007, l'Islande était encore l'une des plus belles réussites économiques occidentales, témoin sa place en tête du classement des endroits où il faisait bon vivre sur la planète soigneusement médiatisée par les néolibéraux de tout poil.

.L'île avait éjecté la Norvège de la première place et dominait la liste de 177 pays établie par les Nations unies et qui compare le revenu par habitant, l'éducation, la santé et l'espérance de vie.

Le pays, qui ne compte que 320 000 habitants, avait accompli un prodige économique et tous les oracles officiels l'encensaient. Les Islandais soient également considérés comme les renards libres les plus heureux du monde dans le poulailler libre.

…. Hier mardi, la cotation des actions de six grandes institutions financières a été suspendue, tandis que le gouvernement s'efforçait d'éviter l'écroulement. Les taux d'intérêt ont été bombardés à 15,5 % dans l'espoir de contenir l'inflation.

La couronne islandaise est en chute libre sur le marché international des devises, et seule la devise zimbabwéenne, en pleine cata avec son vieux dictateur (???) (Note de RoRo: avec la différence que le Zimbabwé est un héritage du colonialisme et subit l'hostilité des ricano-occidentaux qui voudraient y imposer de nouveau leur "démocratie"), est dans une situation plus grave ! Bravo les neocons !! »

Hé bien, les neocons tentent de poursuivre leur œuvre dévastatrice et de faire payer au Peuple islandais leurs errements idéologico-économiques !

Un an après la « révolution des casseroles » qui avait contraint à la démission le premier ministre conservateur Geir Haarde, plusieurs centaines de manifestants éaient dans la rue à Reykjavik aux cris de « Pas d'Icesave. Pas de traîtres au pouvoir. Le pays est innocent » ou « Sauvez plutôt nos maisons ».

Environ 230 000 électeurs étaient appelés à se prononcer sur un accord organisant le remboursement d'ici à 2024 par Reykjavik de 3,9 milliards d'euros avancés par Londres et La Haye pour indemniser leurs citoyens lésés par la faillite de la banque sur Internet islandaise Icesave en octobre 2008.

Il faut savoir que si cet accord voyait le jour, il en coûterait environ 100 € par mois à chaque islandais et de l'ordre de 12.000 € au total !

Tout ça pour payer les conneries dont ils ne sont pas responsables !!!!!!!!

Une chose similaire se passe actuellement en Grèce ou la social-démocratie au pouvoir (Note de RoRo: aussi !) veut faire payer la crise aux grecs.

Un cran au-dessus, l'Europe freine des quatre fers l'intervention éventuelle du F.M.I en Grèce parce que ce serait une défaite « européenne » mais, dans le même temps, cette Europe s'avère incapable de s'entendre pour aider réellement la Grèce ! Encore une histoire de serpillière ou de wassingue ….

Pourtant, après la Grèce, il y aura le Portugal ! Il y aura aussi l'Espagne ! Et là, ce sera une autre paire de manches car les masses financières en cause seront d'un autre ordre de grandeur.

Pourtant, l'Islande (Note de RoRo: c' est-à-dire le capitalisme bancaire) en faillite frappe (Note de RoRo: et ce avec la fausse gauche verdassée au pouvoir!) à la porte de l'Europe, un peu comme un noyé se raccroche aux branches !

Vous la connaissez l'histoire du serpent européen qui se bouffe la queue ? Hé bien, regardez bien, elle se déroule en ce moment sous nos yeux !

Comme disait l'Ex-vulcanologue auvergnat, la bouche en cul de poule : Bon choix mesdames, bon choix messieurs !!

Guy Dutron

18:43 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, courcelles, presse, television, romain, belgique, economie, euro-dictature, silence, medias, islande, banque, crise, finance, banques | |  Facebook | |  Imprimer | | |

18/02/2010

15/02/10: TEMPETE SUR L'EURO : pour s'en sortir, il faudra en sortir ! (PRCF)...

----- Original Message -----
Sent: Monday, February 15, 2010 10:17 AM
Subject: [forumrougesvifs]: TEMPETE SUR L'EURO : pour s'en sortir, il faudra en sortir ! (PRCF)

 

 


Début du message réexpédié :

De : Georges GASTAUD <gastaudcrovisier2@wanadoo.fr>
Date : 15 février 2010 00:58:48 HNEC
À : destinataires inconnus:;
Objet : merci de diffuser largement

