14/11/2008

13/11/2008: « Si j'étais à la place de premiere ministre, j'utiliserais la force contre les syndicalistes » - Lech Walesa...

Le vrai visage de ce "démocrate" anti-communiste rabique, suppôt du pape et du Vatican et du système pourri qu'il a largement contribué à remettre en place en Pologne, avec l' aide des médias du capitalisme et des Ricano - occidentaux:  Walesa pour la force  contre les syndicalistes.
Dans les années '70 - '80, l' Humanité a publié une photo du personnage, prise à Gdansk, où il faisait le V de la victoire, en compagnie du député facho Fn français Anthony. C' est tout dire ... Pour ceux qui s' en rappellent encore ...
Aujourd'hui, ce mutant au capitalisme est pratiquement oublié par les travailleurs polonais eux-mêmes...
RoRo

From: melusine
Sent: Thursday, November 13, 2008 6:52 PM
Subject: Walesa pour la force contre les syndicalistes

« Si j'étais à la place de premiere ministre, j'utiliserais la force contre les syndicalistes » - Lech Walesa

 

Pologne : En défense des retraites

 

200 militants de Syndicat Libre « Août 80 » et du Syndicat des Pêcheurs Polonais ont occupé le mercredi 12 novembre le bureau électoral varsovien du député Donald Tusk  — actuel premier ministre. Ils annoncent vouloir y demeurer jusqu'à ce que Tusk accepte de négocier.

« Notre action vise la tentative gouvernementale de liquider de droit à la retraite pour plusieurs centaines de milliers de Polonais », explique Boguslaw Zietek, dirigeant du syndicat « Août 80 ».

Premier Tusk a declare, qu'il n'y aurait pas de négociations. Lech Walesa, ancien dirigeant de Solidarnosc et ancien president, a soutenu Tusk: - « Si je serais a la palce de premiere ministre, j'utiliser la force contre les syndicalistes ».

Le gouvernement veux réduire le nombre de travailleurs ayant droit à la retraite anticipée de 1,1 million à 250 000. Les cheminots, les enseignants et beaucoup d'autres métiers seront touchés. Tusk annonce qu'il n'y a pas d'argent dans le budget pour les retraites anticipées et que c'est un « anachronisme du temps du socialisme ».

En réalité ce système de retraites a été développé par les premiers gouvernements libéraux en Pologne après 1989, pour lesquelles ce fut un moyen pour éviter l'explosion sociale. Au début de transformation capitaliste en Pologne la chômage a touché plus 2 millions de personnes — sans les retraites anticipées et les préretraites cela aurait été encore pire.

Selon le professeur Mieczyslaw Kabaj, 131 000 Polonais ont pris leur retraite au cours des années 1985-1990. Au cours de la seule année 1991 il furent  840 000 personnes.

Le gouvernement parle d'apocalypse financière du coûts des retraites anticipées – 2 milliards de zlotys par ans. Mais ce coût est comparable aux dotations prévues dans le budget pour grandes entreprises occidentales qui investissent en Pologne et aux indemnités prévues pour les anciens propriétaires, dont les avoirs ont été nationalisés en « Pologne Populaire » après 1945.

L'empressement du gouvernement dans la lutte contre les droits à la retraite est d'autant plus scandaleux, que le même gouvernement reste très silencieux quant à la plus grande braderie des retraites polonaises : la banqueroute en cours des fonds de pensions polonais, qui ont déjà perdu plus de 20 milliards de zlotys à la bourse.

Les plus grands centrales syndicales ont organisé 5 novembre une manifestation de 5 000 personnes en défense de retraites en disant que c'est n'est que début. Les pêcheurs ont organisé des blocages de route en Poméranie pour protester contre la soumission du gouvernement envers la Commission Européenne, qui vise la liquidation de secteur de pêche en Pologne. Les cheminots ont déjà organisé une grève d'avertissement en défense des droits à la retraite anticipée.

« Le gouvernement dit que la minorité ne peut pas terroriser la majorité. Nous sommes d'accord : la minorité de riches ne doit pas décider de la vie de majorité de Polonais, qui travaillent à leur profit ! » , déclare Zietek. « Le gouvernement est parti en guerre non seulement contre le mouvement syndical, mais contre tous les travailleurs polonais. S'il veux la guerre il l'aura... »

Dariusz Zalega

www.trybuna-robotnicza.pl

16/04/2008

15/04/2008: ITALIE : à droite toute ... !

ITALIE : à droite toute ... !
Comme prévu, formidable résultat pour la fausse "gauche" réformiste et opportuniste en Italie: Berlusconi revient au pouvoir en Italie ! Momentanément, l'Italie vire de plus en plus à droite et à l' extrême-droite. Fort heureusement, rien sur cette planète n' est jamais éternellement acquis.
Déjà Berlusconi annonce des temps difficiles pour l'Italie et la réforme du système électoral, de plus en plus en faveur du bipartisme, comme aux Usa et en Angleterre. La meilleure façon de ne jamais rien changer d' essentiel au système économique capitaliste bien en place sous l' actuelle "démocratie" ...
Le réformiste Veltroni, lui, complètement d'accord pour ce "changement" essentiel, s'engage déjà vers une "opposition" collaborationniste.
La fameuse "gauche" italienne, et même l' extrême-gauche parlementaire, aura suivi jusqu'au bout l' aventure Prodi là où il voulait la mener. L' extrême-gauche communiste, les verts, les "socialistes" en paient maintenant les pots cassés en disparaissant du Parlement. Mission accomplie pour Prodi, qui connaissant les résultats de sa politique et des sondages s' est retiré. Il peut le faire, car il n' a jamais eu d' autre but que de casser à terme la véritable opposition de gauche.
Sarkozy au pouvoir en France, Merkel en Allemagne, Berlusconi en Italie ... Baroso à la tête de l' Euro-dictature... Et en Angleterre, les travaillistes préparent aussi leur prochaine raclée ...
A peu près partout en Europe, la gauche véritable est à reconstruire dans l'union internationaliste et la lutte des classes.
Quitte à effaroucher beaucoup de monde, même à gauche, si l'on veut véritablement liquider un jour le système de dictature capitaliste bien en place, il faudra se battre pour instaurer ... la dictature du prolétariat, si l'on veut un quelconque changement de cap, face à la toute puissance des multinationales, transnationales et des oligarques capitalistes:
selon le dictionnaire Encarta:
"oligarque nom commun - masculin (oligarques)
1. politique membre d'un système politique dans lequel l'autorité est partagée par quelques personnes
  • les oligarques issus de l'élite
  • 2. membre d'un groupe restreint ou particulier de personnes physiques ou morales qui exercent une influence ou un pouvoir dans un domaine
    [Remarque d'usage: souvent péjoratif]
  • les oligarques de l'économie"
  • RoRo

    12:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : capitalisme, communisme, actualite, belgique, histoire, romain, courcelles, propagande, democratie, gauche, droite, presqse, medias, silence, europe, euro-dictature, elections | |  Facebook | |  Imprimer | | |