Pour information et diffusion si affinités...
*un communiqué du Pôle de Renaissance Communiste en France
TEMPETE SUR L'EURO :**pour s'en sortir, il faudra en sortir !*
Quand l'euro, monnaie unique de l'Europe capitaliste, fut imposé à notre peuple sans consultation par un gouvernement de « gauche » (Jospin, Buffet, Voinet) menant une politique de droite, ils nous ont promis d'instaurer, grâce à la « stabilité monétaire », la croissance, la disparition du chômage, la hausse des salaires, la prospérité garantie et pour les jeunes des lendemains tout rose dans une Europe sans frontières.
/*Quelques années plus tard, les Français ont fait l'expérience de l'amère réalité.*/
L'euro en quelques mois à amené des hausses de prix considérables pour les produits de consommation courante et dans les faits,* la monnaie unique s'est traduite par une baisse du pouvoir d'achat populaire.*
Au nom des critères de Maestricht nos dépenses sociales (remboursements de la Sécu, retraites, santé publique, fonctionnaires de l'Education nationale, des services publics) sont étranglées et en diminution constante depuis 1992.
Non seulement les salaires et l'emploi n'ont pas été dynamisés, mais l'écart entre les revenus du travail et ceux du capital se creuse de plus en plus, alors que faute de moyens la demande intérieure(celle des couches populaires) est en stagnation. Huit millions de Français vivent en dessous du seuilde pauvreté et 50% des salariés sont des travailleurs pauvres.
Pour maintenir un taux de profit élevé malgré ce recul de la demande intérieure et la baisse des exportations (car c'est l'ensemble du système capitaliste qui connaît ces problèmes devenus permanents), les capitalistes ont réagi en bloquant les salaires en désindustrialisant notre pays et en délocalisant la production vers les pays à bas coût de main-d'oeuvre.
*Loin de nous protéger de la crise capitaliste qui perdure et s'aggrave et se chronicise, l'euro l'a aggravée,* en contribuant gravement à la sous-consommation de centaines de milliers de salariés ; pour y répondre là encore le capital a utilisé ses méthodes habituelles, développer le crédit et le surendettement, développer la financiarisation de l'économie et la spéculation tous azimuts, ce qui a créé des « bulles spéculatives » explosant à terme par dizaines de millions de dollars et...d'euros. Une fois de plus l'Etat capitaliste, jouant son rôle au service des monopoles et de la finance, a utilisé l'argent public, le budget de la Nation, pour renflouer les banques et les grosses entreprises privées, se plaçant lui même en sur-endettement et donc en dépendance vis à vis du Fond Monétaire International (que dirige un certain Strauss Kahn...)institution mondiale du grand capital.
Non seulement cela n'a rien réglé, mais le danger est extrême pour notre pays. On vient de voir ce qui s'est passé en *Grèce, mise en tutelle et devenue un véritable protectorat du capitalisme mondial.*
Aujourd'hui en France et en Europe le grand capital responsable de la crise et renfloué par nos impôts, exige avec brutalité l'accélération de la casse industrielle et agricole, celle des services publics et des retraites, dicte sa loi, parce que les Sarko, Strauss Kahn, Zapatero et autres Papandréou, tous ces commis zélés de l'Union Européenne du capital, sont à sa botte !
*Le système basé sur l'euro est à la limite de l'implosion*
- Soit ce sera la ruine totale des peuples, c'est déjà le cas pour ceux de l'Europe de l'Est (auxquels le groupe PCF au Parlement souhaitait la bienvenue dans l'UE en 2002 !...), de Grèce, d'Italie,d'Irlande,
d'Espagne, du Portugal.
*- Soit ce sera le « gouvernement économique européen » c'est à dire la tutelle directe de Berlin sur toute l'économie européenne ! Les buts de guerre de Hitler auront été totalement atteints !*
- Soit les peuples d'Europe prendront leurs affaires en main, et se lanceront dans la Résistance.
*NON l'euro n'est pas une solution, il est, comme l'UE elle- même, un outil du capital pour écraser les peuples sous son talon de fer jusqu'à l'extrême limite.*
NON *il n'y a pas de solution capitaliste à la crise structurelle du capitalisme.*
NON il n'y a pas d'issue en dehors de la reconquête par chaque classe ouvrière de son indépendance politique et idéologique par rapport aux menteurs et aux semeurs d'illusion de la fausse gauche euro- constructive qui dirige la CES, le PGE, le PSE et les organisations qui leur sont affiliées.
POUR S'EN SORTIR, la solution pour les peuples d'Europe n'est en aucun cas dans la cuisine économique et dans les « techniques financières » des naufrageurs au service du capital, mais, sous les formes qu'ils inventeront eux- mêmes, dans leurs luttes et dans le rapport des forces que les travailleurs sauront établir dans la rue et dans leurs entreprises .
*IL FAUT SORTIR :*
- *De l'euro et reconstruire une monnaie nationale *gérée par l'Etat, et garantie par la reconstitution de la capacité de produire en France sur la base d'un puissant secteur public nationalisé et démocratisé.
-* De l'Union Européenne du capital*, en rétablissant notre souveraineté populaire et en établissant avec tous les Etats des relations internationales de progrès libérées du poids de la finance et profitables aux peuples.
*- Du capitalisme,* pour bâtir enfin le socialisme du 21° siècle, libéré de la dictature du capital où l'économie démocratiquement planifiée se développera dans l'intérêt de tous.
*Georges GASTAUD
Jean Pierre HEMMEN*

20:58 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, courcelles, presse, romain, europe, euro-dictature, capitalisme, silence, euro, medias, exploitation, crise, finance, banques | |  Facebook | |  Imprimer | | |